Lilapuce
 

supports (mardi 15 novembre 2011)

Gmail : créer un compte

Ceci est la toute première étape d’une longue série de supports consacrés à Gmail.

La première mise en ligne de ces pages date de 2007 ; ce qui explique que certaines fonctionnalités (plus ou moins mineures), disponibles aujourd’hui sur Gmail, ne figurent pas dans ces supports.

Il existait, avant cette époque, un autre support sur les Webmails, à partir de l’exemple Yahoo. Comme j’avais coutume de l’indiquer lors des ateliers, les différentes procédures d’inscription et d’utilisation de Webmails sont sensiblement identiques, quel que soit le service utilisé (Laposte, Yahoo, Hotmail, etc.). Peu importe la « crèmerie », avec la messagerie électronique, nous sommes dans du « standard » ; voilà pourquoi, au fil des années, je passe régulièrement d’un service de messagerie à un autre.

Pour autant, il m’a semblé nécessaire de proposer cette série de supports spécifique à Gmail, pour les raisons suivantes :

- J’ai été conduit à répéter très souvent certaines explications sur l’usage de ce Webmail. Il devenait donc indispensable que cela soit accompagné de supports actualisés. Mieux valait partir du cas concret (Gmail), pratiqué en atelier.

- Certaines logiques d’usages et certaines fonctionnalités relativement importantes de ce Webmail sont spécifiques à Gmail (en tous cas, pour l’instant). Ces aspects pratiques de l’utilisation de Gmail ne peuvent donc plus être expliqués en faisant référence à Yahoo mail.

Reprenons donc les choses au départ pour Gmail ; c’est-à-dire, dès l’inscription.

Pour cela, je ferai appel à notre cobaye fétiche, alias Sherleena.

Sherleena Makilley s’inscrit à Gmail

Lors d’une quelconque navigation personnelle sur le Web, Sherleena décide subitement de s’inscrire au système de messagerie Gmail.

Peut importe le navigateur utilisé, peut importe le site visité, il suffit pour cela de sélectionner l’adresse affichée, en cliquant sur l’icône (favicon) placée à gauche de cette adresse.

JPEG - 86.4 ko

Une fois l’adresse sélectionnée, Sherleena lâche la souris ; cette dernière ne lui étant, pour l’instant, d’aucune utilité.

Il suffit, ensuite, de taper l’adresse suivante (sans aucun espace) :

gmail.com

Après avoir tapé la dernière lettre de l’adresse (« m » de « .com »), Sherleena lève les mains du clavier et observe la barre d’adresse. Suivons ce regard.

Deux constatations importantes :

- Cette saisie supprime directement l’ancienne adresse (il n’était donc pas nécessaire d’essayer de la supprimer !)

- Il est inutile de taper le préfixe (protocole) « http:// », le navigateur l’ajoutera automatiquement dès que l’adresse sera validée.

Première information essentielle à retenir :

- Comme Sherleena, vous avez tout intérêt à retenir par cœur cette adresse URL : gmail.com

C’est la porte d’entrée vers le système de messagerie Gmail.

Sherleena vérifie qu’aucune faute ne s’est glissée.

Puis, une fois cette vérification faite, notre cobaye fétiche appuie sur la touche entrée du clavier pour valider la saisie ; ce qui revient à demander au navigateur : affiche-moi donc le site correspondant à cette adresse.

JPEG - 75.3 ko

Normalement, cela devrait nous conduire sur la page d’accueil de Gmail :

JPEG - 87.7 ko

Si vous étiez, comme Sherleena, en train d’essayer d’atteindre la page d’accueil de Gmail et que vous constatez que c’est autre chose qui apparaît à l’écran, c’est qu’il y a certainement eut un hic quel que part !

Pour le coup, je vous conseille de recommencer la démarche décrite ci-dessus, car je pense qu’il est indispensable que vous puissiez maîtriser cette étape élémentaire : saisir une adresse de site web.

Peut-être me ferez-vous remarquer, alors, que vous ne procédez pas ainsi et que le plus important consiste, au final, à atteindre la page de Gmail, quelle que soit la méthode utilisée.

Par exemple :

- au lieu d’utiliser la barre d’adresse, vous tapez l’adresse de Gmail, ou quelque chose ressemblant à cette adresse, dans le champ de recherche du navigateur (voir support)

- vous passez par le site de Microsoft ou celui de votre fournisseur d’accès pour solliciter je ne sais quel champ de saisie…

Oui, bien sûr, c’est toujours possible, comme ça ; mais pourquoi se priver de solutions simples et maîtrisées ?

Voici pourquoi je vous recommande, tant que la procédure n’est pas réellement intégrée, de vous exercer à cet exercice, qui repose sur une logique simple :

- je souhaite utiliser Gmail

- Gmail est un webmail, c’est-à-dire un service de messagerie disponible sur un site Web.

- pour me rendre sur n’importe site Web j’utilise un navigateur Web.

- sur un navigateur, si je connais l’adresse URL du site sur lequel je souhaite me rendre, je tape directement cette adresse dans la barre d’adresse du navigateur.

Et, je le répète, l’adresse URL de Gmail c’est :

gmail.com

Dans la partie droite de la page d’accueil de Gmail, se trouve la zone permettant de rentrer dans la messagerie.

Sherleena n’a encore jamais utilisé le service de Gmail. Il ne sert donc à rien, pour le moment, d’insérer une quelconque information dans les champs Nom d’utilisateur et Mot de passe.

Pour l’heure, Sherleena doit créer un compte sur ce service ; ce qui l’oblige à cliquer sur le bouton « Inscrivez-vous à Gmail » :

JPEG - 60.7 ko

Voici à quoi ressemble le formulaire d’inscription de Gmail :

JPEG - 91.2 ko

Observons, étape par étape, en quoi consiste cette inscription.

En premier lieu, il faut renseigner le prénom et le nom ; selon les termes de la licence, il est nécessaire d’indiquer, à cet endroit, des informations valides.

Ensuite, dans le troisième champ « Nom de connexion demandé », il faut taper l’identifiant. Cette étape est essentielle : ce qui sera tapé à cet endroit correspond à l’identité de l’utilisateur de Gmail.

JPEG - 41 ko

L’identifiant sera donc utilisé dans la syntaxe de la future adresse e-mail.

Par exemple, l’adresse de messagerie électronique (e-mail) suivante :

pauline.bleue@gmail.com

signifie que la personne ayant pour identifiant pauline.bleue chez gmail.com, a le droit d’utiliser le service de messagerie proposé par Gmail.

L’identifiant sera donc systématiquement demandé pour accéder au service de messagerie de Gmail et c’est la seule information personnelle qui ne pourra pas être modifiée par la suite.

Il est donc impératif de la retenir par cœur. Au besoin, n’hésitez pas à la noter sur un papier : cette information n’est pas confidentielle.

Quelques restrictions sont imposées, quant à la syntaxe de l’identifiant :

- aucun espace

- aucun caractère accentué

Vous pouvez, par contre utiliser des majuscules, des chiffres et certains caractères tel que le point.

Une convention, permise sur Gmail, est fréquemment utilisée pour choisir son identifiant de messagerie : prénom.nom (sans accent, sans espace, avec un point entre le prénom et le nom)

C’est justement la formule choisie par Sherleena.

Remarquez, que, sur ce champ « Nom de connexion demandé », il ne faut donc pas indiquer la future adresse complète (avec « @gmail.com »). Gmail rejettera même cette proposition, car il est demandé d’indiquer un identifiant et non la future adresse.

Une fois que l’identifiant est inscrit dans le champ, il est possible – dès cette étape – de vérifier sa disponibilité ; c’est-à-dire si quelqu’un d’autre ne l’a pas pris avant.

Sherleena clique sur « vérifier la disponibilité »…

JPEG - 18.1 ko

Il est disponible !

Lorsque l’identifiant n’est pas disponible, Gmail suggère quelques propositions alternatives.

JPEG - 25.7 ko

Zone de saisie suivante : le mot de passe.

Quelle plaie ces mots de passe !

Il n’y a que des contraintes :

- vous ne pouvez pas vérifier à l’écran les caractères tapés. Choisissez un mot « facile à saisir au clavier » ; si vous êtes obligé de vous y reprendre à plusieurs fois avant de le taper, cela signifie que ce n’est pas un bon mot de passe. Exercez-vous, au besoin, avant, sur un traitement de texte (n’enregistrez pas le document).

- votre mot de passe doit être composé, au moins, de 8 caractères.

- vérifiez que la touche « Majuscule bloquée » (cadenas) n’est pas activée ; la plupart des systèmes d’authentification sont case sensitive ; ils font la différence entre les caractères minuscules et majuscules.

- vous devez proscrire absolument les mots de passe trop faciles ; par exemple : votre surnom, votre acteur préféré, numéro de téléphone, date de naissance, nom du poisson rouge, etc.

- un mot de passe est strictement confidentiel, quel que soit le niveau de confiance accordé à votre entourage.

- évitez absolument de noter en clair vos mots de passe sur des post-it, carnet d’adresse ou autre papier : vous devez le retenir par cœur !

- un bon mot de passe est un mot absent du dictionnaire (de tous les dictionnaires) ; par contre rien ne vous empêche de prendre un mot courant (facile à retenir, à taper et composé de 8 caractères, au moins) que vous déformez légèrement, en ne modifiant même qu’une lettre, et dans lequel vous insérez un ou deux chiffres.

- le fait d’avoir recours toujours au même mot de passe pour tous les comptes utilisé sur votre ordinateur (et sur Internet), vous facilitera certainement la vie ; mais il s’agit d’une solution risquée qui fragilise considérablement la fiabilité de l’ensemble de vos comptes.

- ne reprenez jamais pour d’autres usages, les mots de passe ou codes secrets utilisés pour vos services bancaires !

Tout cela est très lourd, mais faute de mieux, Sherleena s’exécute et tape à deux reprises son mot de passe ; une fois dans « Choisissez un mot de passe » puis dans « Veuillez ressaisir votre mot de passe ».

JPEG - 39.3 ko

Champ suivant : Question secrète

A quoi sert cette fameuse question secrète ?

Elle ne sera utilisée que dans une seule situation extraordinaire : au cas où Sherleena oublie son mot de passe.

JPEG - 24.3 ko

Afin que les choses soient plus claires, observons précisément cette situation.

Pour cela, projetons-nous, un court moment, dans le futur et imaginons que Sherleena ayant créé son compte sur Gmail, l’utilise avec succès depuis quelques temps.

Puis, Sherleena part momentanément dans une lointaine contrée, où la présence même d’un ordinateur semble une totale aberration (de tels lieux doivent bien exister encore, non ?)

A son retour, notre cobaye fétiche essayant de reprendre ses habitudes de primate numericus se connecte à nouveau sur Gmail. Et là, stupeur : impossible de rentrer dans la messagerie. Le mot de passe semble être resté, sans son propriétaire, dans la lointaine contrée où, pourtant, il n’est d’aucune utilité.

Après avoir essuyé quelques échecs, Sherleena se décide à cliquer sur « Impossible d’accéder à mon compte » :

De là on lui proposera une solution de dépannage pour entrer à nouveau dans sa messagerie :

- taper son identifiant (si Sherleena ne s’en souvient pas, il lui faudra, alors, faire le deuil de ce compte de messagerie).

- répondre à une question secrète.

Si Sherleena tape la bonne réponse à la question secrète, il lui sera alors possible de saisir un nouveau mot de passe (désormais ancré au plus profond de sa personne). Ce n’est qu’à l’issue de cette étape de rattrapage que notre cobaye fétiche pourra retrouver avec succès l’usage de sa messagerie !

Quittons cet hypothétique futur pour retrouver notre cobaye à l’endroit où nous l’avions laissé.

Le compte n’est pas encore créé et il faut, à présent :

- définir la question secrète,

- ainsi que la réponse à cette question secrète.

JPEG - 24.3 ko

Vous comprendrez aisément qu’il est préférable que la question secrète et, surtout, la réponse secrète, ne soient pas identiques au mot de passe ; faute de quoi l’utilisateur risque fort de tourner en boucle (et en bourrique) autour de la porte d’entrée de Gmail.

JPEG - 26.6 ko

En cliquant à droite du champ « Rédiger une question personnalisée », sur la petite flèche Sherleena déroule une liste à options. Cela permet de choisir entre plusieurs propositions :

- l’une des questions prédéfinies par Gmail

- rédiger une question personnalisée.

Sherleena clique sans aucune hésitation sur « la question personnalisée »…

JPEG - 44.7 ko

… puis clique dans le champ placé juste en-dessous.

JPEG - 30.2 ko

Voici la question secrète :

JPEG - 30.1 ko

Passons, maintenant à la réponse secrète. Remarquez, que, contrairement au mot de passe, ce champ de saisie n’est pas codé. Sherleena ferait bien de jeter un œil alentour avant d’aller plus loin afin de vérifier que nulle présence indiscrète…

JPEG - 30.5 ko

Voilà donc la réponse secrète – rien à voir avec le mot de passe – que Sherleena devra taper, au caractère près, en cas de besoin.

JPEG - 31.8 ko

Ah oui, j’oubliais ; cela reste entre nous, mais Sherleena m’a fait part de son intention de changer sa question et réponse secrète avant même que vous ayez fini la lecture de ce support.

Champ suivant : 2 e adresse e-mail, on indique ici une adresse e-mail d’un autre service que celui de Gmail. C’est facultatif ; Sherleena n’inscrit rien.

Champ suivant : France. Oui, oui.

Champ suivant : Vérification des mots, le système captcha permet de vérifier qu’étant membre du genre humain, Sherleena est capable décrypter les caractères déformés dans cette petite image ; une faculté qui échapperait, a priori, aux programmes malveillants qui scrutent Internet et qui sont susceptibles de détourner les formulaires des sites web (par exemple, pour envoyer des courriers non sollicités, des spams)…

JPEG - 55.4 ko

Oui, enfin, toujours est-il que, même pour des humains, la tâche est parfois difficile. Sherleena s’y prête pourtant de bonne grâce (n’ayant, de toutes façons, pas le choix).

Champ suivant : Conditions d’utilisation Google Ah oui, au fait est-il besoin de préciser que Gmail est un service de Google ?

Quel que soit le service en ligne de messagerie utilisé, il est toujours indiqué que vous êtes tenu de lire les conditions d’utilisation avant de les approuvez. ; ce que très peu d’utilisateurs font, d’ailleurs.

N’hésitez pas à cliquer sur le lien « version imprimable » pour prendre connaissance de vos droits et obligations vis-à-vis de ce service.

Voici, à titre d’exemple quelques passages :

- Article 5 : (…) Vous reconnaissez que toutes les informations fournies à Google pour les besoins de votre inscription seront toujours exactes, correctes et à jour (…)

- Article 6 : (…) vous reconnaissez être le seul et unique responsable à l’égard de Google de tous actes effectués à partir de votre compte (…)

- Article 7 : (…) vous acceptez que vos données soient utilisées conformément aux chartes de protection des données personnelles de Google (…)

- Article 8 : (…) Google se réserve le droit (sans toutefois y être obligé) de pré-visualiser, d’examiner, de signaler, de filtrer, de modifier, de rejeter ou de retirer tout ou partie du Contenu de tout service (…)

JPEG - 99.8 ko

Attention : par défaut, la case « Veuillez cocher… » n’est pas cochée, justement.

Il est donc nécessaire de cliquer dessus pour terminer la procédure d’inscription.

JPEG - 38.5 ko

Une fois que la case est cochée, Sherleena peut enfin cliquer sur le bouton « J’accepte, Créer un compte ».

JPEG - 46.1 ko

Et voilà ce qui arrive à notre cher cobaye, comme d’ailleurs à une bonne partie de nos participants aux ateliers :

Echec de la création du compte !

Ces indications en rouge avertissent qu’il y a un problème avec le mot de passe.

JPEG - 88.1 ko

Sherleena s’exécute patiemment en tapant deux fois, à nouveau, le mot de passe.

JPEG - 43.5 ko

Attention : il y a un nouveau captcha

JPEG - 34.6 ko

Dernier piège ; il faut également cliquer à nouveau sur la case à cocher « J’accepte… »

JPEG - 38.8 ko
JPEG - 38.9 ko

Et c’est reparti pour un tour… Si l’écran s’immobilise un moment avec un page blanche, c’est plutôt bon signe ; un nouvel échec est toujours renvoyé immédiatement.

JPEG - 29.6 ko

En voyant cet écran, Sherleena peut se dire que la procédure d’inscription est arrivée à son terme ; premier réflexe : s’efforcer de retenir le mot de passe !

Pour voir la messagerie, il suffit de cliquer sur « Je suis prêt à utiliser mon compte »

JPEG - 107.6 ko

Voilà à quoi ressemble la messagerie de Gmail. La prochaine fois, après avoir indiqué sur la page d’accueil de Gmail son identifiant et son mot de passe, Sherleena retrouvera cet écran.

Ce que nous verrons dans le détail, sur les prochains supports…

JPEG - 104.3 ko

Mais avant de quitter sa messagerie, Sherleena doit absolument se déconnecter, faute de quoi, un autre utilisateur du même ordinateur pourrait arriver, sans autre formalité, sur son compte et usurper son identité.

Les procédures indiquées ci-dessous sont à faire impérativement depuis un lieu public (salle 301, le kiosque, cyber-café, etc).

De même, il est recommandé, de purger la mémoire du navigateur de la façon suivante :

Retrouvez notre cobaye fétiche sur le support suivant : envoyer un message !