Lilapuce
 

supports (samedi 20 avril 2013)

Ctrl-Alt + Suppr

Parmi les raccourcis clavier qu’il est indispensable de connaître sur Windows, CTRL-ALT + SUPPR, figure au titre des incontournables.

Pour découvrir cette commande, nous emprunterons, une fois de plus, l’identité de notre cobaye fétiche, alias Sherleena.

Je rappelle que cette personne fictive a été définie « en tant qu’utilisateur standard » (voir support). Cela signifie donc que tout ce qui est présenté dans le présent support, est parfaitement adapté à ce type de profil.

Les différentes applications montrées ci-dessous (XnView, Inkscape, Safari, OpenOffice, etc.) ne sont présentées qu’à titre indicatif. Si elles ne sont pas installées sur votre PC, n’hésitez pas à utiliser d’autres programmes à la place.

Pour commencer, vous allez découvrir un des « secrets de fabrication » de ce site. Vous avez certainement remarqué que les supports et exercices de Lilapuce sont assez abondamment fournis en illustrations. Pour l’essentiel, il s’agit de captures d’écran, réalisées à l’aide d’un utilitaire graphique : XnView.

J’aurais l’occasion, lors d’un prochain support, de revenir de façon plus détaillée sur le maniement de ce programme. De plus, vous allez découvrir, un peu plus bas, comment réaliser une capture d’écran, « en standard », sans aucun programme spécialisé.

Leena, pour sa part, n’ignore rien du maniement de XnView. Comme, de plus, je lui ai passé la main le temps de cet exposé, je lui demande de bien vouloir débuter sa session avec l’ouverture de ce programme (merci Sherleena) :

Le programme est lancé et notre cobaye a débuté la série de captures d’écran nécessaires à la réalisation de la page que vous êtes en train de lire :

Comme vous ne l’ignorez certainement pas (nous l’avions vu en début d’année), il est tout à fait possible d’ouvrir plusieurs application en même temps sur votre ordinateur ; nous allons encore en faire la démonstration dès maintenant !

Par soucis de clarté, la fenêtre active sera rangée momentanément dans la barre de tâches : il suffit de cliquer sur le bouton « Réduire ».

Sherleena décide, ensuite de se laisse aller à griffonner quelques vagues esquisses en dessin vectoriel. Pour cela, notre cobaye ouvre un logiciel libre : Inkscape (voir site). Splendide.

Une fois la création achevée, Leena réduit à nouveau la fenêtre dans la barre des tâche. Il en sera ainsi, d’ailleurs, pour toutes les fenêtres suivantes.

J’ai rappelé que notre cher cobaye est "logué" (de log) avec un compte « utilisateur standard ». Il s’agit d’un profil, a priori, moins exposé que celui d’un administrateur ; ce qui est parfait pour naviguer sur Internet. Cela tombe bien. L’envie prend à notre Leena fétiche de fureter sur le net.

Un navigateur est donc immédiatement lancé : il s’agit de Safari, un programme développé par la société Apple pour équiper les ordinateurs Macintosh. Depuis le printemps 2008, une version de ce logiciel pour Windows est mise gratuitement en circulation sur Internet (et également, de façon plus contestable, lors des mises à jour du logiciel multimédia iTunes). Selon Apple, il s’agit du navigateur le plus rapide du marché.

Selon les rumeurs, Safari sur PC ferait également l’objet de quelques méchants bogues. En attendant, l’occasion n’est pas si fréquente de pouvoir goûter la fameuse esthétique Mac sur un PC.

Sherleena apprécie l’expérience, par curiosité.

Notre cobaye, saisi d’une humeur fugace, décide d’ouvrir une autre application. Après avoir réduit la fenêtre de Safari dans la barre de tâches, Leena lance Calc le tableur de la suite bureautique OpenOffice ; une excellente alternative, en logiciel libre, à Microsoft Office (Word, Excel, etc.).

Puis, quelques temps après, c’est l’application intégrée à Windows - Table de caractères - qui est lancée. Il s’agit de récupérer le symbole « Téléphone » …

… afin de l’intégrer dans une planche d’étquettes ; d’où l’ouverture d’une nouvelle fenêtre ; celle de Writter, le traitement de texte d’OpenOffice.

Donc, si l’on récapitule, par ordre d’ouverture, nous trouvons dans la barre de tâches les programmes actifs suivants :

- 1) Xnview

- 2) Inkscape

- 3) Safari

- 4) OpenOffice Calc

- 5) OpenOffice Writter (remarquez le groupe de fenêtres OpenOffice)

- 6) la table de caractères

Notre cher cobaye exécute ensuite la manipulation suivante :

- de la main gauche, le majeur et l’index sont brandis, telle une fourche, afin d’enfoncer les touches CTRL et ALT du clavier.

- Tout en gardant ces deux touches enfoncées, notre cobaye appuie brièvement mais fermement la touche SUPPR de la main droite.

- Une fois cette pression brève de la main droite effectuée, Leena lève la main gauche du clavier.

Les positions sur le clavier :

Le gestionnaire des tâches

Le raccourci clavier « CTRL - ALT + SUPPR » fait apparaître une nouvelle fenêtre (qui vient d’ailleurs s’ajouter aux six précédentes) : le gestionnaire des tâches.

Cette petite fenêtre se décompose en plusieurs onglets.

Par défaut - ci-dessus – c’est la liste des processus actifs qui est indiquée. Voilà qui semble, à première vue, bien intimidant !

Ne vous laissez pas impressionner pour autant. Si tout cela vous semble, à juste titre, bien mystérieux, nous aborderons la question en détail sur le support suivant. Retenez juste que cet onglet pourra vous être utile pour vérifier, en première approche, si votre ordinateur n’est pas la proie d’un processus malveillant.

Pour l’heure, essayons de garder le fil avec ce qui s’est passé depuis le début de cette session ouverte par Sherleena ; en particulier, les six applications qui ont été lancées les unes après les autres, sans aucune fermeture.

Après avoir effectué une capture d’écran sur cette liste de processus (nous en aurons besoin tout à l’heure), Sherleena clique sur l’onglet « Applications » ; ce qui permet de retrouver la liste des programmes ouverts.

Continuons le tour du propriétaire : l’onglet « Performances » indique l’occupation de l’unité centrale (processeur) et de la mémoire vive. Cela peut être utile si l’on constate un ralentissement anormal de son ordinateur. Cela permet de vérifier, par exemple, si un processus malveillant en activité ferait appel à une utilisation non contrôlée des ressources.

L’onglet « Utilisateurs » permet de vérifier les utilisateurs actifs. Cela peut être utile si, par exemple, plusieurs sessions sont ouvertes simultanément. On évitera alors, si l’on souhaite « partir », de fermer l’ordinateur, au lieu de fermer la session.

Débloquer une application « qui plante »

Revenons à l’onglet « Applications ».

L’utilisation la plus courante du raccourci CTRL-ALT+SUPPR concerne le déblocage d’un programme « qui plante » ; c’est à dire lorsque la souris et le clavier ne réagissent plus et qu’il est impossible de fermer l’application par une commande usuelle (par exemple ALT-F4).

Le raccourci clavier « CRTL-ALT+SUPPR » vous aidera alors à forcer la fermeture de ce programme récalcitrant.

Il suffit de repérer l’application fautive dans la liste, de la sélectionner puis de cliquer sur le bouton Fin de tâche ; par exemple, ci-dessous, le premier de la liste, Safari (de la société Apple) :

A propos des plantages

Windows (version grand public) depuis XP, s’est considérablement amélioré question « plantages » ; ces derniers étant beaucoup moins nombreux, et largement mieux gérés que dans le passé. Le fait d’être obligé de débloquer une application en relançant complètement le système est devenu assez rare, alors que c’était une situation relativement courante sous Windows 98 (et versions précédentes).

Avec ce gestionnaire de tâches, vous devriez donc désormais vous sortir de la plupart des situations de plantages occasionnels. Si, par contre, vous êtes confrontés à des plantages récurrents et non résolus, il faudra alors envisager de faire appel à des remèdes plus rigoureux.

Fermer les applications par le gestionnaire de tâches

Afin de mettre en pratique la procédure « Fin de tâches », Sherleena va l’utiliser sur les programmes actifs, non plantés.

Ce n’est pas la méthode la plus rapide, mais il est tout à fait possible de quitter un programme de cette manière.

Comme nous l’avons observé plus haut, la première application – Safari – a été fermée de cette façon.

Nous constatons que l’icône de ce programme a également disparu de la barre des tâches :

Passons au programme suivant, Inkscape :

Là, par contre, on assiste à un plantage de la fermeture ; cela est peut être dû au fait que le document n’avait pas été enregistré. Il faut reconnaître, de toute façon, que ce programme fonctionne beaucoup mieux sur sa plateforme naturelle, Linux !

En insistant - clic sur « Terminer maintenant » - le gestionnaire de tâches nous signale que la procédure de fermeture est en cours (remarquez l’indication « Fin du programme… », en bas de la liste) :

Ci-dessous, le message standardisé qui apparaît systématiquement après le déblocage d’une application plantée :

Leena choisit de ne pas envoyer le rapport d’erreur et ferme les autres applications sans encombre.

En résumé, pour évacuer une application plantée :

- CTRL-ALT + SUPPR

- Fin de tâche sur l’application fautive

Désormais, vous connaissez l’essentiel sur la question du « déblocage de plantage ».

Nous n’en avons pas fini, pour autant, avec le gestionnaire des tâches !

Impression d’écran

Revenons quelques instants en arrière.

Souvenez-vous : lors de l’ouverture du gestionnaire des tâches, nous avions été en présence de la liste des processus ouverts. Nous avions alors indiqué, de façon furtive, qu’une capture d’écran avait été faite :

Nous allons maintenant observer de façon détaillée comment notre Sherleena a réalisé cette capture d’écran.

Peut-être que vous ne voyez pas trop le rapport entre ce gestionnaire des tâches et la capture d’écran ; il n’y a effectivement aucun rapport de cause à effet entre le déclenchement de ces deux processus.

Pour autant, voici la raison pour laquelle je pense que vous gagneriez à savoir capturer votre écran lorsque vous utilisez le gestionnaire des tâches :

Comme nous le faisons souvent en atelier, notre cobaye va effectuer des recherches sur Internet pour essayer d’en savoir plus au sujet de tous les processus indiqués sur le gestionnaire des tâches ; ceci, afin de vérifier si, parmi ces processus, ne figure pas un intrus susceptible d’entraîner quelques problèmes de sécurité et stabilité du système.

Il serait donc plus commode de garder une trace de cette fenêtre ; un papier et un crayon pourraient faire l’affaire, mais il y a mille fois mieux : la capture d’écran.

Il faut aller au plus rapide - le but du jeu ne consiste pas, ici, à apprendre l’utilisation de XnView (ce que nous verrons, par la suite) – mais à capturer, de façon occasionnelle ce qui s’affiche à l’écran pour l’exploiter immédiatement.

Alors voici une méthode simple qui marche et que notre cobaye a spécialement utilisée pour la circonstance :

Appuyez sur la touche « Impr écran » de votre clavier.

Pour information, voici où se trouve généralement cette touche. Il est possible, si vous avez un portable, que cette touche soit absente de votre clavier (le plus simple serait, alors, d’attendre le support sur XnView pour savoir comment créer des captures d’écran).

Et alors, qu’est-ce qui se passe ?

A première vue, rien.

Ou plutôt, peut-être serait-il plus juste, sans jouer sur les mots, de préciser : rien de visible.

En réalité, en appuyant sur « Impr écran », vous avez demandé à l’ordinateur de mémoriser l’information générée à cet instant, par la carte graphique.

C’est exactement la même situation que lorsque vous « copiez » avant de « coller » : il ne se passe apparemment rien, mais en réalité vous avez stocké le contenu de votre « copié » dans le presse-papier (voir support).

Dans le cas de la capture d’écran, l’information stockée en mémoire, dans le presse-papier, se présente sous la forme d’une image, comme s’il s’agissait d’une photo.

Je précise : il est donc préférable d’ouvrir une application graphique pour afficher notre capture d’écran.

Vous me répondez : je ne sais pas quel programme utiliser !

Alors, voici ma suggestion ; passez par :

- Démarrer

- Tous les programmes

- Accessoires

- Paint

Ce logiciel « Paint » ne vous sera certainement d’aucune autre utilité : il existe une multitude de logiciels graphiques beaucoup plus évolués que vous pourrez vous procurez gratuitement, dont XnView précédemment évoqué (voir rubrique). Vous auriez tord de vous brider en vous limitant à ce pauvre Paint, qui n’a guère évolué depuis le siècle dernier, pour traiter vos dessins ou vos photos.

Le seul avantage de ce programme, c’est qu’il est installé en standard sur Windows, par conséquent vous ne pouvez pas le rater ! Voilà pourquoi je vous suggère de l’employer à défaut d’autres choix.

Une fois que le programme est ouvert (au moins, c’est rapide), cliquez sur le menu « Edition / Coller »

La capture d’écran s’affiche immédiatement. Remarquez que c’est tout l’écran qui est restitué : effet mise en abyme garanti (vous savez, le curé qui se répète sur la boîte de camembert).

Bien évidemment, n’essayez pas de cliquer sur les icônes ; il ne s’agit que d’une image !

Sherleena enregistre la capture d’écran. C’est-à-dire, (souvenez-vous), qu’il s’agit d’indiquez :

- une localisation sur l’ordinateur (Mes Images)

- un nom de fichier (CTRL-ALT_SUPPR)

- un format de fichier (.bmp)

L’image est enregistrée, il suffit d’ouvrir le dossier « Mes images » pour le vérifier :

Et de cliquer dessus pour avoir une vue détaillée (autre souvenir d’automne)

Prochain support : rechercher à quoi correspondent les processus actifs du gestionnaire des tâches.


1 Message

 

En rapport avec
cette page :

 

Autres supports
de l'atelier Outils num.

 

L'atelier «Outils num.»