Lilapuce
 

supports (lundi 8 octobre 2012)

Arrêter et recharger une page

Les fonctionnalités que nous allons aborder sur ce support – Arrêter et recharger - s’appliquent à tous les navigateurs ; cela fait partie des outils de base de la navigation Internet.

J’ai pris comme exemple Internet Explorer car, sur ce navigateur, les boutons Arrêter et Recharger sont peu visibles et peuvent passer inaperçus.

Vous arriverez sans peine à trouver les équivalents sur Firefox ou Opera, par exemple. Signalons, enfin, que les raccourcis claviers indiqués sur ce support s’appliquent également à tous les navigateurs.

Recommençons la mise en situation que nous avons expérimentée lors de l’atelier : le navigateur Internet Explorer est ouvert.

Peut importe la page affichée ; dans la vue ci-dessous, il se trouve qu’il s’agit d’une page blanche qui ne renvoie à aucun site. Comme nous le verrons (voir support), il est possible de démarrer l’ouverture de session du navigateur sur n’importe quelle page ; y compris une « page vierge ».

Je souhaite me rendre sur le site des pages jaunes et je connais l’adresse de ce site. Il me suffit de taper l’adresse dans la barre d’adresse. Pour cela je clique sur l’icône placée à gauche de l’adresse afin de sélectionner cette dernière.

Très important : je lâche la souris !

Ensuite, je tape directement l’adresse du site que je souhaite visiter. Il est inutile de saisir le protocole (http://) car le navigateur ajoute systématiquement cette partie de l’adresse.

Une fois l’adresse tapée, je vérifie (car la moindre faute conduit à une page d’erreur) et j’appuie sur la touche « Entrée » du clavier pour valider.

Le navigateur envoie la requête auprès du serveur. Plusieurs signes me permettent de vérifier que le processus de chargement de la page sur le navigateur est en cours :

- le picto animé sur l’onglet : il est important de repérer à quel endroit de la fenêtre se trouve ce repère visuel, car selon les navigateurs et, même les versions du même navigateur, il change de forme et d’emplacement. Par exemple, sur la version précédente d’internet Explorer(IE 6), le picto était placé à l’angle supérieur droit de la fenêtre et représentait une sorte de drapeau flottant.

- une jauge de progression, en bas de page : ce repère indique la progression de l’acheminement vers votre ordinateur de tous les éléments qui permettent de construire la page : la structure de la page, les textes, les images, etc.

Il ne faut pas oublier que vous communiquez avec un serveur distant. En effectuant la requête d’une adresse, tel que je viens de le faire, vous demandez à votre navigateur se solliciter le serveur (en l’occurrence, des pages jaunes) afin que ce dernier vous envoie la page indiquée. Si cette page existe (s’il n’y a pas d’erreur de saisie), elle sera construite par le serveur et acheminée par paquets pour être recomposée finalement sur votre navigateur. En fonction de l’activité du serveur, de l’encombrement du réseau et du poids de la page elle-même, le chargement pourra prendre un certain temps, y compris avec l’ADSL.

C’est précisément en cas de problème lié à un problème de chargement des paquets que la fonction « Arrêter » peut vous être utile.

Si après validation de la saisie, par exemple, vous vous impatientez devant une page deux de tension (comme disent les jeunes) ou, autre exemple, vous réalisez que votre adresse comporte une faute, vous aimeriez peut-être bien interrompre la requête avant que s’affiche l’insultant et prévisible Impossible d’afficher la page….

Pour les pages jaunes, précisément, l’affichage se fait progressivement. Dans un premier temps, la structure de la page est interprétée par le navigateur, puis, dès que les paquets des images sont réceptionnés et recomposés, ces dernières s’affichent aux emplacements prévus par la maquette.

J’assiste ainsi à la construction élément par éléments de la home page ; je décide d’interrompre le processus :

- je clique, sur le bouton en forme de croix rouge. Notez l’info-bulle qui m’indique que je peux effectuer la même opération en appuyant sur la touche Echap (située en haut, à gauche du clavier).

Le chargement est interrompu. La page s’affiche partiellement ; il n’y a plus de processus engagé entre le navigateur et le serveur. Remarquez le picto – désormais statique - placé sur l’onglet et la barre d’état qui indique Terminé.

Puis je décide, finalement, de recharger la page, quitte à attendre un peu.

Pour cela, la solution la plus simple consistera à cliquer sur le bouton prévu à cet effet, situé, sur Internet explorer, à droite de la barre d’adresse. Il s’agit d’une icône représentant deux petites flèches vertes qui se croisent.

Remarquez, là encore, que le chargement de la page peut également être effectué par un raccourci clavier : la touche F5 (la rangée de touches de fonctions - F1 à F12 – se trouve en haut du clavier).

La page se recharge à nouveau progressivement ; ce qui me laisse tout le temps de passer à l’explication suivante…

Avec la requête « Recharger », le navigateur reconstruit entièrement la page à partir des informations communiquées par le serveur.

Ce détail est important, car il faut savoir que, d’une façon générale, le navigateur conserve localement (sur votre ordinateur) certains éléments des sites visités afin qu’ils puissent être réemployés ultérieurement lors de prochaines visites sur les mêmes pages ; c’est ce qu’on appelle « le cache » du navigateur.

Ainsi, lorsque vous retournez quelque temps plus tard sur un site que vous avez récemment consulté, plutôt que de tout recharger depuis le serveur, le navigateur affiche en priorité à partir de son cache certains éléments communs à l’ancienne et la nouvelle visite ; c’est le cas, notamment, des images.

Le bouton « Recharger » permet donc de forcer le navigateur à charger intégralement la version disponible sur le serveur sans passer par la version cache.