Lilapuce
 

supports (mardi 26 octobre 2010)

Le lasso [3] : modifier la sélection

Vous connaissez désormais le mode d’emploi général du lasso polygonal (voir support 1) ainsi que les « pièges » associés à cet outil (voir support 2).

Dans ce dernier support, vous trouverez différentes situations typiques concernant l’usage du lasso polygonal : comment améliorer une sélection et la modifier avec un certains nombre d’options proposées par Photoshop.

Vous pouvez considérer que dans bien des cas, les logiques qui sont présentées à partir de cas concrets liés à l’usage de cet outil, peuvent être généralisées à la plupart des contextes de création de sélections, quel que soit l’outil (Baguette magique, Rectangle, Plume, etc.)

Reprenons notre image et voyons comment je peux combiner différents outils pour améliorer une sélection.

Ajouter et soustraire à la sélection

J’ai utilisé, ci-dessous, la baguette magique (voir support) pour sélectionner le mur. Dans ce cas, vous constatez que Photoshop se montre particulièrement incompétent pour distinguer une partie du visage du personnage.

Il va falloir redessiner le profil de cet enfant, quitte à réinventer ce que l’image numérisée, faute de qualité, ne peut restituer. Pour cela, je prends l’outil lasso polygonal.

Il est nécessaire de soustraire une partie de la sélection. Je clique donc, ensuite, sur l’option correspondante.

Je commence le tracé du nez.

J’ai besoin de zoomer pour une meilleure visibilité : la commande CTRL + permet d’agrandir l’affichage écran tout en gardant l’outil lasso en main (CTRL -, pour réduire), car, dans ce cas, je n’ai pas accès à la palette navigation. Si nécessaire, je n’hésite pas à naviguer à l’intérieur de l’image, grâce à la touche Espace (voir support).

J’arrive au bout de mon tracé : je repère le symbole (lasso accompagné du petit cercle)…

Je clique. La forme que je viens de dessiner est soustraite de la sélection.

Je décide, ensuite, de remodeler le menton en supprimant l’ombre du profil : cette fois ci je vais prendre l’option Ajouter car si j’ôte une partie du personnage c’est qu’elle doit s’ajouter au mur…

De quel côté de la sélection suis-je ? C’est une question permanente que l’on se pose lorsqu’on doit effectuer des sélections.

Force est de reconnaître que la réponse est loin d’être toujours intuitive, lorsque notre seul repère visuel est constitué par ce contour clignotant. Si bien qu’il arrive fréquemment qu’on ajoute au lieu de retirer, et vice versa… Nous verrons qu’il existe un moyen très commode pour nous aider à effectuer cette gymnastique de l’esprit (mode masque).

Je commence donc ma sélection : clic du départ.

Peut importe que le contour inférieur du tracé dépasse amplement sur la sélection active (le mur) : je ne fait qu’ajouter à une zone qui est déjà sélectionnée. Par contre il importe que le bord supérieur soit précis : je redéfinis une nouvelle délimitation de la sélection

Je continue mon tracé.

Je boucle.

Il y a quelque chose qui me chagrine : la zone sous le menton, au début du cou.

Il y a juste un pixel à ajouter à la sélection. Il est inutile de prendre le lasso pour un pixel ! Autant prendre l’outil Rectangle.

Je vérifie que l’option Ajouter est bien activée et, vu le taux de zoom écran, je peux cliquer à l’intérieur du pixel (petit geste précis). Remarquez que j’aurais tout aussi bien pu procéder ainsi pour ajouter la « barre » des trois pixels de tout à l’heure.

Bon, considérons que c’est satisfaisant.

J’effectue un zoom arrière (CTRL -) pour avoir une vue plus naturelle de l’image, car le zoom extrême peut considérablement fausser la perception.

Si cela me convient, il ne faut surtout pas hésiter à mémoriser la sélection !

Modifier la sélection, par le menu

Voyons, maintenant, d’autres options que nous n’avons pas encore présentées.

J’ai sélectionné une zone de pixels à l’aide du lasso qui englobe, approximativement le motif du pull du personnage.

Je clique ensuite sur le Menu Sélection, puis Modifier. Quatre options me sont proposées.

Je choisis Dilater ; ce qui fait apparaître une boîte de dialogue : je tape la valeur 2 et je valide (OK).

La sélection s’est dilatée, en proportion de 2 pixels. J’annule cette opération : CTRL+Z pour revenir à la sélection initiale…

…histoire d’essayer l’option Contracter

Je garde la valeur proposée.

La sélection contractée de 2 pixels. J’annule à nouveau cette manipulation.

Je reviens sur le menu Sélection pour choisir, cette fois-ci l’option Contour progressif…

J’indique, par exemple, une valeur de 3 pixels.

Il me semble que ma sélection s’est contractée. Quelle différence avec l’option Contracter la sélection ?

Pour m’en rendre compte, il suffit de faire un réglage sur cette sélection « avec contour progressif » (Teinte et saturation). L’effet du réglage dépasse la seule zone de la sélection, il s’étend progressivement au-delà, sur trois pixels tout autour de la sélection, avec un effet de halo.

Pour évaluer la différence, j’annule ces deux dernières manipulations (CTRL-ALT+Z deux fois) afin de revenir à ma sélection initiale, puis j’effectue le même type de réglage. Je constate que l’effet du réglage ; est très nettement délimité par la sélection.

Passons à une autre zone de l’image pour approfondir cette notion de « contour progressif ».

Je clique, cette fois-ci sur le mur, côté droit.

Ensuite, je prends le lasso polygonal, je clique sur l’option Soustraire et je modifie le contour progressif : 2 pixels.

Je trace un nouveau contour qui empiète sur le pull de quelques pixels.

La modification est quasiment imperceptible. Pour cause : j’avais appliqué un contour progressif d’une valeur de 2 pixels à peine supérieur à ma nouvelle délimitation dans le personnage.

Ce n’est qu’en remplissant ma sélection de couleur que je me rends compte de l’effet. Ci-dessous, j’ai rempli avec la couleur d’arrière plan – blanc – (CTRL+Retour Arrière).

Je constate que la zone définie comme contour progressif introduit un effet de transition entre cette couleur blanche - de la sélection - et celle qui se situe au-delà.

Cette fois-ci je remplie ma sélection avec la couleur de premier plan – jaune – (ALT+Retour Arrière). Cela me permet de vérifier à nouveau l’effet à partir d’une autre couleur.

Prenons, pour terminer, encore une autre zone de l’image : je clique dans le sol, à côté du ballon. Le moins que l’on puisse constater, c’est que la sélection est loin d’être parfaite.

Plutôt que cliquer pour attraper ces îlots de pixels, je vais tenter la démarche suivante : je clique sur le Menu Sélection / Modifier /Lisser.

L’image est assez grossière, je peut me permettre une valeur relativement élevée de 3 pixels.

Tous mes petits points clignotants ont disparus ; ils étaient d’une surface inférieure à 3 pixels.

Il ne me reste plus qu’à retracer la sélection. Dans ce cas, vu le motif, et vu la qualité de l’image, je peux me permettre d’y aller au lasso polygonal…