Lilapuce
 

supports (mercredi 20 avril 2011)

Composants matériels [3]

Câblage

Lorsque l’on découvre pour la première fois l’intérieur d’un ordinateur, le regard est généralement attiré par l’imposant réseau de câbles, parmi lesquels figure l’alimentation électrique.

Dans la vue ci-dessous, en haut à gauche, le bloc d’alimentation, permet de transformer le courant alternatif en courant continu. Ce composant standard peut être assez facilement remplacé.

En entrée, on doit brancher l’alimentation à une prise électrique reliée à la terre. A l’intérieur, une imposante tresse de câbles colorés raccorde ce boîtier à diverses parties de l’ordinateur.

L’un de ces câbles, qui par la taille de l’embout, ne peut être confondu avec les autres, doit être banché directement sur la carte mère (ci-dessous, une vue agrandie de l’alimentation de la carte mère).

Les autres câbles d’alimentation sont prévus pour être raccordés à d’autres composants tels que les lecteurs-graveurs de CD et DVD (1) ou les disques durs (2).

Disque dur

Il s’agit d’une pièce essentielle de l’ordinateur ; c’est sur un disque dur que réside votre système d’exploitation, ainsi que tous les programmes installés localement sur votre PC. C’est également, a priori, sur un disque dur que vous enregistrez vos données personnelles (courrier, photos, musiques, etc.).

Le disque dur est encore le support de « mémoire de masse » (conçu pour stocker des données) de référence permettant d’effectuer toutes ces tâches indispensables.

Comme vous l’avez vu, ci-dessus, rien n’empêche d’installer plusieurs disques durs sur son ordinateur. Sur le mien, par exemple, j’en utilise un pour Windows et l’autre pour Linux ; on pourrait tout aussi bien prévoir un partage entre données personnelles et programmes ; quel que soit le système.

Sachant qu’il est possible de « partitionner » un disque dur ; c’est-à-dire de constituer à l’aide d’un programme des zones distinctes sur le même support physique ; on peut arriver à de multiples hypothèses de configuration de l’environnement de travail.

Il est possible également de raccorder à son ordinateur un disque dur externe ; ce qui peut être une solution, pour sauvegardes ou pour transférer rapidement des données d’un ordinateur à un autre.

Ci-dessous, un disque dur interne IDE.

Un disque dur est composé de plusieurs plateaux rigides couverts d’une substance magnétique. Les disques sont montés sur un axe afin de permettre la rotation à vitesse constante de 7 200 tours minutes (pour les modèles courants en 2007). Un bras amovible, au bout duquel sont fixées des têtes de lecture-écriture, pivote latéralement afin de déplacer les têtes de part et d’autre de la surface des plateaux. L’écriture s’effectue par modification du champ magnétique des plateaux et la lecture par détection de ces valeurs. La capacité de stockage moyenne proposée aujourd’hui sur les disques durs se situe autour de 180 Go.

Câblage IDE

Nous avons vu que le bloc d’alimentation permet d’alimenter notamment les disques durs et les lecteurs-graveurs de CD-DVD.

Ci-dessous, on peut observer différents connecteurs communs à ces types de composants (en haut, un lecteur de CD, en bas un disque dur).

Le branchement à l’alimentation s’effectue par un connecteur 4 broches mâle (2 - encadré en vert).

L’autre connecteur 40 broches mâle (1 - encadré rose), également commun à ces deux périphériques, est utilisé pour faire circuler les données ; il s’agit de la norme IDE.

Ci-dessous, un disque dur installé dans un ordinateur : câble d’alimentation (à droite) et nappe IDE, à gauche.

Les nappes IDE, particulièrement incommodes, peuvent être avantageusement remplacées par des nappes rondes, ces dernières permettent notamment une meilleure circulation de l’air à l’intérieur de l’ordinateur (ce qui peut s’avérer précieux si l’ordinateur est équipé d’un processeur qui dégage une importante quantité de chaleur, tel que certains modèles de marque AMD).

Ci-dessous, une nappe (sur une table).

Ci-dessous, en bleu, des nappes IDE rondes, moins encombrantes.

Côté carte mère, on trouve généralement 2 ports IDE : un port primaire et un port secondaire. Ci-dessous, le port primaire, qui est en bleu.

Chaque port IDE peut, à son tour recevoir deux périphériques : « le maître » et « l’esclave ». Par exemple, le disque dur destiné à recevoir le système d’exploitation sera de préférence installé en tant que maitre sur le port primaire.

Le branchement d’un câble IDE devra être, généralement, effectué en respectant un sens ; pour cela, soit les connecteurs seront équipé d’un détrompeur (ergot venant dans une encoche), soit un fil rouge, apposé sur la nappe, (voir ci-dessus) permettra d’orienter correctement le connecteur.

Il faut savoir que le standard IDE commence à tomber en désuétude. Sur les machines (et cartes mères) neuves, on trouvera plutôt, la norme SATA pour raccorder les disques durs à la carte mère.

Lire la suite du support : processeur et mémoire vive.


 

Autres supports
de l'atelier Informatique

 

L'atelier «Informatique»