Lilapuce
 

supports (mardi 26 mars 2013)

[2] Graphiques : personnaliser

Résumé de l’étape précédente : comment utiliser l’assistant graphique de votre tableur : sélectionner les plages de données qu’il faut représenter ; cliquer sur le bouton « Assistant graphique » (en 4 étapes) ; choisir un type de graphique et passer en revue les différentes options de présentation générales (séries, affichage du titre, des axes, des légendes, des étiquettes, etc.)

Nous avions donc obtenu le graphique, directement affiché sur la feuille de calcul active.

Il nous faut porter notre attention sur un élément qui est apparu en même temps que le graphique. Il s’agit de cette petite palette flottante :

C’est, en réalité, une barre d’outils. La barre d’outils « Graphique » qui peut être activée, comme les autres barre d’outil via le menu « Affichage / Barre d’outils / Graphique ». En fait, même s’il est possible de fixer cette barre d’outils en haut de fenêtre du programme (comme les autres), il est préférable de la conserver ainsi, à portée de main, sous son apparence « flottante ».

Ainsi elle n’apparaîtra que lorsque nous aurons besoin, pour paramétrer un graphique.

En premier lieu je vais déplacer le graphique afin de le placer correctement dans mon document. Je pointe une zone neutre du graphique (partie blanche) et je maintiens le bouton de la souris enfoncé afin d’effectuer un déplacement vers la gauche.

Le pointeur adopte la forme d’une croix fléchée et un cadre pointillé accompagne le mouvement de la main :

Il est normal que, lors du déplacement, le graphique reste à sa place d’origine. Ce n’est qu’en lâchant la souris, qu’on peut vérifier que le mouvement s’est bien opéré.

Ensuite, je vais redimensionner le graphique. Pour cela, il faut d’abord vérifier que c’est toujours la totalité du graphique qui est sélectionné et non une partie : vous devez voir un encadré sur tout le contour du graphique, avec des petits carrés placés aux angles et au milieu de chaque côté. Si tel n’est pas le cas, cliquez à nouveau sur le fond blanc du graphique.

Ensuite je prends une poignée (ci-dessous, la poignée de droite) et j’effectue un mouvement vers la gauche pour réduire la taille du graphique de sorte qu’il soit aligné avec le tableau.

Je procède de la même façon pour réduire la hauteur :

Voilà qui est en place :

Je vais maintenant personnaliser l’apparence du graphique. Pour cela, il est nécessaire de sélectionner chacune des parties puis de les modifier, les unes après les autres.

Je commence par la zone de traçage : je clique une seule fois sur le fond gris. Du coup, un cadre avec des poignées apparaît autour de la zone sélectionnée/

Détail important : la barre d’outils confirme la sélection de l’objet sélectionné (le nom « Zone de traçage » apparaît dans la partie gauche).

Pour accéder aux paramètres de cette « Zone de traçage », il suffit ensuite de cliquer sur ce bouton « Format de … » :

Une boîte de dialogue apparaît alors.

Il y a assez peu de paramètres à modifier :

- la bordure générale qui encadre la zone de traçage (zone « Bordure », à gauche)

- la couleur de fond (zone « Aires » à droite)

- en bas, à gauche de la boîte de dialogue, c’est l’Aperçu. Cela nous sera utile pour évaluer nos modifications.

Je commence par le fond. Très simple : il suffit de cliquer sur une couleur, par exemple ce jaune clair ; du coup l’aperçu de la couleur de fond apparaît, en bas à gauche, comme prévu.

Souvenez-vous que nous nous sommes amusés à appliquer un dégradé : pour cela, cliquez sur le bouton « motifs et textures » (à vous de jouer, je vous passe le détail).

Ensuite je souhaite modifier la bordure : il faut cliquer dans la partie gauche de la boîte de dialogue, sur le rectangle de couleur grise (c’est la couleur appliquée par défaut).

Cela fait apparaître une seconde palette de couleur : ne soyez pas troublé par ce subit dédoublement de palettes, et n’oubliez pas qu’il s’agit de définir la couleur de la bordure.

Je clique sur ce bleu, par exemple.

Il faut maintenant observer le résultat, en bas la boîte de dialogue

Je valide et je constate que le fond a effectivement changé. Il est normal que la couleur de bordure n’apparaisse pas car la zone est toujours sélectionnée, ce qui masque la bordure.

C’est en cliquant sur une autre zone du graphique – les séries – que l’on peut observer la bordure bleue. Il est normal que les côtés gauche et bas de la zone de traçage ne soient pas en bleu, car il s’agit d’autres parties du graphique.

Après avoir cliqué (une seul fois) sur les séries, je constate que la barre d’outils confirme qu’il s’agit bien de cette zone qui est sélectionnée.

Cette procédure, par simple clic, permet de bien vérifier les étapes. Vous pouvez, ensuite, cliquer à nouveau sur le bouton « Format de… » afin d’accéder aux paramètres des séries :

Là je change la couleur, pour appliquer ce gris.

Observez que, cette fois-ci, d’autres onglets sont apparus dans la boîte de dialogue ; ce qui permet, par exemple, de changer le format ou la police des étiquettes.

Résultat après validation :

Je clique, ensuite, sur l’axe des ordonnées, en bas. Nous avions vu que le tableur affiche « ordonnées » pour cet axe horizontal (et inversement, « abscisses » pour l’axe vertical), parce que notre graphique se présente sous la formes « barres », incliné à droite.

Pour information, si vous vous sentez suffisamment alerte avec le double-clic (voir un peu plus bas), vous pouvez directement double-cliquer sur une partie du graphique ; cela fera apparaître automatiquement la boîte de dialogue « Format de … » :

Sur cette partie du graphique (l’échelle de valeur monétaire) je veux modifier deux paramètres :

- le format des données, qui est actuellement en catégorie « monétaire », doit passer en « nombre » sans décimales et avec le séparateur de milliers (voir support)

- autre modification sur cette zone du graphique, baisser légèrement la taille de la police :

Ainsi, l’échelle de des valeurs monétaires s’affichera désormais sur une seule ligne…

… ce qui est quand même plus lisible.

Passons, maintenant à « l’axe des Abscisses » (en fait, l’axe vertical).

Choisissez votre méthode :

- clic simple sur l’axe, puis clic sur le bouton « Format de … » sur la boite d’outils

- double-clic direct sur l’axe.

Dans les deux cas, vous verrez apparaître à nouveau la boîte de dialogue :

Ici nous allons modifier une option d’alignement : je prends la poignée rouge et, tout en maintenant la souris en foncée, je fais pivoter l’axe.

Après validation, on se rend compte, comme vous l’avez souvent remarqué lors des ateliers, que l’effet n’est forcément aussi renversant que cela, mais faut savoir que ça existe, na :

Voyons, maintenant, un détail pratique important :

- je clique simple sur l’une des étiquettes : ce sont toutes les étiquettes qui sont sélectionnées, comme d’habitude. Je pourrais, à ce moment précis, modifier d’un seul coup les paramètres de toutes les étiquettes en cliquant sur le bouton « Format de … », sur la barre d’outils, tel que nous l’avons fait au début de ce support.

- mais ce n’est pas ce que nous allons faire : je laisse passer quelques secondes - afin que cela ne soit interprété comme un double-clic – et je clique à nouveau sur la première étiquette.

- par ce second clic je peux sélectionner uniquement cette étiquette ; ce qui est perceptible par la bordure.

- cela me donne, par exemple, la possibilité de déplacer individuellement les étiquettes, en effectuant un glisser-déposer par la bordure. Remarquez que si j’essayais de déplacer directement le groupe (après le premier clic) j’obtiendrais le même résultat :

Donc, sur votre tableur, le double-clic et deux clics consécutifs ne représentent pas la même action. La nuance vaut le coup d’être précisée, surtout si vous avez réglé votre double clic à une vitesse lente. Je vois trop de personnes s’enliser à cause de ce détail pratique. Cela ne vaut vraiment pas le coup de s’énerver.

Corriger le graphique de fond en comble

Il est possible – avec certaines limites – de revenir sur les options du graphique que nous avions paramétrées, au tout début, lors des 4 étapes de l’assistant.

Pour cela je clique sur la bordure extérieure du graphique ; ce qui devrait afficher, dans la barre d’outils « Zone de graphique » :

Puis ensuite je pointe vers le bouton « Type de graphique », afin de cliquer sur la petite flèche noire, placée juste à droite.

Comme à chaque fois que l’on clique sur une petite flèche de ce type, cela permet de développer une palette (ou une liste).

Je sélectionne, par exemple, la forme « Histogramme »

Ce qui transforme immédiatement le graphique, pour le remettre d’aplomb (en tous cas, par rapport aux indications « abscisses » et « ordonnées »)…

Libre à vous, après, de choisir la variante correspondant le plus à votre personnalité ou à ce que vous voulez faire passer :

Vous pouvez même, après avoir finalisé votre graphique, revenir sur l’assistant.

Les quelques vues ci-dessous, illustrent ce qu’il faudrait faire si nous devions (tel que nous l’avions envisagé au début) d’intégrer une seconde série à notre graphique, en l’occurrence les montant TTC.

Je limite les commentaires au strict minimum :

Clic sur le bouton « Assistant »

Je retrouve la boîte de dialogue :

A l’étape deux, le graphique adopte bien l’apparence personnalisée.

Je clique sur le bouton « Ajouter » :

Je clique sur le bouton placé à droite de « Valeurs » :

Je reprends la main sur le tableau afin de sélectionner le groupe de cellules correspondant aux montants TTC :

Clic sur le bouton de l’assistant :

Retour sur l’étape deux, afin éventuellement de taper des noms aux séries.

Clic sur le boutons « Terminer » :


Le graphique a bien intégré la seconde série, je peux à nouveau en personnaliser l’apparence (par exemple, changer la couleur) comme je l’ai fait avec la première.

Allez, finalement, je n’en veux pas de cette seconde série. C’était juste pour vous montrer qu’il est possible de corriger un graphique après coup.

Il faut annuler les dernières manipulations pour revenir à la version « une seule série »… vous savez, non ?

Avant d’enregistrer et de partir, il est nécessaire de redéfinir la zone d’impression, faute de quoi vous risquez d’imprimer votre document sans le graphique :

Un petit aperçu :

Voilà c’est fini, pour les explications générales. Place aux exos…


 

Autres supports
de l'atelier Bureautique

 

L'atelier «Bureautique»