Lilapuce
 

supports (mardi 26 octobre 2010)

Le lasso [1] : logique générale

Le Lasso figure certainement, avec la baguette magique, parmi les outils de sélection les plus utilisés de Photoshop.

Cet outil (lettre L) est décliné en trois versions :

- Outil lasso, pour tracer des contours « à main levée ».

- Outil lasso polygonal permet de dessiner des contours de sélection à l’aide de segments de droites.

- Outil lasso magnétique définit des sélections à partir des contours de l’image.

Dans cette série de supports, il ne sera question que du lasso polygonal.

Dans la pratique, le lasso (à main levée) s’avère relativement peu pratique, car terriblement imprécis (surtout si vous utilisez une souris et que vous n’êtes pas un as du dessin). Cet outil peut être utilisé lorsque vous pouvez vous permettre de définir une zone de pixels « à la louche », sans précision ; autant dire qu’il s’agit d’un contexte relativement rare en retouche d’images.

Quant au lasso magnétique, je pense qu’il s’agit d’un complément intéressant à la fois au lasso polygonal et à la baguette magique. Toutefois, cet outil ne peut être utilisé que lorsque votre image présente des contours suffisamment contrastés et nets (ce qui n’est pas toujours le cas : l’image calamiteuse de mon exemple). Nous aurons l’occasion de revenir sur le lasso magnétique (voir exercice Étoile & Cœur)

Précisons enfin, que l’outil Plume (tracés avec les courbes de Bézier) étant absent de Photoshop Elements, cette version du programme ne propose pas d’autres alternatives que le lasso polygonal pour tracer des formes vectorielles précises.

J’ai donc cliqué sur l’outil Lasso polygonal à partir de la palette. Je vais avoir besoin de précision, je n’hésite donc pas à zoomer sur la zone à sélectionner.

Le pointeur adopte une forme de croix (ci-dessous), ce qui permet une meilleure précision (pour modifier l’apparence des pointeurs : Edition/Préférence/Affichage et pointeurs/ Pointeurs autres outils = précis).

Dès que le bouton de la souris est lâché, après le premier clic, le pointeur adopte cette forme caractéristique (avec le petit cercle à côté du lasso).

Sans appuyer sur le bouton de la souris, je déplace le pointeur vers la gauche. Un segment de droite extensible accompagne mon mouvement, tel un « fil à la patte ». Je reste libre d’un côté du segment, mais pas de l’autre. Le premier clic a marqué un « point d’ancrage » auquel se raccorde mon pointeur.

Tant que je ne clique pas, je ne définis aucun autre point d’ancrage que celui du premier clic. Je reste libre des mes mouvements : si je monte le pointeur, le segment accompagne mon mouvement.

Il faut donc éviter les gestes amples et non maîtrisés qui peuvent nous conduire brusquement à l’autre bout de l’image (nous y reviendrons).

Dans notre exemple, j’ai choisi de délimiter un morceau de la ligne tracée sur le sol (ci-dessous). Il faut donc tirer une droite. Il existe une commande qui permet de guider les outils de Photoshop sur des axes parallèles aux bords du document : maintien de la touche MAJ du clavier tout en bougeant la souris.

En essayant cette commande, je me rends compte que, par chance, le motif que je veux sélectionner est parallèle aux bords horizontaux de l’image. Je déplace donc lentement ma souris vers la gauche, à l’horizontal, tout en maintenant la touche MAJ du clavier..

Je décide de fixer mon deuxième point d’ancrage en cliquant. Après ce deuxième clic, si je monte le pointeur – sans appuyer le bouton de la souris – je me rends compte que je peux à nouveau déplacer la souris pour définir un nouveau point.

Lentement, je peux vérifier que je reste libre de mes mouvements : je descends la souris…

Je remonte, toujours sans cliquer…

Je me place tranquillement pour marquer le troisième point d’ancrage, juste au-dessus de la ligne du sol.

Je clique (troisième point) et je peux maintenant revenir vers la droite, toujours sans appuyer sur le bouton.

A nouveau, je guide mon mouvement à l’aide de la touche MAJ du clavier. Je peux ainsi tracer la droite pour placer le pointeur au-dessus du point d’origine.

Je clique le quatrième point (délimitation supérieure de la ligne du sol).

Il faut, maintenant boucler la sélection : en descendant près de mon point d’origine, Photoshop fait apparaître le pointeur en forme de lasso, à nouveau accompagné du petit cercle.

Il suffit de cliquer pour terminer mon tracé. Photoshop remplace immédiatement ce dernier par un contour pointillé clignotant, symbole d’une zone sélectionnée.

Comme j’ai utilisé un outil entièrement manuel pour réaliser ma sélection, il est probable que j’ai attrapé, en plus de la ligne du sol, quelques pixels du fond « vert ».

Ce n’est pas très important, car je peux essayer de jouer uniquement sur les dominantes de couleurs, même si la photo manque cruellement de netteté.

Voici, à titre d’exemple, comment je peux utiliser cette sélection :

Je vais chercher le réglage Teinte / Saturation.

Je sélectionne un réglage sur les tonalités rouges.

Je modifie la couleur et la saturation pour augmenter la tonalité rouge de la ligne.

Voilà le résultat.

Avant d’approfondir les fonctionnalités de cet outil, il me semble nécessaire d’en présenter quelques « mauvais côtés ». En particulier, je veux évoquer certains aspects du lasso polygonal qui peuvent rebuter les utilisateurs novices.

C’est justement parce que j’ai observé que beaucoup de participants se heurtaient aux mêmes difficultés et que j’estime que ces dernières peuvent être assez facilement contournées que je propose, dès maintenant, d’aborder ces questions au travers du support suivant.