Lilapuce
 

supports (mercredi 23 octobre 2019)

Masque de calque (coude en l’air)

Après notre pas à pas très détaillé de la semaine passée sur la baguette magique, voici un autre support spécial pour débutants sur GIMP.

Cette fois-ci il sera question des masques de calque.

L’utilisation du masque de calque est une technique qui sera systématiquement utilisée dans notre atelier Photomontage pour réaliser les détourages.

Là encore, comme avec les outils de sélection, lilapuce propose une quantité assez conséquente d’autres exemples permettant d’illustrer la technique de détourage par masque de calque. N’hésitez pas à fouiller dans le stock maison des supports et autres exercices, proposés ci-contre, dans la colonne de droite. Vous êtes chez vous.

Je rappelle que j’ai adopté un parti pris sur l’interface du logiciel (les 6 fenêtres), qu’il est préférable d’adopter avant de suivre tous les supports présentés sur ce site. Au besoin reportez-vous au premier compte rendu de la saison pour avoir des précisions sur cette question

Commencez par récupérer le fichier de travail qui est disponible en pièce jointe. et ouvrez-le dans Gimp.

Passez ensuite par le menu « Couleurs/Désaturation/Désaturer... »

La désaturation consiste à transformer une image couleur en image en niveaux de gris. Vérifiez que l’option Luminance est activée, même si cela n’a pas beaucoup d’importance, pour le cas présent . Validez.

Retournez dans le menu « Couleurs » mais cette fois-ci, cliquez ensuite sur « Courbes »

Cette courbe est, de mon point de vue, la meilleure méthode pour modifier sur GIMP, le contraste d’une image.

L’histogramme représente les nuances de niveaux de gris de l’image sur un nuancier de 256 valeurs.

Sous l’histogramme, vous avez une bande horizontale, en dégradé, qui représente justement, ces 256 nuances de niveaux de gris. À gauche, se trouve le noir pur (0) et à droite, le banc pur (255).

On constate que les zones les plus claires de cette image correspondent à des nuances de gris clair, puisque l’histogramme commence à partir de la moitié de la deuxième case, en partant de la droite.

Le pic qui apparaît ensuite dans l’histogramme en allant vers le milieu, soit les quarts de tons, correspond aux zones le plus claires de l’image ; c’est à dire aux valeurs correspondant à la statue.

Les demis-tons, soit les valeurs de gris placées au milieu de l’axe horizontal, sont peu présentes dans cette image. Par contre l’autre pic, à gauche, représente toutes les parties foncées (les trois quarts de tons).

La diagonale du graphique représente les valeurs d’origine de l’image, les « valeurs en entrée ». Chaque point qui constitue cette droite diagonale est placé avec une valeur égale sur l’axe horizontal (X) et sur l’axe vertical (Y). Par exemple le gris moyen est placé, bien au milieu à X:128 Y:128, le noir pur : X:0 Y:0 et le blanc pur : X:255 Y:255.

Pour modifier le contraste de l’image, il faudra déplacer sur l’axe vertical différents points de cette droite, ce qui aura pour effet d’en modifier la valeur d’origine : soit vers le haut, pour éclaircir, soit vers le bas pour foncer.

Autrement dit, on va créer des « valeurs en sortie » et il sera ainsi possible de modifier le contraste, assez finement, sur des nuances spécifiques de l’image.

Dans le cas présent, il ne sera nullement question d’apporter des nuances subtiles, puisqu’il faudra transformer cette image en 256 niveaux de gris pour créer un motif extrêmement contrasté qui s’approchera beaucoup d’un rendu « au trait », c’est à dire d’une image dans laquelle les valeurs de blanc pur et de noir pur sont dominantes.

Voici comment nous allons nous y prendre.

Pour commencer, je vais blanchir la statue. Il me faut déplacer le tons moyens vers les hautes lumières.

Je clique sur le point central (environ X:128 Y:128), correspondant au gris moyen...

... pour le glisser vers le haut, par exemple, comme indiqué ci-dessous (environ, X:117 Y:195) :

La correction que j’ai effectué sur la courbe est marquée sur trois points. Nous venons de voir le premier avec le précédent qui nous a permis de déplacer le gris moyens pour l’éclaircir.

Le deuxième point permettra de noircir l’image sur les zones sombres.

En cliquant ici (ci-dessous), c’est à dire en déplaçant tout en bas le point , j’indique qu’il n’y a désormais plus aucune différence entre le noir pur (0) et toutes les nuances intermédiaires qui vont de ce noir jusqu’à la valeur d’origine de l’image correspondant, sur l’échelle de niveau de gris, à la 97e nuance partant du noir vers le blanc :

Ci-dessous, je redéfinis le point le plus clair. Ce sera le blanc pur et toutes les valeurs d’origine (entrée) de l’image correspondant aux nuances intermédiaires entre le blanc pur (255) et ce gris clair (156) seront, en sortie, indistinctement blanc pur :

Au lieu de 256 nuances, mon image est désormais représentée sur une échelle de 60 valeurs (de 97 à 156), avec une modification extrême des points d’entrée des zones les plus claires et les plus sombres.

Une image, on ne peut plus contrastée !

C’est le but recherché : car je souhaite obtenir une séparation franche entre la statue et le fond de l’image.

J’ai réalisé les éléments qui me permettront de créer un masque et faire mon détourage mais je n’ai plus l’image d’origine :

... il faut désormais que je l’ouvre à nouveau :

La photo se charge normalement dans un calque, placé première position, en haut de la pile :

Tout est en place pour faire le détourage de l’image, mais pour cela, il est nécessaire de travailler sur l’image contrastée.

Je clique donc sur l’icône de l’œil...

... pour masquer l’affichage du calque que je viens de charger (la photo d’origine).

J’ai donc à nouveau l’image contrastée qui s’affiche...

... mais attention ! Dans ma fenêtre calque, c’est toujours le calque qui comporte l’image non retouchée qui est sélectionné.

Quand on désactive l’affichage d’un calque, comme je viens de le faire, il est nécessaire de toujours cliquer sur le calque sur lequel on doit travailler, faut de quoi on risque d’apporter des modifications sur le mauvais calque.

La vignette est encadrée avec ce filet blanc : cela m’indique que la suite des actions se passera bien sur ce calque !

J’ai besoin d’afficher l’éditeur de sélection :

Je clique ensuite sur l’outil « baguette magique » (en fait « sélection contiguë », sur GIMP)

J’active ensuite la première case du Mode (« Remplace la sélection actuelle »), afin de réinitialiser chaque clic.

Avec cette image, qui est si contrastée, si on n’arrive pas à attraper l’essentielle de la zone blanche d’un seul clic c’est que l’outil est mal réglé !

Évitez de vous saisir de l’outil baguette magique en mitraillant votre image. C’est une mauvaise habitude. Normalement, si l’outil est bien utilisé, quelques clics doivent suffire !

Nous allons justement régler le seuil à 80. Ce qui revient à indiquer au logiciel que, sur une échelle de 256 nuances, le clic de souris ne fera aucune distinction entre pixels de valeurs voisines jusqu’à un écart de de 80 nuances. C’est un réglage très grossier, qui devrait nous convenir, tenant compte de la définition de l’image et du type de motif à sélectionner.

Je place mon outil sur la zone blanche...

... et je clique. Certaines parties de l’image ne sont pas sélectionnée mais cela devrait convenir. En fait ce qui m’intéresse dans ma sélection c’est d’avoir le contour !

Je jette un coup d’œil sur l’éditeur de sélection, qui m’indique une autre représentation de la sélection. Même s’il s’agit d’une vignette, cette vue me donne un aperçu appréciable de la sélection active.

Je vais essayer avec ça !

Je clique donc sur l’icône de l’œil du calque de la photo d’origine.

Ne pas oublier : je clique aussi sur la vignette du même calque, car je dois désormais intervenir dessus.

Puis je clique du bouton droit de la souris sur la même vignette, afin de sélectionner « Ajouter un masque de calque » sur le menu contextuel :

Pour « Initialiser le masque de calque à : » il faut cocher « Sélection » :

Validez par « Ajouter » :

L’image est partiellement masquée (il y aura des ajustement à faire, mais l’essentiel y est).

En fait, ce n’est pas compliqué : la zone de pixels correspondant à la sélection est visible et tout le reste est masqué.

Et dans la fenêtre Calques on voit une nouvelle vignette qui accompagne celle de la photo. Cette vignette ressemble beaucoup à ce qui s’affiche dans l’éditeur de sélection : il n’y a que du noir et du blanc.

Là aussi ce n’est pas compliqué, il faut juste le retenir par cœur que sur la vignette du masque, ce qui est blanc correspond à la partie visible, le reste, qui est noir est masqué.

En fait ce qui est masqué sur le premier calque (notre photo) laisse apparaître le calque placé juste en-dessous, d’où ces briques blanches visibles en arrière-plan.

Je n’ai plus besoin de la sélection donc je clique sur cette icône...

... pour effacer la sélection active (pour les adeptes des raccourcis clavier vous pouvez aussi utiliser CTRL-MAJ +A).

Il faut que je désactive aussi l’affichage de ce calque de l’image contrastée. Ce calque ne m’est plus utile et, comme nous l’avons signalé plus haut, en le laissant, on affiche une information qui n’a aucun intérêt (le fond avec quelques briques blanches).

Comme le calque du fond n’est plus visible, les parties masquées du premier calques apparaissent dans leur plus simple expression : elles sont sans pixels, autrement dit, elles sont transparentes, ce que représente ce damier gris.

Je dois améliorer mon détourage mais ce damier ne me facilite pas la tâche. Je vais donc créer un nouveau calque avec un fond de couleur uni. Ainsi j’aurais une bien meilleure visibilité.

Je vais commencer par modifier la couleur de premier plan. Un clic sur ce rectangle de couleur appelé Premier Plan (PP) qui est ici en noir :

Sur le nuancier, je clique sur la quatrième icône pour afficher la roue :

Je choisis d’abord la teinte dans le cercle chromatique. Le point cliqué est désigné par ce trait, ici dans les bleu-violets

Ensuite il faut cliquer dans le triangle (saturation, blanc noir) afin de préciser la couleur, laquelle est indiquée par ce petit cercle :

Je valide.

Je viens de modifier ma couleur de Premier Plan (PP)

Je clique ensuite sur cette icône de la fenêtre Calques, afin de créer un nouveau calque :

Ce qui provoque l’ouverture de cette grande boîte de dialogue :

Nous n’aurons qu’une chose à modifier :

Indiquer qu’il faudra remplir ce nouveau calque avec la couleur de premier plan :

Toujours valider...

Ah, voilà le fond !

Le fond coloré, sur un calque qui est placé juste en-dessous du premier calque qui est donc visible sur les zones transparentes de ce dernier.

J’ai besoin de zoomer pour avoir plus de précision :

Je rappelle que la fenêtre « Navigation » permet de préciser quelle zone doit être affichée à l’écran :

Très important : il faut cliquer ensuite sur le masque de calque car c’est sur ce dernier que nous allons corriger le détourage :

Tout aussi important : pour corriger le masque, puisque nous avons affaire à un objet, comme nous l’avons vu, qui ne présente que du noir ou du blanc, il est nécessaire de rétablir les couleur Noir et Blanc pour le premier plan (PP) et l’Arrière Plan (AP)...

... pour cela, si l’on pointe cette icône placée à l’angle inférieure gauche des couleurs PP et AP, on fait apparaître une infobulle qui indique, qu’en plus de cliquer, une simple pression sur la touche D du clavier, permet de rétablir le Noir en PP et le Blanc en AP !

C’est bien mais ce n’est pas suffisant car il nous faut dans un premier temps corriger ces taches qui apparaissent dans la statue :

Donc si on voit le fond (bleu) cela veut dire qu’on voit le claque qui est placé en-dessous. Cela veut donc dire que ces parties sont masquées, alors qu’elles ne devraient pas l’être. Cela veut dire que notre masque, à ces endroits est noir alors qu’il devrait être blanc.

Il faut donc inverser la couleur de Premier Plan pour qu’elle soit blanche. Si on point sur l’icône, placée à l’angle supérieure droite des couleurs de PP et AP on voit qu’il est possible d’inverser les couleurs, soit en cliquant, soit à l’aide du raccourcis X :

Je clique ensuite sur l’outil pinceau.

Puis je choisis une forme de brosse :

Je pointe sur l’image pour juger de la taille de la brosse...

... ce qui peut me conduire à modifier ce paramètre.

Ensuite ce n’est pas bien compliqué : dès lors que la couleur blanche est définie comme couleur de premier plan (PP), en appuyant sur le bouton gauche de la souris et en effectuant de petits gestes, il ne me reste plus qu’à...

... effacer...

... ces taches.

Pour cette partie de l’image, autour de l’épaule, j’aurais besoin de zoomer :

Je manque de visibilité, donc, tout en utilisant la même méthode, à l’aide de mon pinceau, couleur de premier plan en Blanc, je vais dégager grossièrement sur la zone, pour y voir plus clair :

Ensuite je prends l’outil « Lasso » (Sélection à main levée)

Un premier clic, pour marquer le premier point d’ancrage sur le bord de la zone qu’il me faut redéfinir :

Après ce premier clic, je lève le doigt de la souris puis je déplace le pointeur un peu plus bas le long de mon contour...

... puis je marque un deuxième point en cliquant à nouveau :

Et ainsi de suite, je dessine mon contour...

... point par point :

Jusqu’au premier point...

... pour boucler mon contour et redéfinir, ainsi, une nouvelle sélection :

Un petit coup d’œil sur le masque. Voyons, voyons... j’ai défini un contour pour corriger mon masque ! Faut-il que le remplisse de noir ou de blanc ?

Bah de noir évidemment !

Donc, comme la couleur de Premier Plan (PP) est le Blanc, il va falloir inverser.

j’appuie sur la touche X du clavier :

Oui, c’est bien ça, il faut le remplir pour le masquer :

Je passe par le Menu « Édition/Remplir avec la couleur de PP » (qui est noire)

OUI.

Oui, le premier calque est masqué sur la zone sélectionnée, donc il est transparent à cet endroit et laisse donc apparaître le fond du calque placé juste en-dessous :

Je n’ai plus besoin de cette sélection :

Considérons que ce détourage est finalisé.

Reste à savoir ce qui en sera fait mais, cela est une autre histoire.

 

Document de travail

 

 

Autres supports
de l'atelier Photomontage

 

L'atelier «Photomontage»