Lilapuce
 

supports (mardi 26 octobre 2010)

Le lasso [2] : les pièges

Vous avez certainement lu le premier support sur l’outil lasso. Si tel n’est pas le cas, je vous conseille d’y faire un tour avant d’entamer la lecture du présent support, surtout si vous souhaitez mieux comprendre la logique du maniement de l’outil.

Les explications ci-dessous ne concernent que certains aspects « perturbants » de l’outil lasso polygonal, ayant observé à de nombreuses reprises que beaucoup d’utilisateurs rencontraient les mêmes difficultés dans le maniement de cet outil :

- supprimer les points d’ancrage du tracé

- se dessaisir du lasso polygonal et désactiver le tracé

- naviguer dans l’image tout en gardant le lasso polygonal en main

J’espère que de cette page permettra à ces participants de dépasser les appréhensions et favorisera l’utilisation d’un outil extrêmement précieux de Photoshop.

Suppression de points d’ancrage

Nous avons vu que pour tracer un contour de sélection avec le lasso polygonal, il suffit de respecter la logique suivante :

- clic pour marquer un point d’ancrage

- déplacement du pointeur, sans appuyer sur le bouton de la souris,

- clic pour marquer un autre point d’ancrage,

- à nouveau, déplacement du pointeur pour un autre clic,

- même procédure, jusqu’au bouclage du tracé : retour sur le point d’origine (premier clic) pour faire apparaître le pointeur en forme de lasso accompagné du petit cercle et clic final pour obtenir la sélection (contour pointillé clignotant).

Imaginons que, malgré toutes mes précautions, je me sois trompé. Avant de boucler mon tracé, je réalise que le point d’ancrage que je viens d’effectuer n’est pas placé au bon endroit (tel que dans l’exemple ci-dessous).

Il est heureusement possible d’annuler les points d’ancrage !

Pour cela, il faut appuyer sur Retour Arrière.

En règle générale, donc, la touche Retour Arrière du clavier (voir support, si nécessaire) permet de libérer les points d’ancrage les uns à la suite des autres, dans l’ordre inverse de celui dans lesquels ils ont été posés.

Attention, toutefois : ma capacité à « remonter dans le temps » de cette façon, pour supprimer mes clics de souris, est tributaire de la mémoire attribuée à Photoshop.

Ceci est d’autant plus important, que les points d’ancrage créés par le lasso polygonal ne sont pas pris en compte par l’historique. Autrement dit, ce dernier vous permettra de revenir sur un tracé dans sa globalité, mais pas dans le détail.

Evitez donc de vous lancer dans une longue sélection au lasso d’un seul tenant. Vous risqueriez de l’anéantir totalement à la moindre erreur de manipulation sans en garder la moindre trace, alors que vous l’aviez presque finie (situation observée très fréquemment).

Nous avons vu, avec l’outil baguette magique, qu’il est possible de mémoriser les sélections. Rien ne vous interdit de regrouper plusieurs petites sélections mémorisées, plutôt que courir le risque de recommencer indéfiniment une « grande sélection » faute de l’avoir mémorisée à temps (nous y reviendrons).

Conclusion : pensez à mémoriser vos sélections, même si elles sont provisoires ou incomplètes ! Nous verrons qu’il est simple de corriger des sélections approximatives pour les perfectionner au fur et à mesure, y compris après fermeture du programme. Mais encore faut-il mémoriser les sélections (et enregistrer le fichier). Si vous n’avez rien mémorisé, vous n’aurez plus que vos yeux…

Lâcher le lasso polygonal et désactiver le tracé

Voici deux situations délicates classiques qui ne concernent pas l’utilisation du lasso, mais plutôt le désir de son « inutilisation » :

- Imaginons que l’outil Lasso est activé, mais que vous n’avez aucune sélection à faire ; cet outil ne vous est donc d’aucune utilité. Je vous conseille de vous en débarrasser. Vous n’êtes pas à l’abri de quelques clics involontaires qui pourraient vous mettre en situation inconfortable, surtout si vous n’êtes pas encore habitué au maniement de Photoshop. Prenez plutôt un outil « plus neutre », moins perturbant ; par exemple, Déplacement cliquez directement sur l’icône de cet outil qui figure dans la palette (ou appuyez sur la touche V du clavier). Normalement vous devriez vous dessaisir du lasso. En règle générale, vérifiez toujours quel outil vous avez en main avant de faire le moindre clic sur l’image !

- Variante de la situation précédente : ayant toujours l’intention de vous dessaisir de l’outil lasso, vous n’arrivez pas à attraper un autre outil à cause « du fil de lasso qui vous colle à la souris ». C’est vraiment énervant. Voici l’explication : vous avez cliqué sur l’image et vous voilà lié à ce dernier. Si vous bougez la souris, rien n’y fait : vous restez irrémédiablement attaché ! Restez cool ! Il suffit d’appuyer sur Echap : normalement, cela devrait vous libérer. Donc, en règle générale, la touche Echap du clavier permet de désactiver totalement un tracé du lasso.

Maintenant que vous savez vous débarrasser de l’outil lasso, revenons à un contexte particulier de son utilisation.

Naviguer dans l’image avec l’outil lasso

C’est un grand classique : quand on prend l’outil lasso polygonal les premières fois, il est fréquent que, le geste accompagnant difficilement la pensée, on se retrouve brutalement à l’autre bout de l’image après un mouvement incontrôlé de la souris.

Dans l’exemple ci-dessous, il a suffit d’un geste un peu plus rapide de la main pour déplacer le pointeur complètement à gauche de l’image, à un endroit qui ne correspond plus à la zone que je voulais sélectionner (regardez le repère de la barre de défilement horizontal).

Il s’agit d’un contexte assez perturbant pour les utilisateurs novices de Photoshop.

Les lignes qui suivent décrivent un enchaînement classique qu’il m’est arrivé d’observer à de très nombreuses reprises lors de l’utilisation du lasso polygonal en salle 301. Je reprends l’exemple de l’image ci-dessus et je me mets dans la peau (en toute compréhension et amitié) de l’un de ces utilisateurs novices qui tente de gérer cette situation :


- Je veux donc revenir en place dans mon image. Je déplace la souris : basculement général à droite. Mouvement réflexe : « retour à gauche, toutes ! ». Grands dieux, un vrai ziz-zag. Ça tangue et, à force de bouger, je ne sais plus vraiment où j’en suis.

- Le problème c’est qu’avec l’outil lasso en main, je ne, peux même plus récupérer ma palette Navigation pour repositionner le focus sur la zone souhaitée. Navigation ? Un naufrage, oui.

- Je suis irrité, dépité, et je clique un peu au hasard. Ce qui marque des points d’ancrage plus ou moins aléatoires. Chaque clic déforme mon tracé.

- Pis, je double-clique : le tracé est alors bouclé ; ce qui signifie, nous l’avons vu, qu’il se transforme en sélection. J’ai perdu mon tracé. Impossible de supprimer les points d’ancrage (retour arrière).

- Que faire de cette sélection informe ? Même si je l’avais bien commencée ; tous ces clics l’ont défigurée. Je désélectionne (CTRL+D) et, comme je n’ai mémorisé aucune sélection partielle, je dois tout recommencer ! Maudit soit Photoshop et ces ignobles outils de torture tels que le lasso polygonal !

Pour remédier à cette situation particulièrement délicate, je vous conseille de rester calme, puis :

- Bloquez la souris (sans cliquer).

- Appuyer sur la barre d’Espace du clavier, ce qui fait apparaître une petite main.

Grâce à cette main, vous allez pouvoir reprendre le contrôle sur la navigation de votre image :

En premier lieu, vous retrouvez votre liberté : en gardant la barre d’Espace enfoncée vous pouvez à nouveau déplacer le pointeur (main) indépendamment du lasso. Plus généralement, la barre d’espace permet de mettre de côté ponctuellement n’importe quel outil, afin de naviguer dans l’image.

Vous pourrez ainsi retrouver progressivement le point d’ancrage à partir duquel tout a commencé à chavirer, et une fois que vous y serez arrivé, continuer à tracer votre contour de sélection. Voici comment procéder :

Gardez la touche Espace appuyée et, toujours sans appuyer le bouton de la souris, déplacez le pointeur (main) le long du segment (dans notre exemple : vers la droite).

Une fois que vous avez repositionné le pointeur, enfoncez le bouton gauche de la souris ce qui permet d’« attrapez le segment » et de « tirer vers la gauche » pour vous déplacer en sens inverse (voir ci-dessous).

L’explication peut sembler quelque peu étrange : pour se déplacer vers la droite, vous devez « tirer » vers la gauche.

En fait, la logique est assez proche de la situation suivante : vous êtes à bord d’une barque, dans un port, et vous tirer sur une corde amarrée pour atteindre le quai.

Continuons l’analogie :

- en maintenant la barre d’Espace, vous placez vos mains le long de la corde : gardez bien cette barre enfoncée jusqu’à ce que vous soyez arrivé au but !

- en enfonçant le bouton de la souris, vous saisissez la corde (gardez le bouton enfoncé, tant que vous avez besoin de tenir la corde)

- en déplaçant la souris vers la droite (bouton enfoncé), vous vous tirez le long de la corde : vous naviguez dans l’image, la position du focus est indiquée par la barre de défilement (horizontal).

- vous pouvez relâcher le bouton de la souris pour repositionner vos mains et continuer ainsi de vous déplacer dans l’image.

Continuez doucement à naviguer ainsi le long de l’image, petit à petit, en veillant bien à garder la barre d’Espace du clavier enfoncée.

Vous pouvez évaluer la distance parcourue en observant la barre de défilement horizontale (en bas) : suite au déplacement de la souris, le scroller (case bleue) s’était complètement callé à gauche ; il faut le conduire à l’autre bout de l’image. Ci-dessous, on constate que nous avons fait plus de la moitié du chemin.

Si vous avez la palette navigation à portée de vue, vous pouvez également observer l’évolution de la position dans l’image.

Vous voilà revenu à la position d’origine…

Vous pouvez relâcher la barre d’Espace du clavier. Vous retrouvez alors le symbole de l’outil lasso pour continuer à dessiner le contour.

Il est temps, désormais que vous êtes aguerris aux problèmes posés par le maniement du lasso, de passer à la suite des explications sur les options de cet outil : rapport suivant, suite et fin.