Lilapuce
 

supports (mardi 21 janvier 2014)

Corriger les fautes (OOo)

Vous êtes en présence d’un tuto sur le module de correction d’OpenOffice Writer. Vous recherchez « l’équivalent Word » ? Alors c’est par ici.

Le document de travail, est disponible, comme d’habitude, en fichier attaché. Enregistrez-le sur votre ordinateur et ouvrez-le.

Un texte truffé de fautes, n’est-ce pas ?

Cela se voit immédiatement : observez tous ces petits traits ondulés rouges !

Vous pouvez désactiver (ou réactiver) les soulignements à l’aide du bouton « Vérification Automatique » :

Ici, par exemple, les fautes ne sont pas signalées car le bouton n’est plus activé :

À propos du correcteur

Bien entendu, rien ne vous empêche de corriger vos textes sans avoir recours au correcteur intégré.

De toute façon, il est nécessaire de savoir correctement se déplacer dans un texte afin d’y apporter ses propres modifications (et donc d’utiliser sans hésitation la bonne touche pour supprimer un caractère, tel que nous l’avons vu en tout début de session.).

Nous verrons, de plus, qu’il ne faut pas se reposer sans discernement sur le correcteur. Il ne s’agit que d’un assistant.

Le correcteur orthographique d’OpenOffice Writer (comme c’est le cas, d’ailleurs, de tous ses concurrents) se limite à quelques tâches relativement simples :

- Dans un premier temps, vérifier si les mots tapés figurent dans un dictionnaire. Si tel n’est pas le cas, les expressions sont soulignées en rouge. Attention : un mot n’est rien d’autre qu’une suite de caractères séparés – de part et d’autre – par un espace. Le programme ne signalera donc une éventuelle faute qu’à partir du moment où vous avez tapé l’espace qui sépare votre mot incorrect du mot suivant.

- Ensuite, le correcteur peut vous aider à traiter les fautes, au cas par cas. Comme nous allons le voir, plusieurs suggestions sont proposées pour remplacer chaque expression inconnue. C’est à vous qu’incombe la tâche de corriger votre texte, y compris en apportant une modification qui n’est pas proposée par le logiciel.

Voilà, grosso modo , en quoi consiste le correcteur de votre traitement de texte. N’en attendez pas plus ; c’est déjà énorme.

Ce type de corrections, nous l’aurons compris, peut être relativement efficace pour les fautes d’orthographe. Qu’en est-il, maintenant, des fautes de grammaire (fautes d’accord, notamment) ?

Eh bien, si j’avais un conseil à vous proposer : prenez le temps de relire vos textes, munissez-vous d’un manuel scolaire, d’un dictionnaire, voire d’un ouvrage de type « difficultés de la langue » et oubliez le « correcteur » grammatical de votre traitement de texte : c’est complètement nul.

Correction au coup par coup

Revenons à notre texte, après avoir, le cas échéant, activé les soulignements par le bouton « Vérification Automatique ».

Voici la première manière d’utiliser le correcteur :

Je clique du bouton droit de la souris, sur cette première faute ; ce qui fait apparaître un menu contextuel :

Il suffit, ensuite, de sélectionner (du bouton gauche) l’option choisie, autrement dit, le mot corrigé (avec un i au lieu du ï circonflexe) :

Une faute corrigée en deux clics de souris, sans avoir à toucher au clavier. Pratique, en effet :

Version « Moulinette »

Il peut arriver qu’une faute se présente sous un jour particulièrement inaccessible (par exemple, un rédacteur, perturbé par son sujet, s’échappe du langage commun). Dans ce cas, il est possible qu’aucune suggestion du correcteur ne soit satisfaisante :

Nous en profiterons pour utiliser l’autre méthode : plutôt que de cliquer sur chaque faute, l’une après l’autre, nous allons demander de lancer un assistant qui va examiner l’intégralité du texte et s’arrêter sur chaque faute soulignée.

Voilà une méthode qui pourra sembler plus adaptée, si votre texte comporte un nombre important de fautes d’orthographe signalées (comme dans notre exemple).

Il y a plusieurs façon de lancer cet assistant.

Première méthode : depuis le menu contextuel, sur une faute, il suffit de sélectionner l’option « Orthographe et grammaire »

Autre méthode : sans qu’il soit nécessaire de cliquer sur une faute, vous pouvez lancer directement le même assistant par le menu « Outils ».

Remarquez – troisième alternative – qu’il est également possible d’appeler le correcteur par un raccourci clavier : la touche de fonction « F7 » (sur la première rangée de touches, placée tout en haut du clavier) :

Et enfin, vous arriverez au même résultat en cliquant sur ce bouton :

Vous avez donc l’embarras du choix pour activer l’assistant ; voici à quoi cela ressemble :

Lorsque vous faites appel à ce type d’assistant, qui analyse votre texte et vous le présente par l’intermédiaire d’une nouvelle fenêtre, il est préférable de ne pas essayer de cliquer sur le document proprement-dit, placé en arrière-plan.

Même si rien ne vous empêche, comme vous le feriez sans l’assistant, de corriger directement une faute sur votre fenêtre principale, mieux vaut éviter de perdre son temps à passer du premier plan à l’arrière-plan.

Le correcteur, justement, vous permet de corriger de toutes les façons possibles votre texte. Alors restez-y.

Dans la partie supérieure de l’assistant, le programme présente une portion de texte, de quelques lignes (avec toutefois un ascenseur), ce qui est généralement suffisant pour corriger des fautes d’orthographe.

Les fautes sont affichées en rouge. Important : les erreurs sont traitées les unes après les autres dans l’ordre de lecture du texte. Voilà pourquoi cet assistant ne signale en rouge qu’une seule faute au même moment.

Ce n’est qu’après avoir traité la faute, d’une manière ou d’une autre (comme nous allons le voir) que l’assistant signalera la faute suivante, et ainsi de suite (d’où mon très familier sobriquet « moulinette » pour décrire ce type de traitement).

La partie inférieur de l’assistant présente les suggestions, identiques à celles figurant sur le menu contextuel, lorsque l’on clique du bouton droit de la souris sur la faute.

Si aucune suggestions proposée ne vous satisfait, vous pouvez alors cliquer dans la partie supérieure de la fenêtre et corriger votre texte manuellement (remplacement du mot erroné par la saisie d’une nouvelle expression) :

Une fois cette correction manuelle effectuée, il suffit alors de cliquer sur le bouton « Modifier » pour qu’elle s’applique réellement dans le texte, c’est à dire dans la fenêtre d’arrière-plan (voilà pourquoi, il est préférable de rester dans l’assistant).

Et la « moulinette » s’active : faute suivante !

« Standart » pas français, ça...

Il suffit, dans un premier temps, de sélectionner l’option correcte parmi les suggestions puis ensuite de cliquer sur « Modifier ».

C’est corrigé, passons à la faute suivante : je sélectionne l’option et je clic sur « Modifier » :

Et ainsi de suite...

Observons, maintenant, un cas particulier : votre texte comporte une expression qui ne figure pas dans le « dictionnaire principal » (dans notre cas, le dictionnaire français).

Il peut s’agir soit d’un terme familier, soit d’une expression issue d’un jargon quelconque, soit – cas présent – d’un mot d’une langue étrangère. Bref, dans tous les cas, ce mot sera signalé comme une faute.

Il est possible de demander de vérifier l’orthographe d’un mot de langue étrangère en ayant recours ponctuellement au dictionnaire de cette langue. Pour cela, il suffit de changer l’option « Langue du texte », placé tout en haut de la fenêtre et de choisir la langue correspondant à ce mot.

L’autre solution, après avoir vérifié que l’expression soulignée ne constituait pas une faute, consiste à demander au programme d’ignorer la faute.

Si l’on souhaite se donner la possibilité de vérifier toutes les occurrences du mot dans le texte (à chaque fois qu’il est employé) on clique sur « Ignorer une fois ».

Si par contre, on ne souhaite plus que ce mot soit signalé sur le texte, il suffit de cliquer sur « Tout ignorer » :

Dernière possibilité – à utiliser avec beaucoup de précaution – il est possible d’ajouter le mot au dictionnaire (principal) ; auquel cas, l’expression ne sera plus signalée, y compris sur d’autres textes. Pour cela, il faudra cliquer sur le bouton « Ajouter ».

Dans ce cas, ci-dessous, le correcteur pourra vous aider, y compris s’il ne s’agit pas vraiment d’une faute d’orthographe, mais plus d’une faute de frappe : il manque un espace entre deux mots.

Une fois que arrivé à la fin du texte, l’assistant retourne l’alerte suivante :

Je clique sur Ok et je retrouve la fenêtre ordinaire du logiciel.

Il y a encore beaucoup de fautes. Vraiment beaucoup.

Si j’ai, par exemple, omis de traiter une faute lors de l’assistant il est toujours possible de revenir dessus après coup.

Par exemple, ici, même s’il s’agit d’une expression erronée, imaginons qu’il soit nécessaire de la faire entrer dans le dictionnaire (le logo de la marque est ainsi, sans accents...)

Il suffira de cliquer du bouton droit de la souris...

...pour l’ajouter au dictionnaire :

Et ne plus voir de soulignement.

Cherchez l’erreur.

 

Peut-être encore pire que d’habitude

 

 

Autres supports
de l'atelier Bureautique

 

L'atelier «Bureautique»