Lilapuce
 

supports (mercredi 16 février 2022)

Le visuel prime

Depuis la fin de l’année 2021, une nouvelle méthode de travail est proposée pour faire les exercices de l’atelier Photomontage numérique.

Je pense qu’il n’est plus nécessaire de réaliser de nouveaux supports ou de nouveaux exercices permettant d’apprendre les techniques de sélection, de détourage ou de modes de fusion. Ce site en comporte bien plus qu’il n’en faut pour acquérir les techniques de base permettant d’être autonome pour réaliser des photomontages.

J’ai donc décidé de stopper le suivi scolaire des tutos « pas à pas » pour orienter résolument l’atelier vers la logique d’expérimentation.

Systématiquement, depuis la fin de l’année, j’apporte donc, chaque semaine, de nouvelles photos. Le challenge étant alors de réaliser, en séance, un projet de photomontage.

De plus, en réponse à une demande des participantes, je me prête au jeu : pour chaque exercice, je propose, ma propre interprétation de photomontage. Le plus souvent, cette proposition est montrée en fin de séance. Les supports sont ensuite mis en ligne, sur ce site, au plus tard, trois jours après la séance.

En proposant à chaque fois mon propre projet de photomontage, je ne vise nullement à faire croire que les participantes seraient à égalité avec moi pour réaliser des projets comparables.

Non, nous ne sommes pas du tout à égalité et cela n’a rien à voir avec le niveau technique.

Nous ne sommes pas à égalité parce que, à chaque fois que je propose mes photos et mon projet, j’arrive avec une longueur d’avance.

Avec mes photos et mon projet sous le bras, je me trouve dans une situation qui est bien plus confortable que celle de mes chères participantes, qui doivent essayer à chaque fois de trouver en deux heures une réponse à une nouvelle énigme.

Pour autant, mon objectif ne consiste pas à humilier mes élèves. Bien au contraire.

Mon objectif, avec ces exercices, ne consiste en rien d’autre qu’à inciter mes élèves à se mettre à ma place ; les inciter à adopter les mêmes logiques de réalisation d’images numériques, du point de vue de leur préparation et non plus seulement de leur réalisation.

Et, en fait, ce n’est pas si compliqué de préparer ses photomontages. En tout cas, pas plus compliqué que d’apprendre, par exemple, à détourer une forme à l’aide d’un masque de calque. Il faut juste prendre le temps nécessaire, là aussi.

Voyons cela point par point.

D’une part, lorsque je viens à l’atelier, je choisis des photos parmi mes photos personnelles. Cela signifie donc que je dispose d’une quantité assez conséquente de photos ayant été prises dans cet objectif exclusif de constituer un stock exploitable pour réaliser des photomontages.

Voilà une des bases centrales de notre atelier. Je l’ai souvent répété : vous devez avoir un stock d’images perso. Il ne tient qu’à vous de le constituer.

Pour ce qui me concerne, chacune de ces photos ne présente, la plupart du temps, que très peu d’intérêt en soi. J’estime que ce n’est qu’en combinant telle photo insignifiante avec d’autres photos, tout aussi insignifiantes, que j’arriverai peut être à réaliser un photomontage intéressant.

Voilà déjà qui devrait dédramatiser grandement les questions de prises de vue. Vous n’êtes pas photographe ? Moi non plus ! Tout est bon à prendre : paysages naturels ou paysages urbains, animaux, silhouettes, ombres, surfaces, volumes, textures, matières, compositions architecturales, objets familiers, etc.

Que ce soit avec un APN ou avec un smartphone : lâchez-vous ! Shootez mais shootez donc !

Vous répugnez à prendre des personnes ? Shootez donc des statues !

Bien souvent, les paysages urbains offrent une multitude de points de vue qui vous aideront à composer vos images. Essayer de voir comment tel ou tel cadrage représente quelque chose de potentiellement intéressant, d’un point de vue strictement géométrique (lignes, courbes, etc.) Il est alors probable que cela soit exploitable pour réaliser un photomontage. De plus, vous vous rendrez compte que ce regard, orienté exclusivement par la composition, sera peut-être un apport pour réaliser vos « vrais photos » (celles qui se suffisent à elles-mêmes, sans photomontage).

Pour autant, lors des séances de prises de vue de vos documents utilisables dans le cadre du photomontage, n’essayez pas forcément de viser « la qualité photographique ». Nous ne sommes pas du tout dans les mêmes critères que les photographes. Nette ou floue, peu importe.

N’oubliez pas que le but est d’assembler ou de fusionner vos photos ; ce qui n’est, a priori, jamais le cas de ces honorables photographes.

N’oubliez jamais que vous ne verrez vos photos qu’au travers d’une ou plusieurs autres ou assemblées à d’autres. Cela peut représenter, en définitive, une approche très stimulante : au moment de la prise de vue, vous ne savez pas forcément de quelle façon l’image sera utilisée.

Alors, répétons-le : shootez et shootez sans retenue ! Vous ferez le tri dans un second temps.

Par contre, une fois que vous avez fait le tri, ne rangez pas en vrac toutes ces images sur votre PC. Vous avez intérêt à classer immédiatement vos photos par thèmes, faute de quoi vous risquez de vous retrouver avec un gros tas inutilisable.

Voici à titre d’information une logique de classement :

Libre à vous de vous doter de votre propre classification, tenant compte de vos appétences et centres d’intérêt mais, surtout, ne négligez pas le rangement de vos photos. Utilisez au besoin un utilitaire, tel que digiKam.

Pour résumer : n’utilisez Google & consort que quand cela est vraiment nécessaire. Et cela fera du bien à tout le monde, à commencer par vous-même, car en évitant de piocher sur le web, ne serait-ce que pour quelques poignées de photomontages personnels, vous relèverez le défi de prétendre à être totalement maîtresse d’œuvre de vos photomontages !

Au-delà du choix des photos, l’autre raison pour laquelle je ne prétends nullement me situer au même niveau que les participantes à mes ateliers tient au fait que, pour réaliser mes projets de photomontage, je dispose d’un temps bien supérieur à la durée de deux heures de chaque atelier.

Je m’accorde, d’ailleurs, plusieurs temps de pause successifs avant d’arriver au résultat finalisé et ça, vous le savez déjà pour l’avoir expérimenté sur vos propres projets. Ces étapes de pause et de reprises s’avèrent indispensables pour prendre le recul nécessaire et pour être en mesure de juger correctement si l’image tient la route et pour fignoler l’affaire sur le plan technique.

Tenant compte de la durée limitée des ateliers, les participantes ne peuvent donc réaliser bien souvent que des ébauches non finalisées mais cela n’est pas grave, car l’essentiel réside dans la démarche proposée.

Même si l’on a un thème imposé (c’est le cas avec l’exposition de fin de saison), il ne faut pas se laisser envahir par le thème. Il est nécessaire d’aller le plus vite possible à l’essentiel : les matériaux qui vous permettront de réaliser votre projet.

Nous l’avons vu : aller à l’essentiel consiste à explorer son stock personnel de photos. Si le stock est conséquent, il devrait probablement contenir les matériaux de base qui vous permettront de créer vos photomontages. Si ce n’est pas le cas essayez de repérer dans votre environnement immédiat ce qui pourrait vous aider à réaliser votre projet et accordez-vous en priorité des séances de prises de vue avant de taper des recherches sur Google.

Au lieu de partir de l’idée que l’on se fait du résultat pour rechercher telle ou telle image puis essayer, ensuite, de « recoller les morceaux » cette fois-ci, on décide que c’est le choix des photos et l’expérimentation technique qui conduiront progressivement au résultat.

Dans cette démarche, il est important de lâcher l’intellectuel pour que le visuel s’impose comme une des solutions du thème. C’est le visuel qui prime et non l’histoire qu’on se raconte à partir du thème.

Disons-le clairement : le résultat visuel prime, y compris si l’on s’éloigne du thème. Plus votre stock de photos sera important, plus vous aurez de facilité pour accorder votre photomontage au thème, qu’il soit choisi ou imposé.


 

Autres supports
de l'atelier Photomontage

 

L'atelier «Photomontage»