Lilapuce
 

exercices (mercredi 20 décembre 2017)

Le pendu et le mégalo

Les images de l’exercice sont, comme d’habitude, disponibles en fichiers joints.

Ouvrez LE_PENDU dans Gimp :

Faites un duplicata du calque en cliquant ici, en bas de la fenêtre Calque :

Important : cliquez, si nécessaire, sur le premier calque de la pile, c’est à dire, la copie que vous venez de créer, afin de vous assurer que c’est bien ce calque qui est sélectionné, car c’est sur ce premier calque que nous allons intervenir, dans un premier temps :

Passez par le menu Couleur/Seuil et réglez le noir sur 154. Validez :

Votre image a perdu toutes les nuances intermédiaires entre le noir et le blanc. C’est ce qu’on appelle une image « au trait ». En déplaçant le curseur, vous avez indiqué que sur une échelle de 0 (noir pur) à 255 (blanc pur) la nuance de gris 154 de l’image originale sera le seuil à partir duquel on bascule du noir au blanc.

Le but du jeu à présent va consister à remplir les parties blanches des bâtiments avec du noir, afin obtenir le résultat ci-dessous :

Pour cela, le plus simple consiste, tel que cela est expliqué sur cet autre exo, à prendre l’outil « Sélection à main levée » (lasso), d’encercler toutes les parties blanches des bâtiments et de les remplir en passant par le menu Édition/Remplir avec la couleur de premier plan (en supposant que le premier plan est bien le noir ; si ce n’est pas le cas, appuyez sur la touche D du clavier).

Cliquez ensuite sur l’outil« Sélection par couleur » et cliquez sur une zone blanche de votre image :

Dans la fenêtre Éditeur de sélection, cliquez sur l’icône « Inverse la sélection » :

Il faut obtenir le résultat qui est sur cette vue ci-dessous, de l’éditeur de sélection, avec le ciel en noir.

Pourquoi le ciel doit-il être en noir dans l’éditeur de sélection ?

Tout simplement parce que la partie que nous voulons garder dans cette image n’est PAS le ciel mais tout le reste !

L’icône « Inverse la sélection » permet justement de basculer entre positif et négatif pour obtenir, à la fin, la sélection souhaitée.

En fait, depuis le début nous avons traité l’image en deux tons afin de pouvoir mieux délimiter les zones qui doivent être visibles de celles qui seront masquées.

Peu importe que l’on traite la partie à garder ou celle qui doit est jetée, lorsqu’il faut compléter la sélection.

À partir du moment où ces deux parties s’imbriquent en bord à bord comme des pièces d’un puzzle, il suffit juste de vérifier sur l’éditeur de sélection que la bonne partie est sélectionnée et, si tel n’est pas le cas, d’inverser la sélection ;

N’oubliez pas ce repère visuel très important sur Gimp : la sélection active sera toujours représentée par du blanc et donc, inversement, le noir correspond à ce qui n’est pas sélectionné.

Une fois que vous avez bien vérifié que le ciel n’est plus sélectionné, retournez sur la fenêtre Calque, et enchaînez les trois actions suivantes :

- Cliquez sur l’icône « œil » du premier calque de la pile (première colonne), celui que vous avez passé au trait (noir et blanc), afin de masquer ce calque. Nous n’en n’avons plus besoin ;

- Cliquez sur la vignette du calque placé en-dessous, afin de bien vous assurer que l’action se passera désormais sur celui-ci (il doit apparaître surligné en bleu) ;

- Faites un clic droit sur ce deuxième claque et choisissez l’option « Ajoutez un masque de calque » :

Cliquez ensuite sur « À partir de la sélection » :

Ce damier symbolise la transparence. Le ciel est désormais masqué.

Regardez la fenêtre calque, vous y trouver le masque de calque, associé au calque LE_PENDU :

Nous n’avons plus besoin de la sélection.

Sur la fenêtre Éditeur de sélection, cliquez sur cette icône (on peut aussi faire le raccourci CTRL-MAJ +A) :

Récupérez maintenant la deuxième image de notre exo ; passez par le menu Fichier/Ouvrir en tant que calques... :

Et ouvrez le fichier LE_MEGALO, laquelle devrait normalement s’afficher plein pot et masquer tout ce que nous avons fait :

Normal : cette image LE_MEGALO s’est placée, en tant que calque, au-dessus du calque sélectionné – c’est à dire, le calque LE_PENDU (accompagné de son masque de claque) - au moment où nous sommes allés la chercher :

Il suffit de cliquer ici :

Pour que le calque LE_MEGALO vienne sous le calque LE_PENDU.

Cliquez bien sur LE_MEGALO (doit être surligné en bleu) ; c’est désormais sur ce calque que nous allons agir :

Il est très important de prendre un moment pour bien intégrer la logique de ce que nous venons de faire :

- D’une part, à l’aide d’un masque de calque, nous avons transformé une partie d’un calque en zones transparentes.

- D’autre part, LE_MEGALO s’incruste dans les parties transparentes du calque LE_PENDU.

- Enfin, l’ordre dans lequel sont superposé les deux calques est déterminant pour le rendu final.

Il reste à faire quelques ajustements. Cliquez sur l’outil « Déplacement ».

Cliquez ensuite sur l’option « Déplacer le calque actif »

Vérifiez encore que c’est bien LE_MEGALO qui est sélectionné :

Passez ensuite par le menu Calque/Transformer/Miroir horizontal

Cliquez-glissez ensuite directement sur l’image pour déplacer le calque LE_MEGALO afin d’avoir cet effet ; comme s’il s’agissait d’une sorte de King-Kong blanc (brrrr) :

Ah oui ! le pointillé jaune visible ci-dessus… n’y prenez pas garde, ce n’est qu’un repère visuel qui indique le bord du calque LE_MEGALO, après l’avoir déplacé dans l’image. Ce pointillé ne s’affichera pas dans l’image finalisée (une fois qu’elle sera exportée).

Si ce pointillé vous gêne, cliquez sur un autre calque dont la surface et le positionnement correspondent exactement au canevas de l’image. Dans notre cas, il suffit de cliquer sur le calque LE_PENDU et le pointillé disparaîtra.

Libre à vous ensuite d’apporter toutes expérimentations à cette image, en modifiant, par exemple, les couleurs et en appliquant divers filtres…

Dans ce cas je vous conseille de créer tout de suite un fichier GIMP de votre travail, tel qu’il est en l’état et de considérer qu’il ne faudra plus le modifier.

À partir de ce fichier, vous pouvez créer ensuite une deuxième version que vous pourrez alors modifier à votre guise :

Vous conservez ainsi toujours votre fichier d’origine et c’est à partir de celui-ci que vous pourrez « enregistrer sous » d’autres variantes.

 

LE_PENDU

 
 

LE_MEGALO

 

 

Autres exercices
de l'atelier Photomontage

 

L'atelier «Photomontage»