Lilapuce
 

supports (mercredi 24 juin 2009)

Sauvegarde [2] : Cobian

Il est préférable, avant de consulter le présente support, de lire la présentation générale concernant la sauvegarde.

Le nom de l’ordinateur

Je pars du principe que vous avez suivi les recommandations au sujet de la gestion des comptes (voir support). Vous savez donc qu’il est préférable d’utiliser de façon courante son ordinateur avec un profil « utilisateur standard ». Cela n’empêche pas de faire appel ponctuellement à un profil « administrateur », tout en restant sur la session « utilisateur standard », afin d’effectuer certaines tâches telles que l’installation d’un programme (voir support).

Toutefois, le logiciel que nous allons installer se distingue de la plupart des autres programmes que nous avons rencontrés jusqu’à présent. Dans la mesure où nous lui demanderons d’effectuer automatiquement certaines tâches (c’est même, en définitive, son principal intérêt), il est nécessaire que ce programme soit installé en tant que service ; ce qui demande de prendre en compte quelques paramètres avant même de l’installer.

Il nous faut, en premier lieu, en plus de l’identifiant et du mot de passe de l’administrateur, connaître le domaine de l’utilisateur. Concrètement, pour vous – utilisateurs de l’atelier 301 – cela signifie, dans la grande majorité des cas, qu’il faut savoir le nom de votre ordinateur.

Voilà pourquoi je vous conseille, si ce n’est déjà fait, de vérifier votre domaine : cliquez sur le « Menu démarrer », puis du bouton droit de la souris cliquez sur le « Poste de travail » (« Ordinateur » sur Vista), afin de sélectionner Propriétés :

Cela fait apparaître une petite fenêtre qui vous donne un certain nombre d’information concernant votre ordinateur.

Cliquez sur le deuxième onglet intitulé « Nom de l’ordinateur ».

Ce nom est indiqué en face de la mention Nom complet de l’ordinateur :

Sur la vue ci-dessous, ainsi, d’ailleurs, que sur toutes les vues suivantes, j’ai masqué le nom de mon ordinateur d’un bandeau gris.

Le nom de mon ordinateur est une information confidentielle. Il n’y a aucune raison que j’indique ici quelque renseignement à ce sujet, fût-il totalement fantaisiste (comme le sont, par ailleurs, la plupart des indications de comptes personnels indiquées sur ce site).

Notez, par contre, très précisément, le nom qui est affiché, à cet endroit-là, sur votre ordinateur (et gardez-vous bien, également, de l’indiquer à qui que ce soit), vous en aurez besoin plus loin.

Evaluation des tâches à programmer

Normalement, vous devriez savoir, grosso modo, ce qu’il est nécessaire de sauvegarder (le précédent support était prévu pour vous aider à définir vos différentes tâches).

Il n’est pas inutile, toutefois, de vérifier par l’explorateur de fichier (Logo+E) quels sont les dossiers cibles qui doivent faire l’objet de sauvegarde.

Il n’est peut être pas nécessaire de faire une « grosse » sauvegarde hebdomadaire de l’intégralité de votre dossier « Documents ».

Par exemple, imagions que votre dossier « Images » est composé de 5 Go de photos, dont 5%, à peine font l’objet de retouches occasionnelles. Par ailleurs, vous avez créé, au même niveau d’arborescence, un dossier « Courriers administratifs » de 100 Mo, lequel est quotidiennement actualisé (admettons que vous soyez un fervent admirateur de la fonction publique et que cette passion vous conduise à envoyer des lettres très régulièrement à l’Administration).

Dans ce cas, il ne sera peut-être pas adapté d’utiliser plus de 5 Go de données à chaque sauvegardes hebdomadaires, alors que seulement une centaine de Mégas est concernée. Pour autant, il serait très risqué de ne jamais sauvegarder les images, sous prétexte qu’elles ne sont rarement modifiées.

Il va donc, falloir définir une tâche de sauvegarde pour chaque dossier source.

Déterminez, en fonction des dates des fichiers, s’il est pertinent de décomposer les dossiers sources en différentes tâches, chacune correspondant à une fréquence de mise à jour spécifique.

Notez, le cas échéant touts les informations sur un bout de papier ; cela peut vous aider lorsque vous aurez à paramétrer l’utilitaire de sauvegarde.

Les dossiers cibles

Créez ensuite vos dossiers cibles.

Nous avions vu, qu’ils doivent obligatoirement se situer sur un autre « lecteur » que celui sur lequel les originaux sont enregistrés (il n’y a quasiment aucun intérêt à copier un double de vos données personnelles sur votre disque dur principal).

Voici, à titre indicatif, mes propres dossiers cibles de sauvegarde. Vous remarquez, en premier lieu, qu’ils sont placés sur un lecteur « F : ». Il s’agit d’une partition de mon second disque dur interne (ce disque est occupé, pour le reste, par Linux).

Sur cette partition, vous trouvez quatre dossiers. Il s’agit de mes dossiers cibles (de destination). Cela correspond à l’essentiel des données personnelles que j’ai besoin de sauvegarder.

Si je les ai décomposées de la sorte, c’est précisément parce qu’il s’agit d’informations de nature différente, chacune devant être traitée selon des modalités et une périodicité spécifique.

Télécharger Cobian

Une fois que vous avez procédé à ce repérage, vous pouvez vous lancer dans la récupération de l’utilitaire de sauvegarde.

Restez sur votre profil habituel (utilisateur standard) et ouvrez votre navigateur. Tapez Cobian dans le champ de saisie de votre moteur favori, et lancez la recherche.

Vous devriez trouver un résultat proche de celui-ci :

Je vous recommande de passer, de préférence, par le site du développeur (indiqué, tel que ci-dessus par le titre de page « Cobian’s site »).

Vous devriez arriver sur une page qui vous permet de récupérer directement la dernière version du programme.

Par exemple, ci-dessous, nous constatons que 3 versions sont proposées.

Un peu plus bas, sur la page d’accueil de Cobian, on peu comprendre la raison de ce choix. L’auteur du programme indique que la version 8, alias Black Moon, a été mise à disposition, à titre expérimental, en open source. Cela signifie que le code source du programme a été rendu disponible ; ce qui permet à des informaticiens de l’étudier et de le personnaliser, sous certaines conditions (comme nous le verrons un peu plus loin).

La version la plus récente, à ce jour, du programme – Version 9 Amanita – n’est plus fournie sous licence open source. Cela signifie donc que la version 8 peu donner lieu à une branche de développement autonome du programme, laquelle sera distincte de la version actualisée par l’auteur lui-même.

L’avenir nous indiquera si une version « open source » de ce programme verra le jour à la suite de la version 8.

La logique informatique élémentaire devrait normalement nous guider à télécharger la dernière version d’un programme, considérée – a priori – comme la plus aboutie et mieux sécurisée.

Dans le cas présent, aucun développement n’ayant donné lieu (à ma connaissance) à une version « open source » plus récente que la 8, il serait donc logique de télécharger Cobian 9 Amanita et suivantes. C’est un choix que j’aurais plutôt tendance à vous conseiller si, à l’avenir, d’autres versions open source ne sont pas disponibles : par principe, il n’est jamais très bon de conserver une version trop ancienne d’un programme.

Les vues qui sont présentées dans les supports ont été faites, néanmoins, à partir de la version 8 (en open source) ; cela pour deux raisons essentielles :

- Il est toujours préférable, pour des raisons de sécurité, d’installer des programmes dont le code source a été rendu disponible. Le fait que le code informatique d’un programme soit communiqué et accessible, le rend a priori beaucoup moins suspect d’abriter un éventuel spyware, même si tout porte à croire que Cobian est, de ce point de vue, totalement fiable.

- C’est la version 8 que nous avons utilisée lors des ateliers. Pour l’essentiel, assez peu de chose la distingue de la suivante.

Voilà pourquoi je vous propose ce choix :

Inst allation

Le fichier d’installation de Cobian 8 Black Moon, après téléchargement, ressemble à ceci.

L’équivalent pour Cobian 9 Amanita est une icône de ce type (ci-dessous). Je n’y ferais désormais plus référence. Sachez, pour information, que si votre version de Cobian est illustrée - icônes et illustrations - par des champignons, c’est qu’il s’agit de la version 9.

La version 8 (et ultérieure), étant quant à elle symbolisée par des représentations de planètes.

Passons à l’installation.

Je clique du bouton droit de la souris sur l’icône , afin « d’exécuter en tan que… »

Je valide la boîte de dialogue suivante :

Afin d’obtenir celle-ci. J’indique l’identifiant de l’administrateur ainsi que le mot de passe. Ce qui lance immédiatement la procédure d’installation.

Après décompactage des fichiers et choix de la langue, je dois valider les conditions d’utilisations pour aller plus loin (indiquées dans les mêmes termes, quelle que soit la version téléchargée).

Je valide ensuite l’emplacement des fichiers à installer…

Puis arrive, ensuite, le plus important ; c’est ici qu’il faut préciser :

- Que le programme doit être installé en tant que service, pour être sûr qu’il soit lancé automatiquement, en tâche de fond.

- Que le processus sera installé et exécuté à partir du profil administrateur de l’ordinateur.

Je dois donc indiquer sous la forme : Nom d’ordinateur\Identifiant de l’administrateur.

Ainsi que le mot de passe correspondant.

Le programme s’installe ensuite assez rapidement.

Attribuer les droits

Mais ce n’est pas encore fini.

Il reste à effectuer un réglage supplémentaire, afin de pouvoir exécuter le service, quel que soit le compte en activité.

Pour cela, le plus simple consiste d’abord à quitter la session « Utilisateur standard » puis à ouvrir ensuite le compte « Administrateur ».

De là, j’ouvre l’explorateur de fichier (Logo+E) pour me localiser dans « Program files » puis je clique sur le dossier « Cobian Backup … ».

Voici les deux dossiers dont il va falloir modifier les propriétés :

Je sélectionne du bouton droit de la souris le dossier « BD » afin de cliquer sur « Propriétés ».

Sur la fenêtre, j’active l’onglet « Sécurité » et sélectionne dans la liste l’option « Utilisateurs » - c’est-à-dire, n’importe quel utilisateur – afin de lui donner full control (tous les droits sur ce programme).

La fenêtre se présente ainsi, après avoir cliqué sur le bouton « Appliquer » :

Je dois renouveler exactement la même procédure pour le dossier « Settings ».

Après cela, le programme est prêt pour être lancé en tant que service, quel que soit le compte utilisé sur l’ordinateur.

Je peux quitter la session « Administrateur », voire même fermer complètement l’ordi.

Au démarrage de n’importe quel utilisateur, l’info-bulle suivante s’affiche dans la partie inférieure de l’écran.

L’icône du programme s’affiche dans le systray

Prochain support :définir une tâche de sauvegarde.


 

Autres supports
de l'atelier Outils num.

 

L'atelier «Outils num.»