Lilapuce
 

supports (lundi 10 octobre 2011)

Télécharger et installer Chrome

Un support (presque) sans paroles. Vous devriez, a priori, vous y retrouver sans le moindre blabla (superflu ?).

Surtout si vous avez déjà installé un autre navigateur, par exemple Mozilla Firefox...

Remarque importante : les vue présentées ci-dessous ont été réalisée à partir d’une mis en situation datant d’octobre 2008. Il s’agissait alors de la version bêta (non stabilisée) de Chrome. De plus, j’ai effectué ce téléchargement sur un ordinateur particulièrement poussif (vous savez le vieux machin qui est au fond, à droite). Ce contexte particulier explique les plantages présentés à la fin du support. Considérez qu’il s’agit plutôt d’une curiosité et non comme les conditions ordinaires de fonctionnement du programme (je n’ai jamais rencontré de tels dysfonctionnements depuis).

PNG - 34.5 ko
PNG - 87.8 ko
PNG - 27.3 ko
PNG - 25.9 ko
PNG - 30.8 ko
PNG - 26.3 ko

Important : Chrome s’installe sans qu’il soit nécessaire d’avoir les droits d’administration. Chaque utilisateur doit procéder à l’installation. Les fichiers du programme sont stockés au niveau des paramètres de comptes (Local settings).

PNG - 65.6 ko
PNG - 65.8 ko
PNG - 65.7 ko
PNG - 37.5 ko
PNG - 57.1 ko
PNG - 47.8 ko
PNG - 47.8 ko
PNG - 58.4 ko
PNG - 13.4 ko
PNG - 15.9 ko
PNG - 209.9 ko
PNG - 89.5 ko
PNG - 138.3 ko

Alors ça, c’est trop mignon. J’ai voulu tester un environnement plein pot Google  : le moteur, le navigateur, la messagerie, l’édition et la gestion de documents bureautiques, etc. (autant de petites choses Made in Google que nous découvrirons).

Et voilà ce qu’il me sort :

De même, j’ai eu ceci en essayant le couple Gmail - Chrome sur un vieux PC, complètement à bout de souffle :

Il ne faut tirer aucune conclusion à partir de ces images. Je les trouve rigolotes, c’est tout. Je dois également signaler que sur la vieille configuration, l’affichage des pages "standard" est nettement plus rapide qu’avec d’autres navigateurs.

Chrome est encore en version Bêta (test). On peut faire confiance à Google pour bétonner son affaire. Lorsque la version officielle déboulera sur les écrans, il y a fort à parier que les bugs se fassent beaucoup plus rares. Et là, pour le coup, on rigolera peut être un peu moins.

Première impression : c’est un navigateur « qui décoiffe ». Il n’y a pas que du bon (sans parler des aspects industriels), mais c’est intéressant.

À suivre (bientôt un support à ce sujet).