Lilapuce
 

supports (mercredi 10 mars 2010)

Document maître (OOo) [1] : présentation générale

Je me souviens encore, non sans émotion, quand Charlie, Gabriel et Sherleena m’apportèrent, il y a quelques années, leurs fichiers.

Quelques temps avant, nous avions convenu, ensemble, de rédiger un texte. Facile.

Nous devions rédiger, ensemble, un texte. Voilà qui est beaucoup plus délicat.

Partant de l’expérience des uns et des autres en la matière, le principe suivant fut défini : plutôt que se chamailler autour de la moindre virgule lors de la rédaction d’un hypothétique texte à quatre mains, chacun aurait la responsabilité rédactionnelle de sa propre partie et le rassemblement du tout serait effectué après ultime confrontation et révision (un sujet qui sera abordé dans un autre support).

Je vous passe les détails du pourquoi et du comment nous en sommes arrivés là, mais la satisfaction, voire la fierté, d’avoir réussi à monter un projet collaboratif de cette envergure traversa chacun d’entre nous de façon fulgurante.

Une fois passé cet état d’euphorie, quand il fallut passer à l’étape suivante, c’est-à-dire, la répartition des tâches, nous nous sommes rendus compte qu’une incohérence de taille nous avait jusque-là échappée : nous étions, dans notre projet, plus de rédacteurs qu’il n’y avait de parties à rédiger.

Je décidai alors de rompre immédiatement le malaise en proposant d’abandonner ma partie rédactionnelle pour réserver l’essentiel de mon énergie à l’exécution technique du grand rassemblement final. Le principe d’équité, ainsi réévalué à la lumière de cette nouvelle proposition, fut approuvé par tous.

La présente série de support indique de quelle manière fut mise en action, sur OpenOffice Writer, la réalisation d’un document maître (procédure correspondant, sur le traitement de texte, à ce qui a été évoqué ci-dessus par « grand rassemblement final »).

Pour information, il existe, sur le présent site, un support « Document maître » spécifique à Word, le programme concurrent de Writer.

Tous les éléments présentés sur ces pages sont disponibles, comme d’habitude, en fichiers joints ; vous y trouverez, dans deux archives différentes, les fichiers finalisés ainsi que les documents de travail.

Un peu d’organisation

Après avoir récupéré les textes, je décide de créer un dossier spécifique sur mon ordinateur afin d’y placer ces derniers.

Notre document final, ayant pour sujet « Projet de réalisation d’un site Web ou d’un blog », je nomme ce dossier Blog Synthèse, puis, par commodité, je renomme les fichiers avec des préfixe numérotés (01_, 02_,03_) afin de pouvoir les identifier sans ambigüité lorsqu’il me faudra les intégrer dans l’ordre au sein de mon document maître :

Comme nous le verrons, il est très important d’identifier clairement à quel niveau d’arborescence du système se trouvent les différents éléments d’un document maître, car nous auront besoin de nous y référer en permanence. Nous verrons, qu’une fois la liaison effectuée entre ces différent fichiers dans un document maître, il est encore plus important de ne plus déplacer ni renommer chacun des éléments.

Si l’ordinateur est intégré dans un réseau local, il est alors recommandé de placer ce dossier dans « Documents partagés » afin qu’il soit possible d’apporter des corrections depuis d’autres postes du réseau.

Voyons, rapidement, à quoi ressemble chacun des fichiers.

Commençons par le premier :

Le deuxième :

Et le troisième :

Première constatation générale : chaque document se présente avec une mise en forme différente des deux autres (couleurs, police, taille, alignement, retrait, arrière-plan, etc.). Quoi de plus normal que cette diversité, puisque chaque texte a été rédigé par trois personnes différentes.

A priori, ces différences ne devraient pas poser de gros problèmes, à condition, comme nous en avions convenu, que les styles soient correctement employés pour structurer chaque texte.

Laissons de côté cette vérification des styles. Nous y reviendrons par le détail lors des étapes suivantes.

Pour l’instant, comme j’en ai fini avec ce premier tout d’horizon, je ferme les trois fichiers.

Mieux vaut préciser, une dernière fois et avant de rentrer dans le vif du sujet, quel est l’objectif de la création d’un document maître.

Nous avons donc trois fichiers distincts et le but du jeu consiste à les rassembler dans un document maître, lequel comporte une mise en forme homogène et, accessoirement une table des matières :

Il nous faut donc créer un document maître…

Création d’un document maître

J’ouvre Writer puis je passe par le menu « Fichier/Nouveau/Document Maître » :

Première particularité, le document maître est doté d’un élément d’interface spécifique : le navigateur qui, par défaut, se présente sous la forme suivante (avec les petits drapeaux) :


Précision : il est possible que le navigateur du document maître ne se présente pas ainsi, mais sous la forme « habituelle » du navigateur (d’un document « standard »). Si tel est le cas, cliquez sur le premier bouton « Basculer » de la barre d’outils, ce qui devrait faire apparaître la forme particulière du navigateur du document maître, telle qu’elle est présentée ci-dessus (nous reverrons ceci en détail plus loin).

Importer les styles à partir d’un modèle

Avant d’insérer quoi que ce soit concernant le contenu, il est préférable de créer les conditions pour que le document maître présente les différents textes de façon homogène, quant à leurs styles. Ceci nous simplifiera la tâche pour éventuellement réorganiser l’ensemble si l’on doit faire appel notamment aux styles de titre.

Sur ce point, nous étions arrivés, avec mes acolytes, à un compromis afin que le texte final soit mis en forme selon un modèle de document précis. Je vous conseille, le cas échéant, de vous reporter au support concernant les modèles, pour en savoir plus à ce sujet.

Le modèle étant créé, il devient très simple de le récupérer depuis le document maître.

Sur la palette « Styles et formatage », je clique sur le bouton « Nouveau style à partir de la sélection » (même s’il n’y a rien de sélectionné) afin de sélectionner, ensuite, l’option « Charger les styles… » :

Ceci doit faire apparaître la boîte de dialogue suivante :

Je vérifie ensuite que le modèle souhaité figure bien dans la liste du milieu ; ce qui est le cas si je l’ai correctement enregistré selon la procédure ad hoc.

Ce n’est pas fini : afin d’écraser le styles du document maître par ceux du modèle, je clique sur les cases à cocher placées en bas de la boîte de dialogue.

Arès quoi, je valide par « OK ».

De retour sur mon document, rien ne me permet de voir si les styles du modèle ont effectivement été importés.

Pour en avoir le cœur net, je tape un texte sur le premier paragraphe et, après avoir cliqué sur le style de Titre 1, depuis la palette « Styles et formatage », je prends l’outil « Mode tout remplir » afin de passer ce paragraphe dans le style sélectionné (voir support) :

Je reconnais bien là le style de « Titre 1 » de mon modèle :

Je supprime le texte tapé.

Il n’est pas encore nécessaire d’enregistrer le modèle. Nous n’en sommes qu’aux étape de repérage des fonctionnalités. Au pire, s’il fallait recommencer, ce qui a été fait jusqu’à présent, cela ne prendrait que quelques secondes. Une révision, en somme.

Prochaine étape : liaison des documents avec le document maître.

 

Documents de travail

 
 

Documents finalisés

 

 

Autres supports
de l'atelier Bureautique

 

L'atelier «Bureautique»