Lilapuce
 

supports (mardi 22 novembre 2011)

Gmail : champs CC : et CCI :

Résumé de l’épisode précédent : une adresse e-mail tapée directement dans le champ « A : » est automatiquement enregistrée dans les contacts (carnet d’adresses). Il est alors possible d’éditer et de modifier les coordonnées de ce contact. On peut, également, mémoriser un contact à partir d’un message reçu.

Puis, l’histoire :

Quelques minutes, seulement, après avoir reçu le mail de Mme Bleue, Lenna décide de téléphoner à Charlie. Notre cobaye sait qu’il existe un système– le chat – pour dialoguer en temps réel sur Internet, mais le temps presse et il faut mettre au point rapidement une stratégie. L’efficacité, d’abord !

L’affaire est conclue : Charlie prendra la place de Leena à la réunion du syndic car, n’oublions pas que notre cobaye, devant s’absenter pour quelques temps dans une lointaine contrée, ne pourra honorer la convocation envoyée par Mme Bleue.

Sherleena a certainement dû faire valoir des dons de persuasion tout à fait exceptionnels pour convaincre son ami, mais nous n’en saurons pas plus, si ce n’est que Gaby est également impliqué dans le dispositif…

Retour dans la messagerie :

Un clic sur « Nouveau message » pour afficher l’éditeur :

Sherleena tape la lettre « p » dans le champ « A : ».

Remarquez qu’immédiatement après avoir saisi ce caractère, l’adresse de Mme Bleue s’insère dans un bandeau sous ce champ« A : », réservé au « destinataire principal ».

N’oublions pas que cette adresse est enregistrée dans les « Contacts ».

Voilà en quoi consiste le principal intérêt à mémoriser les coordonnées de ses correspondants dans son système de messagerie : il suffit ensuite de cliquer sur l’adresse …

… pour qu’elle s’insère directement dans le champ.

C’est le principe de l’auto-complétion, que l’on retrouve très souvent en informatique dans une multitude de contextes : éviter de taper complètement des informations répétitives et, par conséquent, évacuer tout risque d’erreur de saisie.

Sherleena clique ensuite sur « Ajouter un champ Cc »

L’éditeur de Gmail ajoute immédiatement ce champ.

Cc : signifie « copie carbone » (carbon copy).

On peut considérer qu’il s’agit d’un champ prévu pour qu’un ou plusieurs « destinataires secondaires » prennent connaissance du message envoyé au « destinataire principal » (champ « A : »).

Le destinataire principal est toujours informé que le message est également envoyé « en copie » à d’autres personnes.

Sherleena clique, à présent, sur « Ajouter un champ Cci »

Gmail ajoute un troisième champ.

Cci : signifie « copie carbone invisible » (Blind carbon copy - Bcc :).

Il s’agit, comme « Cc : », d’un champ de type « copie » ou « destinataire secondaire », mais contrairement à ce dernier, les adresses insérées dans le champ « Cci : » sont masquées (ou invisibles) pour tous les destinataires (y compris ceux qui figurent en « Cci : »).

Leena, continue de renseigner les différents champs de son message.

En copie, ce sera donc Charlie

… en copie invisible, comme convenu, notre cobaye insère Gaby.

Récapitulons :

- Mme Bleue, destinataire principale du message, sera informée que Charlie a été ajouté en copie. Par contre elle ne pourra pas savoir que Gaby l’a également reçu.

- Charlie recevra un mail, en tout points identique à celui de Mme Bleue (sauf, que, lui, contrairement à elle, il sait qu’il y a un destinataire caché !)

- le message qui arrivera dans la boîte aux lettres de Gaby sera, également, l’exacte réplique de celui reçu par les autres destinataires. Ce qui signifie que sa propre adresse e-mail sera invisible. Rien ne permet, donc aux autres de savoir qu’il a également reçu le message.

Déduction logique : plusieurs destinataires « invisibles » sont donc toujours cachés, y compris les uns par rapport aux autres.

Cette solution permet, en première approche, d’éviter de faire circuler « en clair » une liste d’adresses e-mail dans des envois en nombre. Attention, toutefois : il est nécessaire d’insérer au moins une adresse en clair, dans le champ "A :". Généralement ce sera l’adresse de l’expéditeur. (nous en reparlerons).

Sherleena indique l’objet, puis entame le message.

Laissons là notre cobaye à son difficile exercice de rédaction.

Prochain support : les libellés