Lilapuce
 

supports (samedi 19 janvier 2008)

Masque d’écrêtage : ultimes retouches

Résumé de l’épisode précédent : comment créer une ombre portée, à l’aide :

- de la sélection de l’objet faisant l’ombre

- du filtre « flou gaussien »

- de la commande transformation

- de l’opacité du calque

Terminons avec les ultimes retouches.

Comme je l’ai déjà signalé sur les supports précédents, au fur et à mesure de la progression de mon travail, je me suis rendu compte que le détourage initial présentait quelques défauts.

En particulier, lorsque j’ai réalisé le calque de réglage « Niveaux » sur la sélection (voir le support), j’ai immédiatement fait monter les défauts de détourage ; ces derniers étant plus difficiles à percevoir alors que l’image était sous-exposée.

Ci-dessous, la zone de détourage intègre des parties du fond. Il faut donc se placer sur le calque « Masque d’écrêtage » et retirer de la matière.

Je prends l’outil Gomme.

Je sélectionne, pour les cheveux, une forme d’outil irrégulière.

Puis j’applique ma correction par petites touches successives, au besoin en modifiant l’opacité.

Je peux prendre également l’outil Goute d’eau, qui me permet de nuancer les contrastes sur les contours.

Pour terminer ce support, il est indispensable de signaler un problème d’ordre méthodologique : si je retouche le masque d’écrêtage, je dois théoriquement recommencer le calque de réglage, car ces deux calques doivent parfaitement correspondre faute de quoi les défauts subsisteront, non plus au niveau du masque d’écrêtage mais au niveau du réglage ; ce qui, dans mon exemple, laissera paraître un halo (voir ci-dessous) :

En fait, ce problème est relativement incontournable, car il est lié, d’une part à la (médiocre) qualité de l’image et, d’autre part, à la méthode proposée sur ce support. Disons, pour en expliquer les termes, qu’il est nécessaire de faire un choix au départ :

- soit, je règle l’image (niveaux, saturation, etc.) de façon irréversible, sans calque de réglage avant même de faire la moindre opération de détourage. Dans ce cas, l’image sera considérée comme définitivement corrigée ; ce qui permet de réaliser des masques dans de meilleures conditions, sans être obligé de les refaire, le cas échéant.

- soit je laisse l’image « brute », en me donnant la possibilité de la corriger de façon réversible, à l’aide de calques de réglages, jusqu’à la fin du travail. Dans ce cas, comme nous l’avons vu, je ne suis pas à l’abri de devoir retraiter à la fois le masque d’écrêtage et donc, également, le masque de réglage.

C’est cette dernière solution qui a été adoptée ici.

Ce que ne montre pas ce support, c’est qu’après avoir retouché le masque d’écrêtage, j’ai :

- sélectionné ce dernier

- mémorisé en tant que nouvelle sélection « silhouette »

- supprimé le calque de réglage

- créé un nouveau calque de réglage à partir de la nouvelle sélection, tel qu’il est indiqué sur ce support

C’est fini pour cette série de supports.


2 Messages