Lilapuce
 

supports (samedi 14 mai 2011)

Télécharger et installer OpenOffice

Ce support, initialement mis en ligne en septembre 2008, est désormais mis de côté, au profit de celui-ci, compte tenu de l’apparition de la suite bureautique Libre office. Le projet Libre Office a été fondé après l’acquisition de la société Sun Microsystems (dont dépendait en grande partie le projet libre OpenOffice) par la société Oracle (voir article de Wikipédia).

OpenOffice (également appelé « OOo », pour OpenOffice.org) est l’exemple parfait qui contredit la réputation selon laquelle les logiciels libres seraient réservés à une élite de spécialistes.

Cette excellente suite bureautique bénéficie d’une popularité croissante, preuve s’il en était de son accessibilité. Une popularité largement méritée.

Vous auriez bien tord de passer à côté.

N’achetez pas la suite Microsoft Office. Ne la piratez pas non plus.

En particulier, si vous effectuez vos premiers pas en bureautique, vous avez tout intérêt à démarrer de zéro en utilisant gratuitement et en toute légalité une suite logicielle complète, moderne, évolutive, compatible et standardisée pour effectuer vos travaux de traitement de texte, tableur, présentation, dessin (rudimentaires) et base de données. Les ateliers bureautiques qui se déroulent en salle 301 (traitement de texte et tableur) sont désormais adaptés au double contexte d’usage : OpenOffice et Microsoft Office.

Rappelons très rapidement, qu’un logiciel libre, par rapport aux autres types de programmes (dits, « propriétaires »), se caractérise avant tout par le fait que son code informatique et sa documentation sont disponibles et modifiables sans limitation. La liberté est donnée pour les amateurs de la chose informatique d’adapter et de distribuer une version personnalisée du programme. La seule restriction étant que l’utilisateur s’engage à ne pas transformer un logiciel libre en programme propriétaire. L’une des conséquences de cette libre circulation fait que, la plupart du temps, les logiciels sont disponibles gratuitement.

Ainsi, les logiciels libres tels qu’OpenOffice sont activement distribués, soutenus, étudiés, commentés, traduits et améliorés par d’importantes communautés d’utilisateurs ; qu’il s’agisse d’informaticiens ou de simples usagers comme vous et moi (voir, pour plus de détails, l’article sur Wikipédia, consacré à ce sujet).

La mise en situation présentée ici correspond, à peu de chose près, à ce que nous avons effectué en atelier (procédure maintes et maintes fois répétée, d’une année sur l’autre).

Puisqu’il s’agit d’un logiciel libre, passons, pour le télécharger, par Framasoft, l’un des principaux sites francophone qui vous aidera à faire vos premiers pas dans l’univers du libre. Vous pourrez constater que l’accessibilité des logiciels libres, évoquée plus haut, ne se limite pas à OpenOffice. Un nombre considérables d’applications simples à installer et à utiliser (en tous cas, aussi simples que leur équivalents « propriétaires ») sont présentées sur ce site.

Trêve de bavardage : allons-y.

Lancez le navigateur Firefox (de préférence), cliquez dans la barre d’adresse et tapez la chose suivante :

framasoft.net

Juste après avoir tapé le « t » de net, appuyez sans transition sur la touche « Entrée » du clavier.

Vous devriez voir quelque chose qui ressemble à ceci :

Sur la page d’accueil, observez cet encadré. On vous présente différents logiciels libres, classés par catégories

OpenOffice est une suite bureautique :

Le clic sur la catégorie permet de développer une liste. Nous y trouvons le programme recherché.

Cette vue synthétique des programmes de la catégorie, permet de passer …

… ensuite à la présentation plus détaillée du logiciel (ci-dessous).

Nous sommes toujours sur Framasoft. En règle générale, ces pages de présentation représentent une bonne entrée en matière sur les logiciels libres. C’est écrit clairement, sans jargon. En plus, vous trouverez en bas de page, un forum pour consulter les points de vue d’internautes. Cela vous permettra de savoir assez rapidement si tel ou tel programme présenté correspond à ce que vous cherchez

Sur Framasoft, vous trouverez systématiquement, en haut de page de chaque logiciel présenté, ce lien « Site officiel et téléchargement », permettant de récupérer le programme sur Internet, directement depuis le site officiel du programme.

Ainsi, vous serez sûr de télécharger réellement le logiciel désiré, ainsi la dernière version disponible pour votre système d’exploitation (ce qui est toujours préférable) :

Après ce clic, le navigateur affiche la page d’accueil de la version francophone de OpenOffice :

Observez l’adresse :fr.openoffice.org

Elle est assez simple à retenir. La prochaine fois, vous pourrez certainement y parvenir en la tapant directement dans la barre d’adresse du navigateur.

Je clique sur le gros bouton vert « Télécharger… »

Sur cette autre page, je clique sur le lien « Sans java inclus » (je pars du principe que vous avez un système Windows, mais l’équivalent est également disponible pour Mac). Pour faire fonctionner correctement le programme, il est préférable que l’ordinateur soit équipé d’une « machine virtuelle Java ». A priori, tel devrait être le cas de votre ordinateur. Lors de l’installation si OpenOffice ne trouve pas Java, il vous l’indiquera. Il faudra alors interrompre l’installation et revenir ici pour cliquer sur le bouton de gauche :

Je suis ensuite dirigé vers cette page. Il y est rappelé que le programme étant librement distribué, vous pouvez le soutenir d’une manière ou d’une autre en contribuant au projet.

Je clique sur cet autre bouton vert (bas de page) afin de poursuivre la procédure de téléchargement :

Quelques secondes plus tard, une boîte de dialogue s’affiche à l’écran (ci-dessous).

Attention : il s’agit ici de récupérer un fichier d’installation du programme et non le programme directement utilisable.

Si vous utilisez, comme c’est le cas sur ces vues, le navigateur Mozilla Firefox (également logiciel libre), il ne vous sera, de toute façon, pas possible d’exécuter ce fichier d’installation. Vous ne pourrez que l’enregistrer ou annuler la procédure de téléchargement ; ce qui me semble plus clair et plus sécurisé.

D’autres navigateurs (notamment Internet Explorer) donnent la possibilité, à cette étape, d’installer directement le programme. Je ne vous conseille pas, de façon générale, « d’exécuter » depuis votre navigateur internet l’installation d’un programme (sauf si ne pouvez faire autrement). Cela aurait pour effet de lancer la procédure d’installation du programme automatiquement après son téléchargement ; ce qui vous laisse moins de latitude pour identifier la localisation du fichier sur votre ordinateur après téléchargement, vérifier l’intégrité du fichier et décider d’installer dans les meilleures conditions possibles.

Prenez l’habitude de systématiquement décomposer en deux temps la récupération d’un programme sur Internet :

- le téléchargement

- l’installation

Je clique donc sur le bouton « Enregistrer le fichier ». La fenêtre « Téléchargements » du navigateur s’ouvre…

… afin d’indiquer la progression du transfert depuis le site d’OpenOffice jusqu’à votre ordinateur..

Profitez-en pour inscrire sur un bout de papier le nom du fichier que vous téléchargez (OOo_3.0.0_Win32Intel_install_fr.exe)

Par défaut, Firefox enregistre les fichiers téléchargés sur le bureau. Au besoin, vérifiez que c’est bien le cas sur votre version : pour cela cliquez sur le menu « Outils / Options »

Puis dans la boîte de dialogue des options de Firefox, cliquez sur l’onglet « Général » afin de vérifier à quel endroit sont enregistrés vos fichiers téléchargés.

Une fois le téléchargement terminé, le fichier d’installation doit normalement être placé sur votre bureau.

Comme vous avez noté le nom du fichier, vous n’aurez aucune difficulté à le retrouver. L’intérêt de procéder en deux étapes (téléchargement puis installation) c’est que vous pouvez très bien différer le moment de l’installation. De plus, rien ne vous empêche de récupérer ce fichier afin de le copier sur support de stockage amovible, tel qu’une clé USB. Il sera ainsi possible de l’installer sur d’autres machines (si, par exemple, ces autres machines sont dépourvues de connexion à internet).

Le moment est venu d’installer le programme.

Afin de simplifier l’explication, je pars du principe que l’utilisateur ci-dessous possède les « droits d’administration » (nous reviendrons sur cette question d’ici quelques temps).

Double-clic sur le fichier …

… et apparition de la première fenêtre de l’assistant d’installation.

Comme il est indiqué, il faut cliquer sur le bouton « Suivant » pour procéder à la suite des opérations :

A cette étape, on nous indique que les fichiers d’installation, doivent être décompressés et enregistrés sur l’ordinateur.

L’installation du programme OpenOffice peut être comparée - de façon très métaphorique – à la construction d’une maison : des échafaudages sont montés le temps de la durée du chantier.

De façon comparable, les fichiers d’installation ne doivent pas être confondus avec les fichiers définitifs du programme. Il s’agit de fichiers temporaires, chargés, comme le nom l’indique, d’installer le programme OpenOffice sur l’ordinateur (ce qui n’est pas tout à fait clair dans la formulation de cette boîte de dialogue).

Une fois le programme installé, ces fichiers temporaires d’installation ne seront plus d’aucune utilité (nous les supprimerons, d’ailleurs).

En attendant, il faut au moins repérer à quel niveau du système seront placés ces indispensables fichiers d’installation. Nous voyons ici, que par défaut, ils seront enregistrés à côté du fichier téléchargé, sur le bureau :

Cette vérification étant faite, je peux décompresser :

Les fichiers sortent de l’archive (le fichier que nous avons téléchargé peut être comparé à une archive qui comporte toute une arborescence : dossiers et fichiers) :

Après quoi l’installation proprement dite peut démarrer. Observez qu’au-dessus de la boîte de dialogue, des nouveaux éléments sont apparus sur le bureau : il s’agit précisément des fichiers d’installation.

La suite de la procédure est extrêmement simple.

Il s’agit d’un assistant classique qui passe étape par étape à l’installation du programme :

Dès qu’apparaît le bouton « suivant », il suffit de cliquer dessus (ce qui ne vous dispense pas, toutefois, de lire ce qui est inscrit dans la fenêtre).

Ici, le nom d’utilisateur est récupéré depuis le compte actif (celui à partir duquel a été lancée l’installation). On peut le modifier le cas échéant, ces informations seront récupérées par défaut sur OpenOffice (notamment lors des procédures d’insertion de champs automatiques faisant référence à « l’utilisateur », par exemple, si vous indiquez des commentaires sur un texte).

Je vous recommande de laisser l’option « Tous les utilisateurs du système ».

L’étape suivante est importante : c’est ici que vous demandez de créer un raccourci sur le bureau, afin de pouvoir lancer la suite bureautique. Par ailleurs, si vous avez une ancienne version du même programme, vous avez tout intérêt à la supprimer, afin d’éviter le double emploi.

Laissez donc ces deux options cochées :

C’est parti pour l’installation :

Une succession d’étapes…

… pendant lesquelles vous n’aurez rien d’autre à faire…

… qu’à observer.

Petit nettoyage… et c’est fini. Clic sur « Terminer ».

De retour sur le bureau, observez attentivement : vous devriez trouver un certain nombre d’éléments nouveaux.

C’est ce fichier-là qu’il faut activer par un double clic pour lancer votre nouveau programme :

Il est préférable, en effet, de vérifier que tout fonctionne parfaitement juste après avoir installé le logiciel.

Ici, il s’agit de l’assistant qui s’affiche lors du premier lancement du programme. Vous ne le verrez qu’une fois (enfin, à chaque installation d’une nouvelle version).

Chaque utilisateur de l’ordinateur devra passer par là :

Rien de bien compliqué. Là encore, il suffit de cliquer successivement sur le bouton « Suivant » :

Confirmer éventuellement quelques informations concernant l’identité de l’utilisateur :

Vérifier que cette option est bien cochée, ce qui permettra d’être averti si une version intermédiaire, entre la 3.0 et la 4.0, est disponible (car il faudra vraisemblablement installer, tel que nous venons de le faire, la version 4.0).

Sur cette dernière étape de l’assistant, je décoche la première option, car je suis déjà enregistré.

Cette fois-ci, le programme est bel et bien lancé.

Le fichier qui a été placé sur le bureau permet de choisir l’une des applications de la suite bureautique ; ce qui est normal :

Je vais, par exemple, ouvrir le traitement de texte « Writer »

Je veux vérifier quelque chose…

Je tape un mot comportant volontairement une faute (ce qui n’est malheureusement pas le cas de toutes celles qui émaillent les pages du pauvre site qui vous être en train de lire) :

Visiblement le programme identifie la faute (souligné ondulé rouge). J’effectue un clic du bouton droit de la souris : oui le menu contextuel permet de corriger ce mot.

Cela signifie donc que le correcteur est désormais installé avec le programme.

C’est une très bonne nouvelle car avant la version 3.0 d’OpenOffice, il fallait installer le correcteur dans un second temps, après la suite bureautique. L’air de rien, voilà une petite amélioration qui justifie déjà l’installation de cette nouvelle version du programme.

Et il y en a bien d’autres, des améliorations !

Je ferme le programme afin de retourner sur le bureau pour y effectuer un peu de rangement.

A côté du fichier que je viens d’activer (1) se trouve encore le raccourci de l’ancienne version d’Openoffice Writer qui était installée sur mon ordinateur.

Si je tente d’activer cette icône, j’obtiendrais cette petite fenêtre ; signe que le système ne trouve pas les fichiers du programme… et pour cause, puisqu’en installant la version 3.0, j’ai demandé de supprimer la version 2.3.

Je vais donc en profiter pour nettoyer le bureau de tous ces, éléments qui ne servent plus à rien : fichiers temporaires d’installation et anciennes icônes (dont celle de Calc 2.3 - tableur- qui n’est pas visible sur cette vue).

Pour cela, il suffit de cliquer sur l’une de ces icônes, puis de maintenir la touche CTRL du clavier afin de prendre les suivantes.

J’appuie ensuite sur la touche « Suppr » du clavier puis je confirme la suppression sur la boîte de dialogue qui apparaît à ce moment-là :

Je termine l’installation en ajoutant sur le bureau les nouvelles icônes du traitement de texte et du tableur, car je souhaite pouvoir ouvrir directement ces applications sans être obligé de passer par l’étape intermédiaire du « tronc commun » de la suite bureautique que j’ai utilisé tout à l’heure, en activant le raccourci placé par défaut par Openoffice.

Pour cela, il me faudra effectuer le cheminement suivant :

Voici ce que cela donne, étape par étape : je clique sur le menu « Démarrer », puis « Tous les programmes ». Je passe la souris sur le volet de droite…

… jusqu’au dossier « OpenOffice 3.0 ».

En survolant ce dossier, je fais apparaître un nouveau menu en cascade où sont détaillées chacune des applications de la suite.

J’effectue un clic du bouton droit de la souris sur Calc, d’où l’apparition de ce menu contextuel, sur lequel je choisis « Envoyer vers… » puis « Bureau (créer un raccourci) » : clic gauche sur cette dernière option.

Le raccourci est en place.

Il me reste à recommencer pour l’icône du traitement de texte (Writer).


 

Autres supports
de l'atelier Informatique

 

L'atelier «Informatique»