Lilapuce
 

exercices (samedi 10 mars 2012)

Carte de visite (prototype)

Voici comment nous avons créé une carte de visite avec la « zone texte » de l’outil dessin.

La mise en situation, ci-dessous, a été réalisée (il y a longtemps) à l’aide de Word (version 97 !).

Les utilisateurs d’OpenOffice devraient (à peu près) trouver leur repères à partir de cette explication.

Il faut d’abord afficher la barre d’outils dessin. Cliquez sur cette icône (vous pouvez également passer par le menu « Affichage / Barre d’outils / Dessin », notamment sur OpenOffice).

Voilà, donc, à quoi ressemble la barre d’outils Dessin. Par défaut, elle s’affiche en bas de la fenêtre).

Il y a un certain nombre de fonctionnalités (pas toujours très intéressantes) disponibles sur cette barre.

Pour l’instant, contentons-nous de la zone Texte. Cliquez sur ce bouton.

Sur OpenOffice : le bouton « Zone texte » est représenté par un « T »

Votre pointeur adopte la forme d’une croix.

Maintenez le bouton gauche de la souris enfoncé et faites un mouvement de biais, comme si vous traciez la diagonale d’un rectangle.

Continuez votre tracé.

Voilà à quoi ressemble votre tracé une fois que vous avez lâché le bouton de la souris.

Remarquez la bordure hachurée, ainsi que les petits carrés, aux angles et au milieu de chaque côté. Par convention (et pour nous comprendre) nous attribuerons à ces petits carrés la dénomination de poignées.

Sur OpenOffice : la zone texte ne comporte pas d’encadré avec une bordure et les poignées sont vertes, mais le principe est le même. Tapez n’importe quoi (un ou deux caractères) immédiatement après avoir tracé votre rectangle, faute de quoi il disparaitra.

Pointez la zone hachurée. Attention ; il important de ne pas viser une poignée.

Enfoncez le bouton de la souris et, en tout en gardant le doigt posé sur le bouton, déplacez votre main vers le bas. Vous devriez voir ce dédoublement.

Lâchez le bouton de la souris.

Une déduction s’impose : la bordure hachurée permet de sélectionner et de déplacer une zone de texte.

Sur OpenOffice : pour déplacer une zone texte, pointez directement la zone et, tout en maintenant la souris enfoncée, bougez la souris.

Voyons maintenant à quoi servent ces poignées.

Pointez l’une d’entre elles : je choisis, par exemple, celle de droite. Un pointeur caractéristique en forme de double flèche doit normalement apparaitre au survol d’une poignée.

Maintenez le bouton gauche de la souris enfoncé. Normalement le pointeur se transforme en croix.

Faites un mouvement vers l’angle opposé, en bas à gauche. Vous devriez voir quelque chose qui ressemble à l’image ci-dessous.

Lâchez.

Deuxième constat : les poignées servent à modifier les dimensions de la zone de texte.

Vous pouvez même en tirer la déduction suivante : les poignées - en général - servent à modifier les dimensions ; qu’il s’agisse de zone de texte ou de n’importe quelle forme, sur Word ou sur n’importe quel autre programme (dont OpenOffice)

Pointez la bordure grise (hachurée) et double-cliquez.

Une boîte de dialogue s’ouvre immédiatement.

Retenez cette règle qui s’applique à toutes les formes dessinées de Word : le double-clic sur un objet permet d’accéder aux propriétés de cet objet.

Sur OpenOffice : faites un clic droit sur l’une des poignées et choisissez l’option « Position et taille »...

Les propriétés ?

Oui, par exemple :

- la couleur de fond,

- les dimensions,

- la position, etc.

Ce qui nous intéresse, pour l’instant, c’est d’indiquer précisément les dimensions de cette zone de texte : 5,5 cm de haut par 8,5 cm de large.

Il s’agit des dimensions de notre carte de visite.

Il est facile de s’imaginer qu’il est mille fois plus rapide d’indiquer des dimensions précises par ce moyen que d’arriver au même résultat en tirant les poignées avec la souris.

Une fois que votre zone de texte est redimensionnée, il suffit de cliquer dedans pour retrouver le point d’insertion.

Sur OpenOffice : double-cliquez sur la zone texte pour retrouvez le point d’insertion.

Eh oui ! Vous pouvez taper du texte à l’intérieur de cette boîte, et donc la déplacer dans la page aussi facilement que vous le feriez avec une icône du bureau. C’est très commode. Cela permet de s’affranchir de la contrainte fondamentale du traitement de texte, lequel ne permet d’insérer des éléments qu’à l’intérieur d’un paragraphe.

Tapez votre texte. Pour l’instant, ne vous souciez pas de la mise en forme.

Profitons-en pour découvrir deux caractères spéciaux.

Je souhaite insérer une icône de téléphone fixe.

Cliquez sur le menu "Insertion / Caractères spéciaux"

Choisissez la police "Wingdings" et pointez jusqu’à ce que vous trouviez l’icône du téléphone fixe.

Cliquez pour agrandir la prévisualisation de l’icône.

Cliquez sur le bouton "Insérer"

Vous avez inséré l’icône dans votre document. Vous pouvez taper le n° de téléphone à la suite.

Insérer un nouveau paragraphe (en appuyant sur la touche Entrée du clavier).

Recommencez la même opération pour insérer l’icône du téléphone portable.

Voici juste deux image pour vous aider. Vous devriez y arriver sans commentaires.

Tapez l’adresse e-mail. Considérons qu’il n’y a pas d’autre information à insérer.

L’essentiel des instructions suivantes ont déjà été abordées sur ce site. Il s’agit des options de mise en forme de texte.

Je me contenterai donc d’explications très sommaires.

Sélectionnez le premier paragraphe (prénom et nom) et augmentez la taille : corps 16.

Cliquez dans la fenêtre des polices et tapez "B" pour faire apparaître les polices de caractères dont le nom commence par cette lettre . Cliquez sur « Bookman Old style ».

Il faut, maintenant, paramétrer les options de mise en forme de paragraphe. Déjà vu ici.

Je serai donc discret.

Il faut modifier le reste du texte.

Une fois que vous avez fini vos petites affaires de mise en forme, double-cliquer pour accéder aux propriétés de la zone de texte.

Modifiez la couleur de l’encadré général : gis clair.

Sur OpenOffice : faites un clic droit de la souris sur la zone texte puis choisissez l’option « Ligne... ». Sur la boîte de dialogue, indiquez l’option de style « Continu » et couleur « Gris clair ».

Le prototype est prêt.

Il est maintenant nécessaire de dupliquer ce modèle pour le mettre en page, car je vous déconseille de gâcher du papier en n’imprimant qu’une seule carte sur un format A4.

L’explication permettant de réaliser ce gabarit est disponible sur cet autre support.


 

Autres exercices
de l'atelier Bureautique

 

L'atelier «Bureautique»