Lilapuce
 

supports (mercredi 5 décembre 2012)

Filtre accentuation

S’il est un filtre qui n’est pas un gadget, c’est bien « Accentuation ». Nous avons vu que, dans certains cas, après avoir réduit la taille d’une photo, il n’est pas superflu d’ajouter un peu d’effet d’accentuation afin de compenser la perte d’information engendrée par le rééchantillonnage.

Dans d’autre cas, ce filtre pourra être employé pour apporter un peu de dynamisme et de contraste à une photo plate, voire franchement ramolo.

Voilà donc à quoi sert ce filtre : ajouter artificiellement un effet de netteté.

Ceci étant dit, je dois vous mettre en garde sur (au moins) deux points importants au sujet de l’accentuation :

- ce filtre n’est pas une recette magique ; n’attendez pas qu’il corrige une photo « vraiment floue » (un critère qui est, de toute façon, assez subjectif).

- Par ailleurs, l’accentuation – qui doit être utilisé avec beaucoup de modération – ne joue réellement que pour un certain type d’images : celles qui comportent des « contours ».

— Des contours ?

Oui et c’est justement ce que nous allons voir, maintenant :

Qu’est-ce qu’un contour ?

A la base il est important de bien comprendre que le filtre accentuation ne consiste en rien d’autre qu’à augmenter le contraste des contours de l’image.

Regardez ci-dessous.

Sur cet exemple, il est assez facile de repérer où se trouvent les contours. Ce sont les zones qui « dessinent » l’image.

La vue de droite présente l’effet après accentuation :

En d’autres termes, les contours représentent ces zones de l’image caractérisées par un fort niveau de contraste entre pixels contigus (ou « voisins »).

Le filtre accentuation renforce donc le contraste des contours, ce qui provoque artificiellement un effet de « netteté ».

Il s’agit d’une technique de correction en usage à l’époque de la photo argentique (superposition d’un masque négatif net à un contre-masque positif flou ou inversement, selon la nature de l’image). Adobe s’est contenté de transposer cette technique sur Photoshop.

Logiques d’interface générale

Pour activer le filtre « Accentuation », passez par le menu « Filtre / Renforcement / Accentuation » (sur Photoshop Elements, passez par le menu « Accentuation / Accentuation »).

Photoshop présente ensuite la boîte de dialogue « Accentuation » (ci-dessous).

Vous pouvez cliquer sur une zone particulière de l’image (en arrière plan). Votre pointeur prend alors l’apparence d’un petit carré.

Cela permet d’afficher la partie de la photo cliquée dans la vignette et donc d’évaluer « en temps réel » l’effet du filtre sur une zone particulière de l’image.

N’en déduisez pas, pour autant, que l’effet ne prendra que sur la zone affichée dans la vignette : le filtre s’appliquera bien à toute l’image (ou à la zone sélectionnée). Cette vignette n’est qu’un outil de contrôle visuel du filtre, lequel peut être redéfini jusqu’au clic de validation sur le bouton OK.

Voici une autre façon de « naviguer dans l’image » : déplacez le pointeur – bouton de la souris enfoncé – à l’intérieur de la vignette.

Cette fois-ci, le pointeur prendra l’apparence d’une main et votre image se déplacera à l’intérieur du cadre en suivant votre mouvement.

Vous pouvez modifier la taille d’affichage de la vignette. Ici, par exemple, ci-dessous, j’ai zoomé à 400% en cliquant sur le petit bouton + placé juste en-dessous de la vignette.

Dans certains cas, le zoom permet de mieux évaluer l’effet du filtre (n’oubliez pas, cependant, qu’il est toujours préférable de juger du rendu d’une image à partir de sa résolution réelle, à 100%).

Comme vous pouvez le constater ci-dessus, j’ai modifié les réglages en tripotant les curseurs Gain, Rayon et Seuil.

Le mode d’emploi de ces curseurs vous sera fourni un peu plus bas sur cette page. Pour l’heure, les réglages (ou déréglages) d’accentuation effectués sur cet exemple n’ont d’autres raisons que de vous montrer comment contrôler l’avant et l’après du filtre en cours d’exécution.

En l’état, ci-dessous, l’effet n’est pas visible, car le bouton de la souris est levé :

Afin d’évaluer l’effet du filtre, il suffit de baisser le bouton de la souris sur la vignette (observez le contraste sur les contours) :

Nous avons fini avec l’interface générale du filtre accentuation.

Reste maintenant à fournir quelques explications sur les trois réglages disponibles sur la boîte de dialogue :

- Gain

- Rayon

- Seuil

Pour cela, je vais recommencer la procédure depuis le début, sur cette autre image :

Reprenons.

Pour activer le filtre accentuation, je passe donc par :

Je retrouve la boîte de dialogue ; ce qui me permet de localiser le focus sur une partie de l’image, sur laquelle figurent des contours.

Le gain : plus ou moins

Commençons avec le premier réglage, le gain.

Le curseur gain permet de doser la force avec laquelle sera appliqué le filtre.

Plus la valeur est importante, plus l’effet sera visible.

C’est comme lorsque vous cuisinez : plus ou moins salé. Point.

A nouveau, sur cet exemple, en zoomant, on peut assez facilement montrer que l’accentuation intervient uniquement sur le contraste des contours de l’image.

Avant l’effet ; souris levée :

Après accentuation (avec un gain outrancier de 280) ; souris baissée (observez les contours) :

Il n’y a vraiment rien de plus à dire à propos du gain, si ce n’est qu’aucune règle absolue ne peut être indiquée sur ce réglage. Il en est de même, d’ailleurs, à propos du filtre lui-même et de tous ses réglages.

L’effet du filtre accentuation doit être examiné attentivement et adapté au cas par cas, en fonction des caractéristiques de chaque image (définition, résolution, contraste, netteté, luminosité, teinte, saturation, etc.)

Le rayon : la plage de pixels de part et d’autre des contours

Le rayon, deuxième curseur de réglage du filtre, indique les plages de pixels - de part et d’autre des contours - sur lesquelles sera appliqué l’effet d’accentuation.

En augmentant la valeur de ce paramètre, on diminue l’effet de halo autour des contours, mais l’image sera globalement plus contrastée.

Un usage immodéré du rayon peut engendrer des effets de « rupture chromatique » ; ce qui donne, en général, un rendu assez peu naturel.

Mise en action de la modification du rayon. On augmente le nombre de pixels autour des contours, sur lesquels prendra effet l’accentuation :

Le seuil : définir les contours

Nous avons vu que le filtre accentuation simule un effet de netteté en augmentant le contraste sur les « zones déjà contrastées de l’image » : les « contours ».

Fort bien.

Pour autant, cette définition générale peut sembler, à l’usage, assez peu satisfaisante si l’on est incapable d’indiquer de façon plus rigoureuse à Photoshop « ce qui doit être considéré comme contour, dans l’image ».

Dans certains cas, avant d’appliquer le filtre accentuation, il sera même indispensable de paramétrer précisément le critère contours ; faute de quoi, on risque d’appliquer le filtre de façon non contrôlée et provoquer un effet inverse à celui recherché.

Le seuil est conçu pour ça, justement !

Vous disposez d’une échelle de 0 à 255 « niveaux ».

Attention : en fait, ce curseur règle la différence de niveaux de contraste entre pixels contigus (ou pixels voisins).

Par exemple si vous indiquez la valeur 255, Photoshop ira chercher dans votre image, les zones dont les pixels voisins sont respectivement noir (pur) et blanc (pur). Ce paramètre sera l’étalon pour définir ce qui constitue les contours : le filtre ne s’appliquera alors que sur ces zones. Autant dire que le filtre ne s’appliquera pas dans ces conditions, car il est rare que, dans les photos ordinaires, on trouve des contrastes de cette valeur entre « pixels voisins ».

- avec 0, l’effet accentuation sera généralisé à toutes les zones de l’image, car aucune différence de niveaux n’est définie. Cela revient à dire : dans cette image, tout est contour. A proscrire absolument pour éviter tout effet de bruit, notamment sur des zones nuancées.

- en déplaçant le curseur de niveau vers la droite, donc en augmentant l’écart de contraste entre pixels voisins, vous délimitez l’effet d’accentuation aux seuls contours. Plus le nombre est élevé, plus vous indiquez que vos contours sont les zones de l’image dont les pixels voisins ont le plus fort contraste (ce qui exclu donc du réglage toute autre zone).

Concrètement, le seuil aura pour incidence atténuer les deux autres réglages, en particulier, le gain.

Ci-dessous, nous avons redéfini les critères rayon et seuil compte tenu du gain.

Voici, à droite, le rendu de l’image après l’accentuation.

Le contraste est assez fortement accentué autour des contours (gain : 140 et rayon : 3 pixels) mais les autres zones de l’image, notamment les aplats, sont préservés (les contours, par le seuil, sont définis par un écart de 72 niveaux de contraste entre pixels voisins).

Autre exemple du filtre accentuation : l’image corrigée (à droite) semble plus lumineuse uniquement par le rehaut des ombres et des lumières autour des contours (on aurait pu obtenir un effet assez proche avec les réglages « niveaux » ou « courbe »). Remarquez les petites briquettes ocre à droite, qui semblent se décrocher de celles de valeurs assez proche, situées à gauche de l’image. Cela tient en grande partie à l’effet « contour » combiné au réglage du rayon : le contraste des « pixels voisins », partie droite de l’image est plus important que dans la partie gauche, notamment en raison de la zone d’ombre voisine du porche. Observez enfin, pour les mêmes raisons, l’effet « liseret » assez disgracieux sur la patte inférieure de la bête.

Autre exemple : l’image originale (gauche) est floue, mais l’effet d’accentuation (image de droite) ne fera qu’amplifier le défaut, notamment par l’effet de halo (blanc) autour des lignes.

Ici, un réglage de contraste global (hors contours), tel que « courbe » semble plus approprié pour régler le problème.

Et puis on peut aussi recommencer la photo.

Les images présentés en exemple dans ce support sont disponibles (recadrées et avant accentuation) dans l’archive ci-dessous :

 

Exemples pour accentuation