Lilapuce
 

supports (mardi 28 janvier 2014)

Styles (OOo) [1] : structurer

Attention : en raison de différences profondes entre les deux programmes dans le traitement des styles, cette longue série de tutoriels est complètement dédoublée : Microsoft Office Word, d’une part et Writer, d’autre part.
Afin de bien différencier chaque série de tutos, vous trouverez systématiquement dans le titre des articles, soit la mention MSW (pour Microsoft Word), soit OOo (pour OpenOffice.org Writer) (voir ci-dessus).
Ce n’est donc, a priori, pas ici que vous trouverez votre affaire si vous êtes un utilisateur de Word. Pour cela, je vous conseille plutôt d’aller faire un tour par là.

Les fichiers de cet exercice sont disponibles, comme d’habitude, en documents joints. Vous y trouverez non seulement le « modèle » (Programme des activités.odt), mais aussi une archive (format Zip), comportant des fichiers au format « texte brut » (Txt) ; ce qui vous évitera de les saisir. D’autres textes vous seront fournis à l’étape suivante.

Je vous recommande donc, au préalable de télécharger tous ces éléments et de les conserver à portée de main. Reportez-vous, au besoin, à ce support, indiquant comment récupérer un fichier-joint sur un support de Lilapuce et, par exemple, à celui-ci, qui où il est question de la décompression d’une archive Zip. Après quoi, ouvrez OpenOffice Writer et enregistrez immédiatement un nouveau document vierge que vous nommerez (par exemple) « Styles.odt » ; ce dernier étant votre document de travail.

Le navigateur et les styles

Pour commencer, il nous faut préparer notre environnement de travail.

Cliquez sur ce bouton afin d’afficher le navigateur.

Cette petite palette flottante est un élément d’interface essentiel d’Open Office Writer, notamment, lorsque, comme dans cet exercice, nous avons affaire à un document long et structuré :

De même, il est indispensable d’afficher la palette des styles (même si nous ne l’utiliserons pas dans un premier temps).

Pour cela, cliquez à cet endroit-ci :

Là encore, il s’agit d’une palette flottante.

Il est possible d’arrimer ces palettes flottantes à la fenêtre du programme de façon à ce qu’elles prennent toute la hauteur disponible.

Par exemple, je prends la palette Styles par la barre de titre (ici bleue), et je la déplace sur le côté droit de la fenêtre. Quand un cadre gris s’affiche à l’écran...

… je lâche la souris : la palette est fixée à la fenêtre.

Après avoir, comme moi, fixé cette palette à la fenêtre, recommencez l’opération en sens inverse (vous n’aurez pas de vue pour vous accompagner) :

- pointez une zone neutre (pas un bouton) de la palette « Style »,

- glissez-là vers le haut afin qu’elle soit à nouveau flottante,

- fermez la palette « Styles » en cliquant à nouveau sur le bouton « Styles et formatage » (nous la récupérerons par la suite, en temps utiles).

Sélecteur de styles

Retour sur le document.

Cliquer sur le paragraphe et tapez « Chanson ».

Puis, sur le sélecteur de styles, choisissez l’option « Titre 1 » :

Trois observations importantes (qu’il ne faudra donc pas oublier) :

- Le sélecteur de style permet avant tout d’appliquer des styles à vos textes  ; en particulier, vous remarquerez que nous sommes passé du style « Standard » au style « Titre 1 ».

- Le texte s’est automatiquement mis en forme avec les options définies pour le style sélectionné (dans notre exemple, « Style Titre 1 », tel que défini par Writer, par défaut), ce qui permet, en première approche, de le différencier visuellement.

- Un paragraphe en style de niveau de titre est visible dans le navigateur.

Précisons-le immédiatement, car la question revient tel un grand classique : il est possible de modifier l’apparence des styles (taille, police, couleur, alignement, etc.) – c’est d’ailleurs tout l’intérêt de cette technique – mais ce n’est pas le sélecteur qui nous le permettra ; ce dernier sert avant tout à structurer le texte de « façon logique » quant à son contenu.

Plus précisément, le sélecteur vous aide à prendre les décisions suivantes : voici le titre du premier chapitre ; ceci est le troisième sous-titre du deuxième chapitre ; là, vient le premier paragraphe du troisième chapitre, etc.

Cette explication vous semble quelque peu abstraite, voire, un tantinet fumeuse ?

Alors j’espère qu’en suivant le présent support (au moins à l’issue de cette première partie) la notion de « texte structuré » vous sera plus familière, car l’exercice que je vous ai préparé peut être considéré comme un exemple de texte structuré.

Pour l’heure, considérons qu’avant de mettre en forme un long texte, se divisant en parties et sous-parties, il est important de lui donner une assise, de l’organiser de façon cohérentes de telle sorte que vous puissiez le réaménager facilement par la suite. Pour cela, nous allons insérer des « balises » ou des « repères » au niveau de chacune de ces parties, ce qui permettra au traitement de texte de les distinguer les unes des autres.

Ces « balises » ou ces « repères » appliqué au texte sont précisément ce que l’on appelle les styles. Voilà pourquoi il est important d’appliquer les styles à un texte le plus tôt possible.

Peut importe, pour l’instant, l’apparence de chacune de ces parties, nous verrons qu’il est assez simple de modifier les paramètres de mise en forme des styles après coup.

Tapez donc deux fois sur la touche « Entrée » du clavier et saisissez la deuxième thématique : « Bande dessinée ». Là encore, à l’aide du sélecteur de styles, vous devez passez ce paragraphe en niveau de style « Titre 1 », car, par défaut Writer, créé le nouveau paragraphe en style « Corps de texte » (nous reviendrons un peu plus loin sur cette question).

Cliquez ensuite sur le paragraphe vide placé au milieu...

… puis sélectionnez le « style de Titre niveau 2 » :

Toujours sur ce paragraphe tapez « Jacques Brel ».

Deux constatations :

- la mise en forme du style « Titre 2 » se distingue de celle de « Titre 1 ». Là encore, considérons, pour l’instant que cette différenciation n’est qu’une vague indication visuelle, que nous modifierons par la suite. Ce qui importe c’est avant tout que ce nouveau paragraphe « Jacques Brel » soit bien pris en compte par le programme comme un sous-titre de « Chanson » et non, par exemple, comme l’équivalent de ce dernier.

- Vous pouvez constater qu’il est possible de définir le style d’un paragraphe avant même de taper le moindre caractère. C’est tout à fait normal, puisque, s’agissant d’un style s’appliquant à un paragraphe, il suffit de placer le point d’insertion sur le paragraphe et de sélectionner le style dans le sélecteur pour que le style s’applique à l’ensemble du paragraphe.

Continuons de structurer notre texte en ajoutant à cet endroit précis (ci-dessous) « Georges Brassens » et « Charles Trenet ». Sélectionnez ensuite ces deux paragraphes et passez-les en style de « Titre 2 » :

Nous sommes bien d’accord que Georges Brassens et Charles Trenet sont, comme Jacques Brel, des chanteurs ? Alors il est logique que ces paragraphes soient, comme le précédent, passés en style de « Titre 2 »

Dans ce cas, si nous avons sélectionné les paragraphes avant de sélectionner le style, c’est pour les paramétrer d’un seul coup dans le même style « Titre 2 ».

Sous « Bande dessinée » tapez le nom de ces trois dessinateurs, puis, là encore, après les avoir sélectionnés, mettez-les en style « Titre 2 » :

Nous en avons fini (pour l’instant) avec les deux premiers niveaux hiérarchiques de notre texte :

- les thématiques : « chanson » et « bande dessinée » (titre de niveau 1 )

- les « auteurs » : chanteurs et dessinateurs (titre de niveau 2)

Cette première ébauche étant mise en place, nous allons pouvoir continuer à préciser le contenu de notre texte.

Créez ensuite un paragraphe derrière « Jacques Brel » et insérez les titres de ces deux chansons ; lesquelles seront, en toute logique, passées en titre de niveau 3 :

Recommencez la même opération pour les deux autres chanteurs, selon le modèle ci-dessous :

Même principe pour les auteurs de bande dessinée, où il sera question non plus de chansons mais de héros de bande dessinée :

À ce stade de la construction de notre document, un petit récapitulatif s’impose (sur la vue ci-dessous, j’ai modifié les marges du document pour tout faire entrer sur une seule page) .

- Nous avons d’abord saisi les thématiques : niveau 1

- À l’intérieur de chaque thématiques, nous avons incorporé des auteurs : niveau 2

- Puis pour chaque auteur, deux titres de chanson ou deux héros de BD : niveau 3

Il est vrai que, pour l’instant, les différences visuelles entre ces différents niveaux de style ne sautent pas aux yeux (d’où la mise en couleur avec les encadrés sur la vue de ci-dessus).

Nous verrons que cette affaire-là peut être réglée très facilement dans un second temps en modifiant à volonté la mise en forme de chacun des styles afin de mieux les différencier. Notez, par ailleurs, que l’imbrication en rubriques et sous-rubriques décalées niveau par niveau est assez bien représentée dans le navigateur (ci-dessus, encadré en magenta).

Naviguer de titre en titre

Revenons, précisément, sur le navigateur d’open Office Writer.

Si vous double-cliquez, par exemple sur Tintin...

… vous constaterez que le programme place immédiatement le point d’insertion dans le texte à cet emplacement. :

En première approche, le navigateur permet – comme son nom l’indique – de naviguer d’un point à un autre d’un document comme on le ferait avec un sommaire.

Ceci est possible, bien entendu, à partir du moment où l’on a appliqué des styles de titre aux paragraphes.

Corps de texte

Il est nécessaire, à présent, de rentrer plus en détail dans le contenu de notre texte.

Puisque nous avons des titres de chansons (niveau 3), dépendant de chanteurs (niveau 2) ces derniers étant eux-même un sous-ensemble de la thématique « Chanson » (niveau 1), essayons, par exemple, d’incorporer, dans ce document les paroles des chansons.

Je ne vous demanderai pas de saisir les paroles ; nous allons naturellement – avec tous le respect qu’il se doit de porter à ces auteurs et à leurs ayants-droits – de copier ces textes et de les coller dans notre document.

Sans fermer OpenOffice Writer, ouvrez le dossier dans lequel vous avez enregistré l’archive Zip, fournie ci-dessous en fichier attaché). Au cas où vous ne l’auriez pas encore fait, décompressez l’archive et double-cliquez sur le fichier « Gorille.txt », lequel devrait normalement s’ouvrir avec le Bloc-notes. Sélectionnez tout le texte (Ctrl+A), copiez (Ctrl+C). Fermer le fichier « Gorille.txt ». Je suppose que vous savez faire tout cela : récupérer et décompresser une archive ainsi que le copier-coller, voilà pourquoi je ne vous fournis que ces rapides explications sans aucune illustration.

Retournez ensuite sur votre document Writer, cliquez derrière « Le gorille » afin de créer un nouveau paragraphe...

… puis collez (Ctrl+V) :

Bien que cela n’ait pas de rapport direct avec notre sujet, j’en profite pour vous montrer comment récupérer un texte depuis internet et l’insérer correctement dans un traitement de texte.

Imaginons que vous ayez trouvé les paroles de la chanson L’auvergnat : vous sélectionnez le texte ; vous le copiez (par exemple par clic droit)...

… puis, de retour sur votre document Writer, créez un paragraphe vide sous le titre de cette chanson, et passez par le menu « Édition / Collage spécial » (Ou Ctrl-Maj+V) ...

… sur la boîte de dialogue, sélectionnez ensuite l’option « Texte non formaté » (sans la mise en forme présentée sur la page Web) puis cliquez sur « Ok » :

Votre texte devrait arriver ainsi dans le style « Corps de texte » sans aucune option de mise en forme (couleur, police, taille, etc.).

Vous comprenez quelle différence il y a entre le titre et les paroles d’une chanson ?

Donc vous comprendrez pourquoi nous avons conservé ce style « Corps de texte » pour les paroles de nos chansons.

On peut considérer que le style « Corps de texte » correspond à ce que l’on appelle en édition du « texte courant », autrement dit à tout ce qui constitue la « chair » de votre document ; le contenu général, son niveau le plus basique (du point de vue de la hiérarchie des styles) et qui représente le nombre de signes le plus volumineux ; ce qui n’est ni un titre ni une numération, ni une note de bas de page, ni toute autre partie « sémantique » particulière de votre texte.

Comme je l’ai déjà évoqué plus haut, ce style est intégré par défaut par Writer (en remplacement du style « Standard ») dès que vous commencez à structurer votre texte avec des styles de titre et que vous créez des paragraphes vides.

Puisque nous avons « ajouté un niveau à notre texte », avec les paroles des chansons, procédons à un deuxième petit récapitulatif, mais cette fois-ci sur une partie du document :

- Thématiques : Style titre niveau 1

- Auteurs : Style titre niveau 2

- Titres des chansons (ou héros de BD) : Style titre niveau 3

- Paroles des chansons : Style corps de texte

Vous voyez la différence qu’il y a entre le nom d’un chanteur, les titres de ses chanson et les paroles de ces dernières ?

Alors, pour l’essentiel vous savez à quoi correspond la notion de « styles » ou de « texte structuré », tel qu’on l’entend en traitement de texte et, plus généralement dans la gestion des styles appliqués à un texte (pages web, Publication Assistée par Ordinateur, document XML, etc.).

Maintenant que vous savez comment intégrer le niveau « Corps de texte » à votre document, vous devriez pouvoir ajouter les paroles de toutes les chansons à votre texte (mettons de côté la BD pour l’instant).

Donc choisissez votre méthode : soit en récupérant ces textes depuis les fichiers attachés, soit directement à partir d’Internet (là encore, vous n’aurez pas de vue pour vous accompagner).

À vous de jouer !

(…)

Déplacer le contenu par bloc

Vous avez donc complété votre texte avec les paroles des chansons ? Vous en avez profité pour enregistrer le tout ?

Bien !

Découvrons à présent comment le navigateur de Writer peut nous aider à modifier l’organisation d’un texte structuré.

Double-cliquez sur Ces gens-là, la chanson qui vient en première position pour Brel.

Rappelons-le : le double-clic sur un titre dans le navigateur, permet de placer directement le point d’insertion au niveau correspondant dans le texte.

Cliquez ensuite sur le bouton « Abaisser le chapitre »...

… et vous constatez que le « bloc entier » – c’est à dire le titre de la chanson avec les paroles – passe de la première position à la deuxième (derrière Amsterdam).

Vous aurez compris de vous-même que le bouton placé à gauche avec les chevrons pointés vers le haut, indiquant « Hausser d’un chapitre » permet de faire remonter le paragraphe (ainsi que ces éventuels sous-ensemble) vers le haut.

Voilà donc la méthode qui nous permet de rétablir l’ordre initial ; ci-dessous, après avoir cliqué une fois sur ce bouton :

Attention, si vous cliquiez une deuxième fois, vous feriez passer la chanson au-dessus de son chanteur...

Cliquez plutôt à nouveau sur « Abaisser d’un chapitre » pour revenir à l’ordre suivant :

Nous allons recommencer le même type de déplacement mais, cette fois-ci, avec le niveau supérieur : le chanteur.

Sur le navigateur, double-cliquez sur « Georges Brassens » ; observez qu’il s’agit du chanteur placé en deuxième position, entre Jacques Brel et Charles Trenet :

Cliquez ensuite sur le bouton « Abaisser le chapitre » :

Cette fois-ci, c’est le « chapitre » (au sens Writer), c’est à dire l’ensemble « Georges Brassens », ainsi que ses sous-ensembles (titres de chansons et textes des chansons) qui s’est déplacé de la deuxième à la troisième position :

Maintenant, imaginez qu’au lieu de ces quelques lignes, il soit nécessaire de déplacer ainsi, d’un point à un autre du texte, un chapitre entier, composé de plusieurs dizaines de pages.

Vous comprendrez certainement pourquoi le navigateur représente un outil précieux pour gérer des documents volumineux sur OpenOffice Writer...

… à condition, bien entendu, que l’on ait, au préalable, structuré son texte avec des styles de niveau de titre !

À présent que vous savez réorganiser votre texte à l’aide du navigateur, à vous de jouer : vous allez fixer la palette « Navigateur » à la fenêtre du programme, tel que nous l’avions vu tout à l’heure puis agencez votre texte de la façon suivante :

Là non plus, vous n’aurez aucune illustration pour vous aider. Toutes les procédures nécessaires pour arriver à ce résultat ont été expliquées.

À vous de jouer !

(…)

Masquer une partie du contenu dans le navigateur

Si vous travaillez sur un document, d’une part, volumineux et, d’autre part, structuré (comme dans notre exemple, avec trois niveaux de titres), vous apprécierez certainement de pouvoir le parcourir de façon très synthétique, un peu comme s’il s’agissait d’un sommaire.

Nous avons vu que le navigateur permet déjà de faire cela puisqu’il n’affiche que les titres et vous donne ainsi la possibilité d’atteindre n’importe quel point de votre texte à partir du moment où ce dernier est balisé par ces fameux styles de titres.

Mais en plus, le navigateur de Writer donne la possibilité d’afficher de façon partielle, niveau par niveau, du plus haut (Titre 1) jusqu’au plus bas (vous avez 10 niveaux de titre à votre disposition sur Writer).

Voyons cela de façon pratique. Cliquez sur ce bouton :

Puis, dans la liste, sélectionnez 2 :

Vous constatez que le navigateur ne présente que les titres de niveaux 1 et 2 ; par contre – il est important de le préciser – rien n’est modifié dans l’affichage du document proprement-dit :

Conservez l’affichage de deux niveaux de titre dans le navigateur.

Modifier le niveau d’un style de titre

Il est possible, également, à partir du navigateur, de modifier les niveaux de titre ; plus exactement :

- passer, par exemple, un paragraphe d’un style « Titre 1 » à style « Titre 2 » ; on indiquera alors qu’il s’agit d’abaisser d’un niveau (le titre 1 étant considéré comme celui qui est le plus haut d’un point de vue hiérarchique).

- inversement, lorsque par exemple, on transforme un « Titre 3 » en « Titre 2 », cela revient à hausser d’un niveau le paragraphe.

La manipulation est fort commode et très simple à mettre en œuvre, mais il faut prendre quelques précautions, faute de quoi, vous risquez de ruiner l’organisation de votre document.

Nous allons essayer d’expliquer cela par le détail.

Normalement, si n’avez rien modifié depuis notre dernière manipulation, vous devriez toujours n’avoir que deux niveaux de titre affichés dans le navigateur (ceci est important pour la suite de notre explication). Double-cliquez sur « Chanson » dans le navigateur, puis cliquez un fois sur ce bouton « Abaisser d’un niveau » :

Deux observations importantes :

- Dans le document, nous constatons par le sélecteur de styles que le paragraphe est effectivement passé du niveau 1 au niveau 2 (« Titre 2 »).

- Quant au navigateur, il n’affiche plus, désormais, que « Chanson » ainsi que les deux premier niveaux du thème suivants (Bande dessinée et dessinateurs). Les chanteurs ont disparus.

Si vous rétablissez l’affichage original du navigateur avec les trois niveaux de titre...

Vous constatez alors que le navigateur affiche bien les trois niveaux de titres demandés, mais que le « chapitre » « Chanson » est complètement décalé, d’un point de vue logique par rapport à « Bande dessinée » :

Par conséquent, les titres des chansons n’apparaissent pas et pour les afficher dans le navigateur, voici ce qu’il nous faudra faire :

On peut constater qu’en baissant d’un niveau le titre « Chanson » (qui était en « Titre 1 »), Writer a répercuté la modification, d’un point de vue logique, à l’ensemble de l’arborescence dépendant de ce titre.

Voilà pourquoi les titres des chansons, qui étaient en style de « Titre 3 » sont désormais en « Titre 4 » :

Et on pourra aisément le vérifier en double-cliquant sur l’une des instances de ces nouveaux titres 4 afin de contrôler ce que nous indique le sélecteur de styles :

Même chose pour le niveau supérieur :

Pour rétablir la situation, il suffit de procéder à l’inverse de ce qui a été fait : double-cliquez, dans le navigateur, sur le titre « Chanson » et cliquez sur « Hausser d’un niveau » :

À première vue, nous retrouvons l’arborescence initiale, mais mieux vaut s’en assurer en n’affichant que les trois niveaux nécessaires :

C’est bon !

Observons, à présent, ce qu’il se passe si nous modifions un style de titre directement par le sélecteur de styles. Double-cliquez, dans le navigateur, sur « Chanson », puis passez de « Titre 1 » à « Titre 2 » :

Le paragraphe a bien été modifié mais, contrairement à tout à l’heure, cela n’a pas entraîné aucune répercussion sur les paragraphes « enfants » (les chanteurs et les titres des chansons) :

Voilà une information importante à retenir :

- la modification de niveau de style dans le navigateur entraîne en cascade une modification de tous les « styles dépendants » de ce dernier (les sous-ensembles du style modifié),

- alors que la même opération sur le sélecteur de style, se limite au seul style modifié.

Il nous suffira de cliquer sur ce bouton pour remettre d’aplomb notre texte :

Et faire les ultimes vérifications :la position du titre dans le navigateur, ainsi que l’indication portée dans le sélecteur de styles...

Nous laissons le navigateur de côté pour l’instant, mais vous aurez certainement compris à quel point cet outil est important pour traiter de long documents. Ne l’oubliez pas !

Numérotation automatique des pages

Nous allons maintenant continuer à organiser le document mais, cette fois-ci, au niveau de zones d’information que nous retrouverons sur toutes les pages.

Quelle que soit la page sur laquelle se trouve le point d’insertion, cliquez sur le menu « Insertion / Pied de page / Standard ».

Le programme affiche en bas de page une zone qui était jusqu’alors masquée ; il s’agit du « pied de page », c’est à dire un emplacement disposé à l’intérieur de la marge inférieure, entre le corps du texte et le bord externe de la page :

C’est ici que nous allons insérer notre numérotation de page ; pour cela il est inutile d’essayer de taper manuellement des chiffres sur chaque page (une solution, de toute façon, inefficace).

Le traitement de texte sait parfaitement gérer cette opération automatiquement. Pour cela vous devez insérer un « champ » en passant par le menu « Insertion / Champs / Numéro de page » :

Quelle que soit la page sélectionnée, le programme intégrera par défaut une numérotation automatique sur toutes les pages de votre document et il complètera ou corrigera cette numérotation sans que ayez à vous en soucier.

De plus, observez que Writer a automatiquement passé la zone en tant « style Pied de page » ; ce qui permettra d’en modifier l’apparence :

Insertion d’un en-tête

De la même façon, nous pouvons demander à Writer d’insérer, en haut de page un en-tête :

Une zone où l’on saisira, par exemple, un titre courant (ici « Activités culturelles ») venant en répétition sur toutes les pages du document.

Un petit aperçu :

Voilà qui commence à prendre forme.

Les fondations sont en place. Il nous reste encore beaucoup de choses à voir, mais nous partons sur de bonnes bases.

Prochain support : modifier les styles.

 

Paroles des chansons

 
 

Modèle finalisé

 

 

Autres supports
de l'atelier Traitement de texte

 

L'atelier «Traitement de texte»