Lilapuce
 

supports (lundi 3 janvier 2011)

Poster une annonce sur « leboncoin.fr »

Le présent support vous permet de suivre une situation qui s’est réellement déroulée à l’atelier « Internet niveau 2 » en janvier 2011.

Depuis quelques temps, j’avais pris la décision de mettre en vente un objet personnel sur Internet.

Je connaissais eBay, pour l’avoir utilisé à plusieurs reprises aussi bien en tant qu’acheteur que vendeur, ce qui m’avait conduit à l’évoquer de façon assez détaillée lors de mes ateliers.

Cette fois-ci, je décidais de tester Le Bon Coin, un site de vente en ligne, très connu en France, dont on m’avait souvent parlé mais que je n’avais jamais encore eu l’occasion d’essayer.

Je décidais d’en profiter pour montrer, lors de notre séance, toute la procédure, depuis la création du compte jusqu’à la mise en vente d’un objet.

Les vues ci-dessous ont donc été effectuées, pour l’essentiel, à partir de captures d’écran réalisées pendant le déroulement de l’atelier ; ce qui est exceptionnel.

Ne connaissant pas (précisément) le nom de domaine de ce site, j’utilise le champ de recherche du navigateur. Je tape les mots-clés suivants : « bon coin » et je lance la requête par la touche « Entrée » du clavier :

Google me retourne en première position un résultat qui semble correspondre au site recherché : je vérifie le titre de la page (en bleu), le contenu textuel du résultat (en noir) et l’adresse – « leboncoin.fr » – (en vert).

Essayons.

Comme il s’agit de ma première visite...

… je décide d’essayer d’en savoir plus sur ce site avant de commencer à y faire quoi que ce soit

Simple mesure élémentaire de vérification.

Par principe, j’aurais même tendance à considérer que cette vérification doit être faite systématiquement, quel que soit le site visité.

Dans le cas présent, il s’agit d’un site de mise en vente gratuit, utilisable en grande partie par les particuliers.

La gratuité est, certes, une bonne chose (surtout pour les vendeurs) mais il n’en reste pas moins qu’Internet n’échappe pas à l’environnement général : la création d’un site de cette nature demande un minimum d’investissement et occasionne des frais de fonctionnement.

Comment s’en sortent-ils ? Il y a t-il une logique non-commerciale ou non-marchande dans cette offre ? Dans ce cas, de quelle logique s’agit-il ? Quel est donc leur mode de rentabilité, si ce n’est leur « modèle économique » ?

Voilà des questions que l’on devrait se poser systématiquement quand on rencontre, sur Internet, des services ou des usages « gratuits ».

Nous verrons que le même principe apparent de « gratuité », sur Internet, peut correspondre à des logiques radicalement différentes.

Mieux vaut savoir à qui l’on a affaire et agir en connaissance de cause.

Simple réflexe élémentaire de curiosité.

Voilà pourquoi je clique sur la traditionnelle rubrique « Qui sommes-nous », généralement placée, comme ici, en bas de page :

La page de présentation permet déjà de savoir que le site repose sur le principe de la proximité géographique des vendeurs avec les acheteurs.

Sous-entendu : on facilite la mise en relation et c’est aux personnes de s’entendre entre elles sur les modalités précises de la transaction.

A priori, mieux vaut, ici, contacter un vendeur que l’on pourra rencontrer physiquement. Contrairement, à d’autres sites de vente entre particuliers (par exemple eBay) Le Bon Coin, n’est pas optimisé pour gérer une vente en ligne avec une livraison.

Continuons notre exploration :

Cette rubrique permet de savoir que les annonces sont vérifiées avant de passer en ligne ; ce qui est a priori, une bonne chose.

On voit ici, notamment, que les professionnels peuvent utiliser le site pour mettre en vente leurs produits ou services.

Je retourne sur le menu de bas de page, afin de cliquer sur la rubrique « Conditions générales de vente » :

Et c’est ici qu’on en saura plus sur le modèle économique.

La mise en ligne d’une annonce est gratuite mais l’option « Remonter en tête de liste » est payante.

Nous verrons à quel point cette option « Remonter en tête de liste » est essentielle, surtout s’il s’agit de mettre en vente un objet d’une faible valeur commerciale : rapport qualité-prix moyen ou objet étant déjà sur-représenté sur le site.

Plusieurs formules permettant de rester « en tête de liste » ou d’obtenir une meilleure visibilité sont proposées :

Les conditions d’utilisation du site sont très clairement exposées.

La mise en ligne d’une annonce est gratuite ; ce qui doit logiquement occasionner une très forte fréquentation du nombre de vendeurs. Afin d’éviter que mon offre soit noyée dans la masse des annonces, il est possible de payer pour qu’elle soit placée « en tête de liste ».

L’offre payante, principale source de rentabilité, nécessite donc la profusion d’offres gratuites.

Cela se tient.

Voilà en tous cas, qui devrait nous mettre en confiance : nous savons désormais où nous mettons les pieds.

Et je termine le tour du proprio en cliquant sur cette autre rubrique « standardisée », permettant généralement d’obtenir des informations sur le fonctionnement et les modalités d’usage d’un site : « questions / réponses ». Sur certains sites, cette rubrique est intitulée « FAQ » (pour Frequently Asked Questions) :

Ce type de rubrique se présente toujours de la façon suivante (ci-dessous). On y trouve une liste de questions ; ces dernières étant censées correspondre aux questions les plus courantes que l’utilisateur se pose à propos du site :

Vous pouvez observer que l’intitulé de la rubrique, une fois rendu sur la page, n’est plus le même que celui sur lequel nous avions cliqué depuis le menu du bas de page.

Il ne s’agit plus de « questions / réponses » mais de « Aide », une autre rubrique « standardisée » que l’on retrouve sur de nombreux site Web et, aussi sur l’interface des programmes.

Cet intitulé « Aide » est visible dans l’adresse, sur le titre et dans le menu de la page :

Quand on clique sur l’une de ces questions...

… on arrive sur la réponse. Un lien permet de revenir à la liste des questions :

C’est en cliquant sur cette question...

… que l’on obtient les dernières informations essentielles qui nous manquaient concernant sur les us et coutumes de ce site :

Il est recommandé d’effectuer les transactions en mains propres, directement entre acheteur et vendeur. Le site n’intervient nullement dans cette affaire. Il ne sert d’intermédiaire que pour diffuser les offres, après les avoir validées.

Là encore, on retrouve une différence importante par rapport à eBay : leboncoin.fr ne propose aucune prestation permettant d’effectuer le règlement ou de se porter garant de la transaction.

Nous en savons assez pour passer notre annonce mais, avant cela, mieux vaut jeter un petit coup d’œil sur les offres correspondant au même type d’objet que celui que je veux mettre en vente.

Je clique donc sur la rubrique « Offres »

Je souhaite vendre une mini-chaîne HiFi :

Après avoir sélectionné la catégorie d’objets et la région, je lance une recherche :

Le site propose quand même 50659 offres correspondant à ces critères.

Ho ! Je comprends l’intérêt à figurer en « tête de liste »...

Va pour l’annonce...

.. et son traditionnel formulaire :

J’indique la région, le département et même le code postal.

Je sélectionne ensuite la catégorie d’objet :

Puis j’indique mon nom, mon adresse e-mail ainsi que mon numéro de téléphone (informations évidemment maquillées sur ces vues).

Remarquez qu’il est possible de ne pas faire figurer le numéro de téléphone dans l’annonce. Pour cela il faut que la case, placée devant « Masquer le numéro de téléphone... » soit cochée.

Normalement, sur ce type de site, l’adresse e-mail n’est pas visible non plus. L’acheteur clique sur un lien « Contacter l’annonceur », ce qui permet d’envoyer un message de façon transparente. Ce n’est que si le vendeur décide de donner suite à la proposition d’achat qu’il répondra et communiquera son adresse e-mail.

Je tape le titre de l’offre, le descriptif et le prix :

J’étais venu avec des photos, car je savais qu’il est possible généralement de publier une ou deux images avec l’annonce.

Pour cela, il est préférable de réduire la définition des images à 1000 pixels de large en compressant le fichier au format JPG.

Je branche donc ma clé USB sur l’ordinateur et je clique sur le bouton « Parcourir... » :

S’ouvre alors un explorateur de fichiers, à partir duquel je navigue afin d’ouvrir le dossier comportant mes photos :

J’avais préparé deux photos. Je clique sur la première, puis sur « Ouvrir » :

Le fichier est en cours de transfert ; ce que m’indique la mention « Veuillez patienter »

Une fois que ma photo est uploadée sur le site, elle s’affiche sous la forme d’une vignette.

Comme il est possible d’insérer une seconde photo, je clique sur le bouton « Parcourir » :

Au besoin, sur l’explorateur de fichiers, j’active la prévisualisation des images afin de sélectionner le fichier, puis je clique sur « Ouvrir ».

Une fois que l’explorateur de fichiers s’est effacé, je clique sur le bouton « Valider » :

Cela me permet de vérifier le contenu de l’annonce avant publication :

On remarquera que l’offre payante est disponible dès cette étape :

Je saisis un mot de passe à deux reprises et je valide :

Processus normal, la validation de la publication n’est pas immédiate. Je dois, pour cela, consulter ma messagerie :

J’ouvre donc Gmail afin de relever mon courrier et je trouve, effectivement, un message provenant du site Leboncoin.fr :

Dans ce message, on m’indique un lien permettant de valider la publication de l’annonce. On me rappelle, de plus, mon mot de passe :

Il me suffit de cliquer sur le lien pour afficher la page suivante :

L’annonce doit être vérifiée avant publication. Normal.

Un peu moins d’une heure après avoir affiché cette page (entre temps, nous avons visité un autre site), je reçois un second courrier en provenance de leboncoin.fr :

Cette fois-ci, on m’avertit que l’annonce est publiée. Il suffit de cliquer sur le lien pour le vérifier :

Voilà l’annonce :

Elle est en ligne depuis seulement quelques minutes mais, quand je me place dans les conditions de recherche, j’observe qu’elle n’est pas en première position :

Moins de trois jours plus tard, au moment où fut mis en ligne le présent support, alors qu’aucune personne ne m’a contacté pour cette annonce, je décide de faire un petit tour sur leboncoin.fr.

Il m’a fallu un certain temps avant de retrouver mon annonce.

Il y avait désormais 50824 offres équivalentes (même catégorie et même région) et la mienne arrivait en 3352e position.

Soit, la 68e page de résultats correspondant à ces critères.

Autant dire que, question visibilité, on peut faire mieux.

Il me restait alors au moins trois possibilités :

- Attendre sans rien faire.

- Modifier mon offre, notamment, en baissant le prix.

- Payer pour monter en « tête de liste ».

- Supprimer.

Et c’est cette dernière solution qui a été choisie.

Il y a suffisamment de débris sur Internet. Inutile d’en ajouter.

Après avoir cliqué sur l’option « Supprimer », on me demande de confirmer mon mot de passe et d’indiquer la raison de cette suppression.

Allez, on passe à autre chose.

Confirmation sur le site :

Confirmation par mail :

Et pour information, sachez qu’il ne m’a fallu que trois heures pour me débarrasser de ma veille (et défectueuse) mini chaîne HiFi.

Au lieu de la laisser dans la rue, je l’ai mise en ligne sur un site de don. Une personne est passée à l’instant même pour la récupérer.

Je pense avoir fait un heureux et, en plus de cela, c’est un colis que mes collègues des encombrants n’auront pas à jeter dans leur benne.

Tiens, et si on faisait un peu plus attention à nos déchets ?