Lilapuce
 

supports (mercredi 28 juin 2017)

Fullsync, explications préalables

Un support sans image, en complément de celui-ci.

Voici quelques précisions qui, j’espère, vous aideront à savoir si l’utilisation d’un logiciel de synchronisation, tel que Fullsync, répond à vos besoins.

Nous verrons notamment ce qui le différencie les logiques de sauvegarde et de synchronisation.


La source et la destinations

La logique d’usage d’un logiciel de synchronisation, contrairement à celle de la sauvegarde, répond à un besoin particulier : ne copier qu’une partie de l’arborescence des documents personnels de l’ordinateur (et non la totalité) vers un autre support.

Pour cela, il est donc nécessaire de définir un « dossier source » et un « dossier destination ».

Voici un exemple classique de configuration de source et de destination :

- Comme source, un dossier "APN", placé dans la bibliothèque « Images » de l’ordinateur (sous Windows).

- Comme source, un dossier "APN", sur un disque dur externe.

Il n’est pas techniquement indispensable que le dossier source et le dossier destination portent le même nom.

Par contre, j’ai bien précisé qu’il s’agissait de dossiers ce qui signifie qu’il n’est pas possible de définir comme source ou comme destination une « bibliothèque » de Windows.

C’est la raison pour laquelle il est absolument nécessaire de créer un dossier pour ranger les fichiers destinées à être synchronisés s’ils se trouvent directement dans une bibliothèque.


Actualiser la source ou la destination

La synchronisation permettra justement de modifier soit la destination, soit la source soit encore les deux. Vous trouverez à la fin du présent support la présentation des différentes possibilités de synchronisation données par Fullsync.

Cette faculté de pouvoir actualiser indifféremment des deux côtés (source et destination) représente en fait la principale différence entre la sauvegarde et la synchronisation ; avec cette dernière, on se donne la possibilité de placer, par exemple, les versions les plus récentes des fichiers d’un côté comme de l’autre. C’est une solution souple et légère de copie de fichiers sur deux supports différents.

La sauvegarde, au contraire, ne permet que d’actualiser la « destination ». Le passage dans l’autre sens, de la « destination » vers la « source » s’appelle généralement une « restauration ». C’est une solution radicale. En général, on ne l’emploie que suite à un problème grave : le disque dur de l’ordinateur est inutilisable et la sauvegarde permet justement de retrouver son environnement de travail.

Accès aux fichiers

Dernière précision concernant la différence entre synchronisation et sauvegarde : en dehors de la procédure lancée par le logiciel pour l’actualiser, il n’est absolument pas prévu que l’utilisateur accède au contenu d’une sauvegarde. D’ailleurs les fichiers ne sont généralement pas accessibles. N’essayez pas d’éditer vos fichiers à partir d’une sauvegarde traitée par un logiciel de sauvegarde tel que Cobian ; Ce n’est pas fait pour ça.

Par contre, rien ne s’oppose, après synchronisation, à ce qu’un dossier « destination » soit visité et modifié. Vous y retrouverez vos fichiers exactement dans les mêmes conditions que sur le disque dur de votre ordinateur.


Les profils

Après avoir installé le logiciel de synchronisation Fullsync, il est nécessaire de définir au moins un « profil » pour commencer à utiliser le programme.
De quoi s’agit-il ?

Chaque profil correspond à un type de synchronisation. Pour illustrer mon propos, je partirai de mon propre cas, qui permet de montrer trois exemples-types de sauvegarde.

Premier exemple :
c’est celui que j’ai déjà évoqué plus haut. Je veux faire périodiquement la sauvegarde du dossier « APN » de mon ordinateur vers un disque dur externe, spécialement réservé à cet effet.

Ce dossier « APN » ne contient que des photos récupérées depuis mon appareil photo. Plusieurs centaines de gigaoctets, organisées dans une arborescence de dossiers assez large mais peu profonde, doivent être ainsi actualisées 3 à 4 fois au maximum dans l’année. Il n’est pas nécessaire que je renouvelle à chaque fois l’intégralité de la copie de ce dossier « APN » car aucune modification n’est apportée aux anciennes photos dès lors qu’elle ont été sauvegardées. La sauvegarde « APN » ne consistera donc qu’à actualiser le disque dédié à cet effet en ajoutant au fur et à mesure les nouveaux dossiers.

Ce disque sera éventuellement utilisé pour présenter mes photos à d’autres personnes.

Deuxième exemple :
Pour mon travail j’ai besoin d’une clé USB - toujours de bonne qualité - dans laquelle se trouve une poignée de fichiers de bureautiques (textes et tableurs) ne pesant que quelques octets et dont le contenu change très fréquemment, plusieurs fois par semaine.

Ces quelques Ko, régulièrement actualisés, représentent pour moi une importance cruciale. Ces fichiers seront toujours traités depuis la clé, à partir de plusieurs PC différents, plusieurs fois par semaine.

La copie de référence (donc le dossier source) sera toutefois effectuée chaque semaine sur mon ordinateur personnel. En cas de conflit entre plusieurs versions de fichiers, situation inévitable lorsqu’on procède à de fréquentes copies sur plusieurs supports différents, la bonne version sera toujours la plus récente (a priori, sur la clé mais ce n’est pas toujours le cas).

Bien entendu le dossier dans lequel se trouvent ces fichiers de bureautique, tout comme le dossier « APN » de mon PC, feront l’objet encore d’un niveau de traitement supplémentaire, plus global, lorsque je procéderai à la sauvegarde de l’intégralité de mon disque dur, selon une périodicité encore différente (tous les mois) sur un disques dur, distinct, dédié à cet usage. Pour cela, je n’utiliserai pas le logiciel de synchronisation mas un logiciel de sauvegarde.

Ces exemples correspondent à des situations typiques de synchronisation et de sauvegarde assez différentes les unes des autres. J’ai choisi de les différencier : méthodes, périodicité et supports différents.

Il est donc préférable de bien définir de quelle façon on souhaite sauvegarder ses données : n’est-il pas souhaitable de synchroniser juste une partie très régulièrement et n’opérer la sauvegarde complète du disque que tous les mois (car c’est assez long), tout en doublant de façon incrémentielle et séparée mes photos personnelles, selon une autre périodicité ?

D’autres personnes trouvent que ma logique de sauvegarde ne vaut pas un kopeck et qu’elle est totalement inadaptée à leur propre situation. Ils ont très probablement raison !

Je suis le seul à pouvoir déterminer, d’après mon activité et mon organisation personnelle, que cette façon de procéder, en décomposant plusieurs niveaux de synchronisation et de sauvegardes qui se recoupent, est la plus adaptée à ma situation actuelle.

Pour cela, j’ai besoin et de faire appel à des « profils » de synchronisation différenciés : pour mes photos et pour mes fichiers de bureautique. Concernant la sauvegarde de l’intégralité du disque dur, même s’il est possible aussi de la faire avec Fullsync, je préfère passer par un vrai logiciel de sauvegarde.


Types de synchronisation

Comme je l’ai évoqué plus haut, c’est à l’utilisateur de choisir s’il faut ou non synchroniser en actualisant dans les deux sens - source et destination - ou au contraire juste dans un seul sens (par exemple, uniquement de la source vers la destination).

La décision sera uniquement guidée par l’usage qu’il fera de son dossier source et de son dossier destination. Mieux vaut avoir les idées claires avant de se lancer dans la synchronisation.

Voici les quatre types de paramètres de synchronisation proposés par Fullsync :

- Est-ce que le dossier « source » est, en toutes circonstances, LA référence ? Dans ce cas, mieux vaut opter pour une synchroniser dans un seul sens (source vers destination), de type « Exact copy ». Vous vous reposez sur le logiciel qui fait le boulot. Attention cette solution peut s’avérer destructrice : tous les fichiers qui ne sont pas dans le dossier « source » sont supprimés du dossier « destination » . Mieux vaut doubler votre synchronisation par une véritable sauvegarde régulière.

- Vous souhaitez conserver sur votre dossier « destination » d’anciens fichiers que vous avez supprimés de votre dossier « source » ? Choisissez alors la configuration « Publish / Update ». Attention aux versions multiples et autres doublons. Cette solution vous oblige à organiser soigneusement vos données. Vous avez l’obligation de bien maîtriser l’organisation de vos données.

- Il faut conserver dans votre dossier « destination » toutes les versions anciennes - y compris celles de fichiers qui ont été modifiés dans votre dossier « source » - et copier les nouveaux fichiers de ce dernier ? C’est la sauvegarde de type « Backup copy » qui vous faut. Solution encore plus radicale que la précédente : n’oubliez pas que la prolifération de doublons peut entraîner des situations très désagréables si on ne contrôle pas précisément quelle version utiliser.

- Si, comme dans le cas personnel évoqué ci-dessus, vous utilisez une clé ou un disque que vous transportez avec vous afin de le modifier sur d’autre ordinateurs que le vôtre, alors vous avez peut être intérêt à opter pour la synchro dans les deux sens : « Two Way synchronization »

Vous devriez normalement en savoir assez pour passer à l’explication complémentaire tout en image sur cet autre support.


 

Autres supports
de l'atelier Outils num.

 

L'atelier «Outils num.»