Lilapuce
 

supports (lundi 10 janvier 2011)

Identifier les sources [1]

Support mis en ligne initialement en 2007.

Il est indispensable de prendre en compte, une bonne fois pour toutes, que sur Internet, n’importe qui peut raconter n’importe quoi.

Qu’il faille ou non s’en désoler : c’est comme ça.

Plutôt que perdre son temps à se lamenter, mieux vaut essayer d’adopter les comportements adaptés à cette situation, en toute connaissance de cause.

Pour moi, le problème de la fiabilité de l’information trouvée sur Internet se pose très concrètement lorsque j’observe des utilisateurs peu expérimentés ; je pense, en particulier, à certains participants aux ateliers de la salle 301 ou à des usagers du Kiosque. Qu’ils ne m’en veuillent pas, mon intention n’est pas de les mettre à l’index, pas plus que de les ridiculiser.

Ces « internautes débutants » éprouvent bien souvent les pires difficultés à identifier, de façon générale, ce qu’ils ont devant les yeux :

- confusion entre navigateur, moteur, site, fournisseur d’accès ;

- perception très aléatoire des liens hypertextes (clics involontaires) ;

- difficulté à maîtriser la souris et l’ascenseur de la fenêtre ;

- interprétation erronée des résultats de moteurs de recherche ;

- méconnaissance des codes visuels en usage sur le net ou, plus généralement, des standards de l’interface informatique.

- etc.

Dans ces conditions, il est totalement illusoire d’attendre de ces internautes qu’ils adoptent des attitudes responsables par rapport aux informations trouvées sur le Web.

Le plus souvent, ces personnes ont d’abord besoin de se sentir sécurisées dans le maniement « basique » de leur ordinateur : la souris, le clavier, les fenêtres, etc.
Cette étape de repérage initial est une condition indispensable pour pouvoir passer à autre chose.

Le problème, c’est qu’il faut très souvent « passer à autre chose » plus rapidement qu’on ne l’avait envisagé : un CV à envoyer en urgence par mail, communiquer avec ses petits-enfants à l’autre bout du monde, etc. Bref, il faut généralement apprendre très vite d’autres procédures, sachant que l’on touche à un domaine où la somme des connaissances voisine l’infini.

En particulier, nous l’avons constaté, il sera nécessaire d’acquérir quelques connaissances afin que ces « apprentis internautes » soient capables de mieux évaluer la pertinence des informations trouvées sur le Web, pour éviter de se laisser mener en bateau.

Malheureusement nous ne sommes pas préparés à cet exercice, sauf à le pratiquer dans un cadre professionnel, tels les journalistes, les chercheurs universitaires ou les policiers. Au jeu des manipulations sur le réseau, il peut d’ailleurs arriver que des internautes aguerris se fassent piéger comme des bleus ; preuve qu’il ne faut jamais se reposer sur ses acquis.

A l’heure d’Internet, la connaissance de certaines règles d’usage fait totalement partie de l’apprentissage informatique : est-on capable d’utiliser une voiture en se contentant d’apprendre à enchaîner des manœuvres sur un parking désaffecté ?

Pour résumer, l’utilisation d’Internet fait appel à trois niveaux distincts de compétences :

- connaissances informatiques « basiques » (souris, menu, fenêtres, etc.)

- connaissances d’applications spécifiques à Internet (navigateurs, clients de messagerie, P2P, etc.)

- assimilation d’un certain nombre de règles d’usage, de conventions, de codes sociaux, de protocoles… ayant cours sur Internet.

Eh bien figurez-vous que ces « règles d’usage », il va désormais en être question dans notre atelier du mardi ; avouez que cela tombe bien !

Commençons avec notre sujet du jour :

Quelles sont les règles d’usage permettant d’identifier les sources et de vérifier la validité de l’information sur le Web ?

En guise de réponse, je propose les recommandations suivantes (liste non exhaustive) ; il s’agit de règles « techniques » relativement neutre à appliquer (observation des fenêtres, recherche de rubriques, etc.) mais aussi d’attitude à adopter, faisant appel à des appréciations forcément subjectives (les derniers points) :

- Vérifiez systématiquement l’adresse URL de ce qui s’affiche à l’écran ainsi que le titre de la page (dans la barre, en haut de la fenêtre).

- Vérifiez que vous n’avez pas plusieurs fenêtres ouvertes en même temps.

- S’agit-il réellement d’un site d’information ou de documentation ? (Autre forme possible : pastiche, satire, artistique, littéraire, jeu, etc.)

- S’agit-il d’un site perso, d’entreprise, d’association, d’un forum, d’un blog (avec commentaires), d’un Wiki, bref qui est l’auteur ?

- Pour répondre à cette précédente question : existe-t-il une page « Qui sommes-nous ? » ou « Présentation ? » ou « A propos » ?

- Existe-t-il une rubrique « Mention légale » ?

- Existe-t-il une rubrique « FAQ » ?

- Existe-t-il une page "Contact" ? Si oui s’agit-il d’un formulaire ?

- Le site est-il daté ? Si oui, à quel endroit se trouve la date ? (Une seule page ou plusieurs pages ? Quelles pages ?)

- Quelle est la date la plus récente et quelle est la plus ancienne ?

- Existe-t-il une page qui indique si les visiteurs peuvent contribuer au contenu du site et selon quelles modalités ?

- Existe-t-il une distinction entre « contributions » et « commentaires » ?

- Est-ce que le site intègre des contenus qui proviennent d’autres sites (syndication) ?

- Existe-t-il une règle sur la modération des commentaires ?

- Adoptez un regard critique et distancié, surtout si l’information semble confirmer vos propres croyances, conforter votre idéologie, valoriser votre communauté, vous cajoler dans le sens de l’écaille, etc.

- Vérifiez toujours les sources et recoupez l’information avant de relayer un buzz, une rumeur, un hoax, un spam, le dernier truc à la mode… Contrairement à ce que vous pourriez croire, un je l’ai lu sur Internet, jeté comme ça, brut de pomme, sans autre référence, risque de vous faire passer pour le pire des crétins.

- Gardez en permanence à l’esprit la question du Qui me parle ? : s’il vous semble qu’aucune réponse claire ne vous est apportée à ce sujet, considérez qu’il ne s’agit pas d’un site d’information ou de documentation.

- Si vous découvrez un site « d’actualité » inconnu, considérez que le fait de connaître l’identité de l’auteur est beaucoup plus important que de consulter l’information en elle-même (aussi savoureuse soit-elle).

- Vous recevez, sur une newsletter à laquelle vous êtes abonné, une liste d’articles (des titres). Vous cliquez sur l’un de ces titres ; ce qui vous conduit sur un site. Avant de poursuivre votre lecture, vérifiez l’adresse URL du site et essayez de savoir qui a écrit cet article si alléchant.

- La recherche de l’identité n’est pas une opération policière. Il ne s’agit pas d’organiser une planque pour essayer d’obtenir des informations confidentielles sur la vie privée des autres. Il est toujours intéressant, par contre, de connaître le point de vue à partir duquel d’info est donnée : anonyme (à proscrire), professionnel, marketing, technique, perso, politique, associatif, etc.

- Restez éveillé devant l’écran, quel que soit l’écran.

C’est tout pour l’instant. Vous pouvez désormais passer aux travaux pratiques, sur le support suivant.


2 Messages

  • Identifier les sources [1]

    18 novembre 2011 09:07, par svenborg

    pourquoi "anonyme" est à proscrire et "moralité" jamais cité ?

    pourquoi "identité" est à rechercher alors qu’association est à accepter ?

    Il y a là un manque de réalisme : en francophonie, la plupart des associations sont loin d’être claires et l’anonymat est un droit sur le net.

    Il manque un critère de république/démocratie : le droit non-négociable d’effacer ses données, dont les commentaires sur un forum.
    Est-ce qu’un site accepte la démocratie ?

    repondre message

    • Identifier les sources [1] 18 novembre 2011 15:54, par François
      Je me suis certainement mal fait comprendre : l’anonymat est un droit indiscutable, que ce soit sur Internet ou ailleurs. Je considère, par ailleurs, qu’internet n’est en aucun cas assimilable à un média, tel qu’un journal ou la TV ; contrairement à ce qui est souvent dit. C’est précisément parce qu’il est hors de question de réglementer le net et qu’il faut considérer que, sur Internet, "n’importe qui peut effectivement mettre en ligne n’importe quoi" (dans le cadre légal). Et c’est en raison de cette singularité qu’il est nécessaire, d’un point de vue pédagogique, de donner quelques pistes permettant à l’usager novice de ne pas se faire mener en bateau. Vaste programme. Mon seul souci, en ce qui concerne ce support, consiste à mettre en garde sur une navigation qui, d’un point de vue élémentaire, n’est pas contrôlée par le lecteur : une page s’affiche à l’écran ; à qui ai-je affaire ? quels moyens je me donne pour évaluer, si ce n’est, la pertinence du contenu, au moins son origine, même très générale ? Je constate que, trop souvent, beaucoup de personnes ne se posent même pas ces questions élémentaires. Cela commence par identifier ce qu’est un domaine et saisir une URL au lieu de passer par un moteur. Identifier une adresse de site perso, institutionnel, commercial ou associatif à partir de l’observation du domaine et du contenu : voilà les pistes que je propose à mon public, composé en grande partie, de personnes âgées. Les associations ne sont évoquées ici qu’à titre d’exemple ; bien entendu, une association, en raison de ce qu’elle est, n’est pas plus fiable que n’importe quoi ou qui d’autre.

      repondre message